Les principales questions et réponses sur la vaccination contre la Covid-19

La photo montre des mains gantées de latex posant un pansement sur le haut d’un bras

Toute personne vaccinée contre la Covid-19 se protège elle et les autres : sa famille, ses amis et ses collègues.

Foto: Getty Images/iStockphoto

Informations sur la vaccination contre la Covid-19

Pourquoi est-il important de se faire vacciner contre la Covid-19 ?

Le bénéfice principal de la vaccination contre la Covid-19 est de prévenir les formes graves, voire mortelles, de la maladie. Par ailleurs, chaque vaccination contre la Covid-19 contribue à freiner la propagation du virus. Toute personne vaccinée protège ainsi sa famille, ses amis et la communauté.

Quelle est l’efficacité de la vaccination ?

D’après les informations disponibles, les vaccins à ARN messager Comirnaty (BioNTech/Pfizer) et Spikevax (Moderna) ont une efficacité de l’ordre de 95 %. Ce qui signifie que les personnes entièrement vaccinées ont environ 95 % moins de risque de contracter la Covid-19 que les non-vaccinés.

Selon les connaissances actuelles, Vaxzervia, le vaccin à vecteur viral d’AstraZeneca, a une efficacité proche de 80 % à condition que les deux doses aient été administrées à 12 semaines d’intervalle. Après l’administration de la dose unique recommandée, le vaccin également à vecteur viral Janssen, de Janssen-Cilag International, atteint une efficacité de l’ordre de 65 % sur l’ensemble des groupes d’âge.

Même si, en l’état actuel des connaissances, les vaccins ont une bonne efficacité, une contamination par la Covid-19 est néanmoins possible car la vaccination ne confère pas une protection à 100 %. Toutefois, des études montrent qu’en cas de contamination, les personnes vaccinées ne présentent généralement que des symptômes légers, et qu’elles sont même souvent totalement asymptomatiques.

Pour de plus amples informations sur l’efficacité de la vaccination contre la Covid-19, veuillez consulter le site de l’Institut Robert Koch.

Existe-t-il une obligation vaccinale ?

Non. Chacun est libre de se faire vacciner ou non.

Quelle est la règle pour les enfants et les jeunes de plus de 12 ans ?

La Commission permanente de vaccination (STIKO) recommande la vaccination des enfants et des jeunes de plus de 12 ans.

Dans les Länder, la vaccination est ouverte aux jeunes âgés de 12 à 17 ans qui peuvent donc se faire vacciner en centre de vaccination, chez leur médecin traitant ou pédiatre établi, mais aussi, en tant que proches d’agents concernés, par un médecin du travail. Pour cela, une information médicale correspondante est nécessaire en vue du consentement éclairé, ainsi que l’accord des détenteurs de l’autorité parentale le cas échéant.

La Commission européenne a autorisé les vaccins BioNtech/Pfizer et Moderna pour les enfants et les jeunes de plus de 12 ans. Les doses de vaccin de ces deux fabricants sont disponibles en nombre suffisant pour proposer la vaccination aux quelque 4,5 millions de personnes âgées de 12 à 17 ans que compte l’Allemagne.

Mon enfant est-il pénalisé s’il n’est pas vacciné ?

Non, la vaccination n’est pas obligatoire. Un fonctionnement sûr des écoles reste garanti pour tous, indépendamment de la vaccination, par exemple au moyen de tests. C’est également le cas des voyages pendant les vacances ou des autres activités, qui sont soumises à des règles d’accès spécifiques.

Quelle est la règle pour les femmes enceintes et allaitantes ?

