Principales questions et réponses sur le rappel vaccinal

FAQ sur le rappel vaccinal Principales questions et réponses sur le rappel vaccinal

Il importe que les personnes présentant des risques particuliers soient protégées de manière optimale face au coronavirus. Pourquoi une injection de rappel est-elle judicieuse ? Pour qui est-elle recommandée ? Et où recevoir cette injection ? Aperçu des questions et réponses.

Carnet de vaccination avec l’inscription de la vaccination contre le coronavirus

L’injection de rappel vise à stimuler le système immunitaire et peut renforcer nettement la protection vaccinale contre le coronavirus.

Photo : Getty Images/Jens Schlueter

Pourquoi une injection de rappel est-elle importante ?

Pour commencer : les vaccins contre la Covid-19 protègent efficacement contre les formes graves de la maladie. Les vaccins employés en Allemagne empêchent dans une large mesure les contaminations au coronavirus et réduisent le risque de contagion pour autrui.

Des études attestent que la protection vaccinale peut diminuer au fil du temps, notamment chez les personnes âgées ou ayant un système immunitaire affaibli. Chez les personnes âgées, la réponse immunitaire après vaccination peut en outre s’avérer moindre. Une injection de rappel peut alors accroître à nouveau nettement la protection vaccinale. Le corps produit davantage d’anticorps et peut encore mieux se prémunir contre le virus. L’injection de rappel vise donc à stimuler le système immunitaire.

Quand faut-il procéder à un rappel de vaccination ?

En principe, un rappel est recommandé au plus tôt six mois après l’immunisation de base – c’est-à-dire six mois après la deuxième injection.

Pour les personnes présentant une immunodéficience, ce qui suit s’applique : environ six mois après l’immunisation de base, l’injection d’une dose supplémentaire de vaccin à ARN messager doit être proposée ; pour les personnes à immunodéficience lourde, cela doit avoir lieu à partir de quatre semaines après la 2e dose afin d’optimiser le schéma vaccinal primaire.

Pour qui la Commission permanente de vaccination recommande-t-elle le rappel ?

La Commission permanente de vaccination (STIKO) recommande une injection de rappel par vaccin à ARN messager (au plus tôt 6 mois après l’immunisation de base) pour

  • toutes les personnes à partir de 70 ans,
  • les résidents et les personnes prises en charge dans des établissements de soins pour personnes âgées – même si âgés de moins de 70 ans,
  • les personnels soignants et autres professionnels en contact direct avec plusieurs personnes à soigner – en établissement de soins pour personnes âgées ou pour autres personnes à risque élevé de complications en cas de Covid-19,
  • le personnel d’unités médicales en contact direct avec les patients.

Par ailleurs, la STIKO formule également ces recommandations :

  • les personnes présentant une immunodéficience doivent se voir proposer, environ six mois après leur immunisation de base, une dose supplémentaire de vaccin à ARN messager ; pour les personnes à immunodéficience lourde, cela doit être fait dès quatre semaines après la 2e dose afin d’optimiser le schéma vaccinal primaire,
  • les personnes ayant reçu l’immunisation de base par une dose du vaccin de Johnson&Johnson « Covid-19 Vaccine Janssen » se voient recommander, indépendamment de leur âge, une nouvelle injection au moyen d’un vaccin à ARN messager (dès quatre semaines après leur vaccination par le vaccin Johnson&Johnson), cela afin d’optimiser leur protection vaccinale.

Vous trouverez un aperçu des recommandations de la STIKO concernant la vaccination contre le coronavirus sur le site de l’Institut Robert Koch (RKI).

Qui peut en outre se voir proposer une injection de rappel s’il le souhaite ?

Au-delà des recommandations de la STIKO, les ministres de la Santé des Länder ont décidé, en accord avec le ministre fédéral de la Santé, que les groupes de personnes suivants devraient aussi se voir offrir une injection de rappel s’ils le souhaitent et après avis médical :

  • toutes les personnes de plus de 60 ans,
  • les résidents d’établissements de soins de longue durée, tels que les établissements pour personnes en situation de handicap et autres établissements pour groupes vulnérables,
  • tous les soignants et autres agents travaillant dans ces établissements,
  • les personnes qui se trouvent, du fait de leur profession, en contact régulier avec des personnes contaminées, telles que le personnel médical, y compris ambulant, le personnel de services de secours, les équipes de vaccination mobiles,
  • les personnes ayant besoin de soins à domicile,
  • les personnes qui ont eu un parcours vaccinal complet avec le vaccin AstraZeneca.

