Des améliorations pour les soignants et les patients

Des rémunérations au tarif, plus de responsabilités, plus d’allègements Des améliorations pour les soignants et les patients

L’Allemagne doit améliorer la prise en charge – pour les patients, les proches aidants et le personnel. En effet, à la faveur de la pandémie, on a une fois de plus constaté « la nécessité d’opérer des changements structurels », a déclaré Jens Spahn, ministre fédéral de la Santé, au sujet de la réforme des soins de santé décidée mercredi en conseil des ministres.

Soignante et patiente

Rémunération au tarif : à partir du 1er septembre 2022, il ne sera possible de conclure des accords de prise en charge avec les caisses d’assurance-dépendance que si les structures accueillant des personnes âgées rémunèrent leur personnel soignant conformément aux conventions collectives ou à un niveau équivalent.

Photo : picture alliance / Fotostand

L’Allemagne doit améliorer la prise en charge. Le gouvernement fédéral a élaboré pour ce faire des réglementations visant notamment à permettre une rémunération au tarif. « Plus de 500 000 soignants qui s’occupent de personnes âgées et n’étaient jusqu’ici pas rémunérés au tarif vont en bénéficier », explique Hubertus Heil, ministre fédéral du Travail. En effet, les soignants n’ont pas seulement mérité « de la reconnaissance et des applaudissements, mais aussi des conditions de travail et des salaires décents ».

Des allègements en fonction de la longueur des soins

Des conditions-cadre sont par ailleurs mises en place afin d’accorder, d’une part, davantage de responsabilités aux soignants et, d’autre part, d’alléger la charge financière des patients. « Quelque trois milliards d’euros d’allègements sont prévus pour les patients et leur famille. Dans le but d’aider ceux qui nécessitent des soins de longue durée, l’allègement augmente progressivement avec la durée de leurs besoins », explique Jens Spahn.

Les règlementations suivantes sont notamment prévues :

  • À partir du 1er septembre 2022, il ne sera possible de conclure des accords de prise en charge avec les caisses d’assurance dépendance que si les structures accueillant des personnes âgées rémunèrent leur personnel soignant conformément aux conventions collectives ou au moins à un niveau équivalent.
  • À partir du 1er janvier 2022, les caisses d’assurance-dépendance verseront des prestations complémentaires aux patients en compensation des coûts additionnels inhérents à une prise en charge par ces structures. Échelonné en fonction de la durée de séjour des patients, le montant de ces compléments sera plafonné.
  • À l’avenir, les soignants devraient avoir un plus grand pouvoir de décision quant à la prescription d’équipements médicaux et de soins à domicile.
  • Pour assurer un ratio personnel-résidents plus contraignant dans les établissements, l’évaluation des besoins en personnel doit se poursuivre. En d’autres termes, cela entraînera la création de postes supplémentaires et réduira la charge de travail.
  • La contribution forfaitaire des caisses d’assurance maladie légales aux soins médicaux en milieu hospitalier doit être pérennisée.
  • Par ailleurs, la prise en charge dans le cadre de soins de courte durée doit être renforcée, et un nouveau service de soins de suite et de réadaptation à l’hôpital introduit.

Une subvention fédérale forfaitaire d’un milliard d’euros doit être mise en place pour financer ces mesures et la cotisation supplémentaire majorée de 0,1 point de pourcentage pour les personnes sans enfant.

Il n’est cependant pas seulement question de soins. Le conseil des ministres fédéral a par ailleurs décidé que la cotisation supplémentaire pour les caisses d’assurance maladie légales devait être augmentée de sept milliards d’euros en 2022, afin de permettre une stabilisation des cotisations sociales à moins de 40 % également en 2022.

Le graphique montre les améliorations destinées à renforcer l’offre de soins

L’Allemagne doit améliorer la prise en charge

Photo : Bundesregierung