La Commission permanente de vaccination (STIKO) recommande aux femmes enceintes et allaitantes de se faire vacciner contre la Covid-19. La STIKO recommande par ailleurs à toutes les femmes en âge de procréer de se faire vacciner, la vaccination leur conférant un très bon niveau de protection contre la Covid-19 avant toute éventuelle grossesse. Les femmes qui allaitent et les femmes enceintes à partir du deuxième trimestre de grossesse peuvent recevoir deux doses d’un vaccin à ARN messager tel que BioNtech ou Moderna. La STIKO fonde ses recommandations sur les données relatives au risque de développer une forme grave de la Covid-19 en cours de grossesse ainsi que sur celles relatives à l’efficacité et la sécurité de l’administration du vaccin à des femmes enceintes et allaitantes.

Combien de personnes ont déjà été vaccinées ?

Graphique avec titre : Voici comment sont utilisés les vaccins. Plus de détails dans la description de l’image. (Weitere Beschreibung unterhalb des Bildes ausklappbar als "ausführliche Beschreibung")

Pour l’heure, quatre vaccins sont autorisés. Le point sur la situation ici.

Barrierefreie Beschreibung anzeigen

Foto: Bundesregierung

Le ministère fédéral de la Santé publie des chiffres reflétant l’évolution de la couverture vaccinale sur son tableau de bord de la vaccination.

Où vaccine-t-on actuellement ?

Dans les cabinets médicaux et les centres de vaccination – depuis plusieurs semaines, les médecins du travail peuvent aussi administrer le vaccin. En cas de vaccination en cabinet, la prise de rendez-vous s’effectue directement auprès des médecins, par exemple par téléphone. La prise de rendez-vous n’est pas centralisée.

Aujourd’hui, Länder, villes et arrondissements sont nombreux à proposer la vaccination sans rendez-vous – dans des centres de vaccination ou, en certaines occasions, dans des lieux spécifiques tels que des stades de football. De plus amples informations sur l’organisation locale de la vaccination sont disponibles sur la page d’information du gouvernement de votre Land.

Où puis-je obtenir un rendez-vous pour la vaccination ?

L’organisation de la vaccination et la gestion des rendez-vous incombent aux Länder. Pour plus d’informations sur votre éligibilité à la vaccination dans votre Land et sur la façon de procéder pour prendre rendez-vous, consultez www.116117.de.

En cas de vaccination en cabinet médical, la prise de rendez-vous s’effectue directement auprès des médecins. La prise de rendez-vous n’est pas centralisée.

Puis-je recevoir le vaccin contre la grippe et le vaccin contre la Covid-19 lors du même rendez-vous ?

Oui. La STIKO a indiqué la possibilité de co-administrer le vaccin contre la Covid-19 et un vaccin inactivé – le vaccin contre la grippe par exemple.

Ainsi, toute personne non vaccinée ou devant recevoir une injection de rappel peut bénéficier le même jour du vaccin contre la Covid-19 et du vaccin contre la grippe. Les deux vaccins peuvent être administrés lors du même rendez-vous.

De cette manière, il est possible de se protéger sans tarder contre les maladies parfois graves auxquelles on est exposé à l’automne et en hiver. Car, en effet, une grippe n’est pas bénigne : elle peut être grave, voire mortelle, pour les malades et les personnes âgées.

Que se passe-t-il si je suis malade le jour de mon rendez-vous pour la vaccination ?

En cas d’affection aiguë, grave ou avec fièvre, la vaccination doit être reportée. Les maladies bénignes et sans fièvre ne sont généralement pas des contre-indications à la vaccination.

Si vous devez vous faire vacciner dans un cabinet médical et que vous ne pouvez vous rendre au rendez-vous pour cause de maladie, c’est à vous de procéder à son annulation. Les cabinets médicaux gèrent eux-mêmes leurs rendez-vous. En cas de rendez-vous dans un centre de vaccination, le report de date peut s’effectuer en ligne via la plateforme de réservation www.116117.de. Pour ce faire, munissez-vous du code généré lors de votre prise de rendez-vous. Vous pouvez également contacter la permanence téléphonique mise en place pour la vaccination en appelant le 116117. Important : en cas de report ou d’annulation de votre premier rendez-vous, pensez éventuellement à reporter ou annuler également votre deuxième rendez-vous.