Vous trouverez un aperçu des décisions de la Conférence des ministres de la Santé sur son site.

Avec quel vaccin l’injection de rappel est-elle effectuée ?

Pour les injections de rappel, seuls les vaccins à ARN messager (BioNTech, Moderna) sont utilisés. Cette décision a été prise sur la base des connaissances scientifiques actuelles relatives à l’efficacité et à la sécurité des vaccins autorisés jusqu’ici en tenant compte de leur large application et de leur disponibilité.

Les données ont montré qu’un schéma vaccinal hétérologue (ou panachage vaccinal), à savoir une première injection réalisée avec un vaccin à vecteur viral suivie d’une injection avec un vaccin à ARNm, garantissait une production d’anticorps nettement supérieure à celle offerte par un schéma vaccinal homologue avec un vaccin à vecteur viral. L’injection de rappel par vaccin à ARN messager vise à garantir que, outre la haute protection vaccinale assurée par les vaccins à ARN messager, la protection vaccinale contre la Covid-19 de personnes ayant eu un parcours vaccinal complet avec un vaccin à vecteur viral soit encore améliorée.

Information complémentaire importante : si l’immunisation de base a été réalisée à l’aide d’un vaccin à ARNm, il est recommandé si possible d’utiliser le même vaccin.

Les vaccins utilisés pour l’injection de rappel (vaccins à ARNm) sont-ils adaptés aux nouveaux variants du virus ?

L’injection de rappel s’effectue actuellement avec les vaccins à ARNm disponibles. Cela est possible dans le cadre de l’homologation en vigueur de ces vaccins. Jusqu’ici, aucune adaptation aux nouveaux variants n’a eu lieu concernant les vaccins à ARN messager actuellement disponibles pour l’injection de rappel et les études à ce sujet sont toujours en cours. De tels vaccins ajustés ne sont donc pas disponibles à ce jour. Par ailleurs, différents résultats d’études montrent que l’efficacité des vaccins à ARN messager disponibles face au variant Delta est en légère baisse mais continue de rester élevée. S’agissant des hospitalisations, l’on ne constate actuellement aucune perte d’efficacité par comparaison au variant Alpha.

Où puis-je recevoir une injection de rappel ?

Les injections de rappel sont réalisées entre autres par des équipes mobiles de vaccination ou par des médecins libéraux ainsi que des médecins du travail. L’organisation et la mise en œuvre du vaccin de rappel incombent aux Länder.

Qu’en est-il des personnes entièrement vaccinées qui ont bénéficié d’un schéma vaccinal avec AstraZeneca et Johnson&Johnson ?

Les personnes qui ont bénéficié d’un premier schéma vaccinal exclusivement avec le vaccin à vecteur viral AstraZeneca se voient offrir une injection de rappel par vaccin à ARN messager six mois après l’immunisation de base.

Cette offre n’est pas destinée aux personnes ayant reçu un panachage vaccinal. En effet, sur la base des connaissances scientifiques actuelles, l’on part du principe que les personnes ayant reçu une dose de vaccin à vecteur viral et une dose de vaccin à ARN messager (panachage vaccinal) bénéficient d’une protection suffisante contre la Covid-19. L’on examine encore actuellement la nécessité d’administrer ou non une injection de rappel aux personnes non vulnérables ayant reçu un panachage vaccinal et, si oui, à quel intervalle cela doit être réalisé.

La STIKO recommande une injection par vaccin à ARN messager à partir de la quatrième semaine après l’administration de la première dose à tous ceux ayant reçu une première injection avec le vaccin à vecteur viral Johnson&Johnson.

L’injection de rappel est-elle gratuite ?

Oui. Toutes les vaccinations contre le coronavirus effectuées selon le règlement sur la vaccination sont gratuites pour tous les citoyens. Cela vaut également pour les injections de rappel.

Est-il possible de réaliser en même temps le vaccin contre la grippe et le rappel vaccinal contre la Covid-19 ?

Oui. Il est possible de se faire vacciner contre la grippe et de recevoir une dose de vaccin contre le coronavirus. La STIKO recommande le vaccin contre la grippe notamment aux personnes à partir de 60 ans, aux femmes enceintes, aux personnes souffrant déjà d’une maladie et au personnel médical.

Vous trouverez les principales questions et réponses sur le vaccin contre le coronavirus dans la FAQ.

Mots-clés