Accord entre l’UE et l’Ukraine

Conseil européen Accord entre l’UE et l’Ukraine

Les chefs d'État et de gouvernement de l'UE et le premier ministre ukrainien ont signé à Bruxelles un accord visant à approfondir leur coopération politique. La chancelière fédérale Angela Merkel a expliqué qu'il s'agissait d'une manière d'apporter un large soutien au gouvernement et au peuple ukrainiens.

Le premier ministre Arseni Iatseniouk et les chefs d'État et de gouvernement de l'UE ont signé le volet politique de leur accord d'association lors du Conseil européen de Bruxelles.  

La Commission européenne prévoit également de supprimer les droits de douane pour les exportations de produits ukrainiens vers l'Union européenne, a affirmé la chancelière fédérale.

L'UE insiste sur la nécessité d'une mission d'observation

L'UE continue de plaider en faveur d’une mission de l'OSCE en Ukraine. Si cela s'avère impossible, l'UE pourrait mettre sur pied sa propre mission, a souligné Mme Merkel.

Les chefs d'État et de gouvernement ont insisté à nouveau sur l'importance cruciale de l'intégrité territoriale de l'Ukraine. Ils dénoncent l'annexion et la jugent illégale, a expliqué la chancelière. « Par conséquent, nous avons également décidé de demander à la Commission d'étudier d'éventuelles mesures restrictives économiques et financières en rapport avec la Crimée. »

Des sanctions supplémentaires adoptées

L'UE a adopté des sanctions de la « phase 2 » à l'encontre d'autres personnes. Étant donné qu'un groupe de contact n'a pas été mis sur pied et compte tenu de « la situation générale », la liste de sanctions adoptées dans le cadre de la « phase 2 » de la riposte graduée est élargie. Il s'agit de restrictions de visas et de gels d'avoirs, a expliqué Mme Merkel.

Elle a également bien fait comprendre que l'UE était prête aussi à passer au troisième niveau de sanctions en cas de nouvelle escalade en Ukraine  et que la Commission européenne avait été chargée de préparer d'éventuelles sanctions économiques.

Prochain sommet annulé

La chancelière fédérale a souligné que le prochain sommet UE-Russie n'aurait pas lieu. Il en va de même des sommets bilatéraux qui devaient avoir lieu à court terme. « En Allemagne, cela aurait et aura un impact sur les consultations intergouvernementales germano-russes. »

À l'issue du Conseil européen, Mme Merkel a souligné que l'Europe avait montré qu'elle pouvait agir de manière unie et déterminée.