Faut-il respecter les intervalles entre deux injections ?

Le variant dit Delta du SARS-CoV-2 est actuellement fortement répandu en Allemagne. Dans ce contexte, il importe particulièrement de procéder dans les temps à la deuxième injection du vaccin.

La Commission permanente de vaccination (STIKO) recommande les intervalles suivants :

  • Comirnaty (BioNTech/Pfizer) : 3 à 6 semaines
  • Spikevax (Moderna) : 4 à 6 semaines
  • Vaxzevria (AstraZeneca) : 9-12 semaines
  • panachage vaccinal (Vaxzevria/vaccin à ARNm) : à partir de 4 semaines

À quelle fréquence la vaccination doit-elle être renouvelée ?

Pour les vaccins de BioNTech, Moderna et AstraZeneca, deux injections sont nécessaires. Le quatrième vaccin homologué dans l’UE, celui de Johnson & Johnson, ne requiert qu’une seule injection.

Pourquoi la deuxième dose est-elle importante ?

Ce n’est qu’avec la deuxième injection que l’on obtient une protection complète. Cela est dû à la mémoire immunologique : après l’injection d’une deuxième dose de vaccin, le système immunitaire se « souvient » avoir déjà été en contact avec le coronavirus ; il réagit en se défendant en conséquence et en fabriquant des anticorps.

Un schéma vaccinal complet est nécessaire avant tout pour se protéger du variant Delta, actuellement très répandu. Après un parcours de vaccination complet, la protection vaccinale face au variant Delta est presque aussi bonne que face au coronavirus original ou au variant Alpha.

À qui propose-t-on une injection de rappel ?

Depuis septembre 2021, une injection de rappel avec un vaccin à ARN messager (BioNtech, Moderna) est proposée dans les établissements de soins de longue durée, les établissements d’aide à l’insertion et autres établissements accueillant des groupes vulnérables. En règle générale, l’injection est effectuée au moins six mois après l’administration de la première série de vaccins. La décision d’administrer une dose de rappel a été prise par les ministres de la Santé en août dernier.

En principe, la Commission permanente de vaccination (STIKO) recommande une troisième injection de vaccin, également appelée dose de rappel, à toutes les personnes de plus de 70 ans. De même, la vaccination des personnes immunodéprimées est recommandée – il s’agit des patients souffrant de certaines pathologies et dont le système immunitaire est affaibli par un traitement médicamenteux (c’est notamment le cas des maladies auto-immunes ou après une greffe). En effet, ces patients courent un risque accru, à la fois d’être moins bien protégés par le vaccin et de développer une forme grave. Par ailleurs, les résidentes et résidents des maisons de retraite, le personnel soignant ainsi que toute personne au contact direct des patients dans les établissements de soins stationnaires ou ambulatoires devront recevoir une injection de rappel.

Une injection supplémentaire, d’un vaccin à ARNm messager (BioNtech, Moderna), sera par ailleurs proposée aux personnes ayant reçu une dose du vaccin Johnson&Johnson – à partir de quatre semaines après la vaccination. Cette mesure est due au fait que c’est avec ce vaccin que l’on a enregistré le plus grand nombre de contaminations. Les injections de rappel peuvent être administrées dans les centres de vaccination, par les médecins de ville ainsi que par les médecins du travail.

Qu’est-il préconisé pour les personnes qui ont reçu AstraZeneca pour premier vaccin ?

De nouveaux résultats d’études montrent que la réponse immunitaire à un panachage vaccinal (première dose avec AstraZeneca, deuxième dose avec un vaccin à ARNm) est nettement meilleure que celle suivant deux injections d’AstraZeneca. Pour cette raison, la STIKO recommande de modifier le schéma de vaccination : les personnes qui ont reçu une première dose d’AstraZeneca doivent recevoir en deuxième dose une injection de vaccin à ARNm (Moderna ou BioNTech).

