Des idées pour une mobilité sans émissions de CO2

Exposition aérospatiale internationale Des idées pour une mobilité sans émissions de CO2

Mercredi, le chancelier fédéral Olaf Scholz a inauguré l’Exposition aérospatiale internationale (ILA) à Berlin. L’Allemagne veut être pionnière en matière d’aéronautique neutre en carbone. L’aviation du futur se veut en effet respectueuse du climat, silencieuse et hautement innovante.

ILA

Avec l’ILA, « on a hâte de découvrir l’aviation du futur, qui sera respectueuse du climat, silencieuse et hautement innovante », a déclaré Olaf Scholz lors de l’ouverture du salon.

Foto: Gouvernement fédéral/Bergmann

Lors de l’inauguration de l’Exposition aérospatiale internationale (ILA) ce mercredi à Berlin, le chancelier fédéral Olaf Scholz a déclaré : « Celles et ceux qui veulent savoir à quoi ressemblera concrètement l’avenir de l’aviation sont ici, à l’Exposition aérospatiale internationale, au bon endroit. » Pour le chancelier, rares sont les secteurs représentant aussi bien l’innovation et le progrès. Toutefois, les transformations à venir s’accompagnent de grands défis. Les technologies liées aux moteurs électriques et à hydrogène devraient atteindre le stade de la maturité industrielle. Des développements et des prototypes très intéressants sont d’ores et déjà présentés dans le cadre du salon. « L’enjeu, en substance, est de déterminer comment faire évoluer notre modèle économique, qui repose depuis près de 200 ans sur la combustion de charbon, de pétrole et de gaz, pour assurer l’avenir de notre planète », a expliqué Olaf Scholz.

Intitulée « Pioneering Aerospace », l’ILA a lieu du 22 au 26 juin. Pour l’occasion, 550 exposants sont réunis à l’ExpoCenter Airport, non loin de l’aéroport de Berlin Brandebourg, afin de présenter les nouveautés du secteur. Parmi eux, on retrouve le Centre aérospatial allemand (DLR) et la Bundeswehr.

Promotion de technologies clés

Le secteur spatial comprend des technologies d’avenir fondamentales. L’aérospatiale allemande combine des technologies de pointe telles que l’électronique, la robotique, la métrologie, les techniques de commande, le génie des matériaux et les techniques de régulation. Plus de 9 % du chiffre d’affaires du secteur sont investis dans la recherche et le développement. D’autres branches de l’industrie profitent des innovations réalisées dans ce domaine, par exemple la fabrication d’ordinateurs. Le gouvernement fédéral promeut les technologies clés du secteur aéronautique par le biais de fonds destinés à la recherche issus du programme de recherche aéronautique et de crédits au prorata pour les coûts de développement alloués dans le cadre du programme pour les équipementiers aéronautiques. Le gouvernement souhaite par ailleurs concevoir une nouvelle stratégie spatiale.

Le transport aérien du futur sera climatiquement neutre

L’Allemagne a pour objectif de devenir neutre en carbone d’ici 2045. Pour assurer sa pérennité, le secteur de l’aviation doit contribuer à réduire ses émissions de CO2 et permettre un transport aérien climatiquement neutre. Le gouvernement fédéral veut l’accompagner activement sur cette voie. Il faut pour cela ouvrir la voie à l’amélioration de l’efficacité des aéronefs ainsi qu’à d’autres types de propulsion.

Avec la feuille de route « Power-to-liquid », le gouvernement fédéral et l’industrie montrent que la rapide montée en puissance des carburants alternatifs peut aussi fonctionner en Allemagne. La Fédération et les Länder encouragent la recherche fondamentale et le développement en matière de carburants neutres sur le plan climatique, de construction de moteurs et de génie des systèmes. Un document commun du gouvernement fédéral résume les efforts à fournir pour parvenir à un transport aérien climatiquement neutre.

Le ministre fédéral de l’Économie Robert Habeck a déclaré : « Nous devons poser maintenant les jalons de la neutralité climatique dans le secteur aéronautique. Les cycles de développement de ce secteur sont longs, il faut donc agir maintenant. C’est pour cette raison que nous accélérons de manière ciblée le fort développement des carburants verts, et que nous axons encore davantage le programme de recherche aéronautique sur l’objectif de neutralité climatique dans l’aviation. En résumé, il est clair que la neutralité climatique de ce secteur est un défi de taille, et que nous ne pourrons le relever qu’ensemble. »