Davantage d’éolien offshore

Déploiement accéléré Davantage d’éolien offshore

Le développement de l’énergie éolienne en mer va s’accélérer. Une puissance installée d’au moins 30 gigawatts est prévue d’ici à 2030, et d’au moins 40 gigawatts d’ici à 2035. En 2045, la production devrait atteindre au moins 70 gigawatts. Après la décision du Bundestag hier, le Bundesrat vient d’approuver lui aussi aujourd’hui la modification de la loi sur l’éolien en mer.

Un site éolien en mer du Nord

En 2020, les parcs éoliens situés au large des côtes allemandes ont fourni au réseau environ 27 milliards de kWh d’électricité.

Foto: Ulrich Baumgarten/Getty Images

La part des énergies renouvelables dans l’approvisionnement en électricité devrait s’élever à 80 % en 2030 et continuer de s’accroître. L’éolien en mer constitue un élément essentiel pour y parvenir. Afin de réaliser au mieux les objectifs de développement prévus dans la nouvelle version qui vient d’être adoptée, à savoir respectivement 30, 40 et 70 gigawatts en 2030, 2035 et 2045, des mesures ambitieuses s’imposent. Elles portent en particulier sur la configuration des appels d’offres concernant les sites et le moyen d’accélérer les procédures de planification et d’autorisation :

  • Pour les surfaces soumises à un examen préliminaire, la procédure d’approbation des plans sera supprimée et remplacée par une procédure d’autorisation accélérée.
  • La durée de ces procédures sera soumise à des conditions.
  • Évaluations environnementales et droits de participation seront plus étroitement liés.
  • Pour toutes les tâches en rapport avec la loi sur l’éolien en mer (WindSeeG), la surveillance technique de l’Office fédéral de la navigation maritime et de l’hydrographie (BSH) incombera au ministère fédéral de l’Économie et de la Protection du Climat.
  • Le raccordement au réseau de l’éolien en mer pourra désormais être assuré juste après l’inscription du site dans le plan de développement territorial, ce qui accélérera de plusieurs années la passation des marchés.
  • Des petites surfaces pourront également être désignées pour des installations à partir d’une puissance de 500 MW.

Ne plus dépendre des importations d’énergie

L’énergie éolienne en mer doit contribuer dans une très large mesure à ce que l’Allemagne parvienne en moins de 15 ans à s’approvisionner presque entièrement en électricité issue d’énergies renouvelables et neutre en émissions de gaz à effet de serre. Le développement de l’éolien offshore représente donc dans la politique climatique du gouvernement fédéral un élément essentiel de la conversion de l’approvisionnement énergétique.

Par ailleurs, les objectifs et volumes de développement adoptés ne visent pas seulement un développement nettement plus rapide des énergies renouvelables. Ils permettront également de diminuer bien plus vite la dépendance aux importations d’énergie. Dans le contexte de l’actuel état de guerre en Ukraine, le déploiement rapide des énergies renouvelables est donc judicieux tant d’un point de vue géopolitique qu’économique.

Le Bundestag vient d’adopter les modifications de la loi sur l’éolien en mer (WindSeeG). L’approbation du Bundesrat n’est pas requise.
Outre la procédure parlementaire, les nouvelles dispositions prévoient l’obtention systématique de l’autorisation en matière d’aides d’État de la Commission européenne.
Étant donné l’impossibilité de réaliser les objectifs de développement de l’offshore sans modifier la législation, le projet de loi sera qualifié de particulièrement urgent conformément à l’article 76, alinéa 2, phrase 4 de la Loi fondamentale. Pour pouvoir relever les objectifs, il faut notamment que le plan d’aménagement du territoire soit actualisé avant la fin de l’année. Or cela nécessite un ancrage préalable dans la loi.

L’éolien en mer pose des défis particuliers en Allemagne

La réalisation des objectifs offshore présente certaines difficultés en raison précisément des conditions spécifiques en Allemagne. Par respect pour la nature et l’environnement et pour préserver les paysages côtiers en mer du Nord et mer Baltique, la grande majorité des projets offshore réalisés dans les eaux allemandes sont planifiés et réalisés à une grande distance du littoral. Les sites naturels protégés ne seront désignés qu’après toutes les autres surfaces entrant en ligne de compte.

À bien des égards, la production d’électricité dans les sites éoliens en mer est elle aussi techniquement plus complexe que l’éolien terrestre. Cela vaut tout spécialement pour la création de parcs éoliens. Le développement de l’éolien offshore en Allemagne se fait à plus de 30 ou 40 kilomètres de distance des côtes et à une profondeur pouvant aller jusqu’à 40 mètres. Il en résulte des problèmes techniques particuliers aussi bien en ce qui concerne la pose des fondations dans les fonds marins que le raccordement du parc éolien au réseau électrique terrestre.

De grandes possibilités techniques

L’augmentation des capacités offshore se faisant dans la plupart des autres pays en priorité à une distance moindre du littoral, l’Allemagne est pionnière en ce domaine. Pour l’industrie allemande offshore s’offre ainsi un fort potentiel au niveau du développement technique.

Compte tenu des plus grandes distances du littoral, les problèmes techniques sont plus complexes que pour les parcs éoliens installés à proximité des côtes. Cela concerne par exemple le raccordement au réseau, techniquement plus compliqué en raison de l’éloignement plus important, ou encore le financement plus difficile à assurer en raison des plus grands risques techniques.

Des opportunités pour les régions côtières structurellement faibles

En particulier dans les sites établis à proximité du littoral, les entreprises du secteur maritime tirent profit du développement d’une industrie éolienne en mer. Pour les régions côtières structurellement faibles, cela représente un fort potentiel industriel susceptible de générer de la valeur et des emplois. Cela s’applique aux sites portuaires en mer du Nord et mer Baltique servant de base pour les interventions en haute mer.

Informations sur l’énergie éolienne en mer
À la fin de l’année 2020, on comptait environ 1 500 sites éoliens offshore d’une capacité totale de 7 700 mégawatts connectée au réseau. L’année dernière, les deux parcs éoliens Merkur Borkum II (200 MW, en mer du Nord) et EnBW Albatros (116 MW, en mer du Nord) ont été entièrement mis en service. Toutes les installations de ces deux parcs éoliens sont raccordées au réseau et l’alimentent.
D’après les informations provisoires des gestionnaires de réseau de transport d’électricité (RTE), tous les parcs éoliens offshore allemands ont fourni en 2020 environ 27 milliards de kilowattheures d’électricité, c’est-à-dire à peu près 10 % de plus d’électricité que l’année précédente (en 2019, ce chiffre tournait autour de 24 milliards de kWh). Source : www.offshore-windindustrie.de.