Plus des informations plus détaillées concernant le vaccin AstraZeneca, rendez-vous sur le site du ministère fédéral de la Santé.

À partir de quand les personnes guéries peuvent-elles se faire vacciner ?

Les personnes ayant été contaminées par le SARS-CoV-2 développent en général une certaine protection face à une nouvelle contamination. La STIKO préconise une injection de rappel par un vaccin généralement six mois après la contamination. Il est toutefois possible de se faire vacciner dès quatre semaines après la disparition des symptômes de la Covid-19, par exemple en cas d’apparition de variants agressifs du virus contre lesquels une contamination antérieure au SARS-CoV-2 n’offre pas une protection suffisante.

Pour la vaccination des personnes guéries, tous les vaccins homologués contre la Covid-19 peuvent être utilisés, selon les recommandations de la STIKO. Un justificatif attestant de votre vaccination complète sera délivré par le soignant ayant procédé à l’injection.

Pourquoi une seule injection est-elle suffisante après une contamination au SARS-CoV-2 ?

Du fait de l’immunité qui existe suite à une contamination, une dose est suffisante, car elle permet déjà d’atteindre de fortes concentrations d’anticorps qui ne sauraient être accrues par une deuxième injection. Il n’est pas actuellement possible de dire si, et quand, une deuxième injection de vaccin pourrait s’avérer nécessaire à l’avenir.

Dans le cas de personnes à fonction immunitaire réduite, il doit être décidé au cas par cas si une unique dose suffit ou s’il faut procéder à deux injections. Même si le diagnostic a été posé depuis plus de six mois, une dose suffit pour une immunisation de base complète.

Qui paye le vaccin ?

Pour les citoyennes et citoyens, le vaccin est gratuit quel que soit leur statut d’assuré. Les coûts de la vaccination sont pris en charge par la Fédération. Les Länder, aux côtés de l’assurance maladie obligatoire et des régimes privés, supportent les frais de fonctionnement des centres de vaccination.

Informations sur les vaccins autorisés

Quels vaccins ont été autorisés jusqu’à présent ?

  • Quatre vaccins ont été homologués : le 21 décembre, la Commission européenne a délivré une autorisation pour le vaccin de BioNTech, puis le 6 janvier pour le vaccin de Moderna. Le vaccin de la société AstraZeneca est autorisé dans l’UE depuis le 29 janvier et celui de Johnson & Johnson, depuis le 11 mars. 
  • Ces autorisations sont délivrées sur la base de recommandations de l’Agence européenne des médicaments (EMA). Un aperçu du statut actuel des différents vaccins est disponible sur le site Internet de l’EMA.
  • Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 100 vaccins potentiels font actuellement l’objet d’essais cliniques dans le monde entier. Vous trouverez ici la compilation de l’OMS

Quelles sont les différences entre les quatre vaccins autorisés ?  

Les vaccins de BioNTech et Moderna sont des vaccins à ARNm. Ils contiennent des parties de l’information génétique du coronavirus sous forme d’ARN messager (ARNm). Grâce à ce « plan de construction », les cellules musculaires du corps sont stimulées pour produire elles-mêmes la protéine de spicule typique du coronavirus.

Le système immunitaire reconnaît la protéine de spicule comme étrangère et forme des défenses naturelles : anticorps et cellules immunes. Lorsque la personne vaccinée entre ensuite en contact avec le « vrai » coronavirus, celui-ci est reconnu par le système immunitaire. Les anticorps formés protègent alors contre les formes graves de la Covid-19. L’ARNm provenant du vaccin ne reste pas dans l’organisme, mais est dégradé peu après la vaccination.

Les vaccins d’AstraZeneca et Johnson & Johnson sont des vaccins à vecteur viral. Ceux-ci utilisent une version d’un virus atténué et inoffensif pour l’homme en tant que moyen de transport (vecteur) pour des parties de l’information génétique du coronavirus. Là encore, certaines cellules de l’organisme obtiennent ainsi un « plan » pour produire la protéine de spicule caractéristique du coronavirus et la répliquent.

Le système immunitaire reconnaît la protéine de spicule comme étrangère et forme des défenses naturelles : anticorps et cellules immunes. Lorsque la personne vaccinée entre ensuite en contact avec le coronavirus, celui-ci est reconnu et combattu par le système immunitaire. Les vaccins à vecteur viral ont déjà fait leurs preuves et sont utilisés, par exemple, pour protéger contre l’Ebola.

Comment détermine-t-on quel vaccin est administré à qui ?

Quatre vaccins sont homologués en Allemagne. Les deux vaccins à ARNm de BioNTech et Moderna sont recommandés pour toutes les personnes âgées de 12 ans et plus, donc non seulement pour les adultes, mais aussi pour les enfants et les adolescents de 12 à 17 ans (recommandation de vaccination pour les enfants et les adolescents (en allemand)). 

Selon la recommandation de la Commission permanente de vaccination (STIKO), les vaccins d’AstraZeneca et Johnson & Johnson doivent être utilisés en priorité chez les personnes âgées de plus de 60 ans, en raison d’effets secondaires graves (thromboses veineuses cérébrales) très rarement observés. Cependant, selon la STIKO, ces deux vaccins peuvent aussi être administrés à des personnes plus jeunes si elles le souhaitent et si elles ont été pleinement informées par leur médecin. La STIKO recommande aussi généralement que les personnes ayant déjà reçu une première injection du vaccin d’AstraZeneca reçoivent en tant que seconde injection un vaccin à ARNm (panachage vaccinal ou schéma vaccinal hétérologue). 

Certificat de vaccination numérique

Quelle preuve de vaccination contre le coronavirus puis-je présenter ?

La vaccination contre le coronavirus sera inscrite dans votre carnet de vaccination. Si vous n’avez pas de carnet de vaccination, vous recevrez un autre document certifiant la vaccination. En outre, les applications Corona-Warn-App et CovPass de l’Institut Robert Koch offrent également la possibilité de documenter les vaccinations grâce au certificat de vaccination numérique. Ces outils pratiques permettent aux personnes vaccinées d’enregistrer facilement sur leur smartphone les informations relatives à la vaccination contre le coronavirus qu’elles ont reçue. Vous trouverez ici de plus amples informations sur le certificat de vaccination numérique.

Le carnet de vaccination sur papier jaune est-il encore valide ?

Oui. Le certificat de vaccination numérique est uniquement une offre complémentaire proposée à titre facultatif. Pour les personnes vaccinées ne disposant pas d’une preuve numérique de vaccination, la preuve de vaccination par le biais du traditionnel « livret jaune » reste possible et valable.

Sécurité des vaccins

La vaccination est-elle sûre ?

En Allemagne, un vaccin n’est homologué que s’il a passé avec succès les trois phases du programme d’essais cliniques. Ces normes de qualité nationales et internationales s’appliquent à l’homologation des vaccins contre le coronavirus, comme à tous les autres vaccins en cours de développement. Après l’autorisation de mise sur le marché, l’utilisation du vaccin continue à être étroitement surveillée et évaluée afin de recenser les effets secondaires, même très rares. 

Même si le développement de ces vaccins est nettement plus rapide que ce que l’on a connu par le passé, cela ne signifie pas qu’il y ait eu un abaissement des normes d’homologation. L’accélération du processus peut s’expliquer, d’une part, par le fait que beaucoup d’argent y est investi, ce qui fait en sorte que des études peuvent être menées à grande échelle sans délai. D’autre part, les autorités réglementaires surveillent et contrôlent le développement des vaccins aussi rapidement que possible. Ce traitement prioritaire permet aux entreprises et aux laboratoires de recherche de gagner du temps et de passer plus rapidement d’une phase de test à l’autre.  

Y a-t-il des effets secondaires ?

L’on ne peut jamais exclure les effets secondaires. Les vaccins déjà établis en ont également. Il est donc important de les connaître précisément. En effet, ce n’est qu’ainsi qu’il est possible de prendre la bonne décision et de définir pour qui le vaccin est inoffensif et quel est le rapport bénéfices-risques pour chacun. L’une des principales tâches de la procédure de vérification et d’autorisation consiste à pouvoir décrire clairement les effets secondaires et à pouvoir également désigner les groupes de personnes chez lesquels ceux-ci peuvent survenir et dans quelle proportion.

Néanmoins, même après autorisation, le nouveau vaccin utilisé est soumis à observation et continue de faire l’objet de recherches. Il peut arriver que des effets secondaires très rares ne soient identifiés qu’une fois l’autorisation délivrée. L’on entend par « très rare » un cas sur plus de 10 000 personnes vaccinées. En Allemagne, c’est l’Institut Paul Ehrlich (PEI) qui centralise tous les effets secondaires et réactions aux vaccins, indépendamment des fabricants. Le regroupement d’observations nationales et internationales permet de garantir le recensement y compris de risques rares liés aux vaccins qui ne sont visibles qu’après la réalisation d’un très grand nombre de vaccinations. L’Institut Paul Ehrlich publie à intervalles réguliers des rapports de sécurité sur tous les cas suspects rapportés en Allemagne d’effets secondaires ou de complications vaccinales directement liés à la vaccination contre la Covid-19 sur la période considérée. Vous trouverez ici les rapports de sécurité.

Qui ne doit pas se faire vacciner ?

N’ayant pas acquis une expérience suffisante, la Commission permanente de vaccination (STIKO) ne recommande pas la vaccination généralisée chez les femmes enceintes. Dans des cas isolés, la vaccination peut leur être proposée après évaluation du rapport bénéfices-risques et après explication détaillée. Quiconque souffre d’une maladie aiguë avec plus de 38,5 °C de fièvre ne peut être vacciné qu’une fois rétabli. Un rhume ou une fièvre faible à modérée (inférieure à 38,5 °C) ne constitue cependant pas un motif de report de vaccination. Il est recommandé aux personnes présentant une hypersensibilité à l’un des composants du vaccin de ne pas se faire vacciner : avant de vous faire vacciner, veuillez en tout cas indiquer au médecin administrant le vaccin si vous avez ou non des allergies. En outre, la vaccination ne s’applique pas aux enfants de moins de 12 ans, les vaccins n’étant pas autorisés à ce jour pour cette tranche d’âge. Source : Fiche d’information (Aufklärungsbogen) sur la vaccination contre la Covid-19/Institut Robert Koch

En savoir plus :

Vous trouverez des informations relatives à la vaccination dans votre région et à la prise de rendez-vous sur le site Internet www.116117.de.

Le Centre fédéral d’éducation pour la santé (BZgA) a établi une vaste offre d’informations et revient également sur les erreurs les plus fréquentes.

Le ministère fédéral de la Santé répond également à une multitude de questions sur les différents types de vaccins, la répartition des vaccins contre la Covid-19 et d’autres thèmes.

Le ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche informe sur le programme spécial national et l’état de la recherche sur les vaccins.

L’Institut Robert Koch répond lui aussi aux questions les plus fréquemment posées sur le thème du coronavirus et des vaccins.


L’Institut Paul Ehrlich est responsable entre autres de l’autorisation du lancement d’études sur les vaccins en Allemagne. Il a traité des informations sur le développement et l’homologation d’un vaccin.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a établi une vue d’ensemble des candidats vaccins.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) est responsable de la procédure d’autorisation. 

Source : Ministère fédéral de la Santé/Office de presse et d’information du gouvernement fédéral