Étroite concertation entre l’aide allemande et alliée

Déclaration d’Olaf Scholz sur le soutien à l’Ukraine Étroite concertation entre l’aide allemande et alliée

Le gouvernement fédéral soutient l’Ukraine par son aide humanitaire, financière ainsi que par la fourniture d’armes défensives. Ce faisant, il est important de souligner que l’Allemagne agit toujours en étroite concertation avec l’ensemble de ses alliés. « Nous ne ferons pas cavalier seul », a affirmé le chancelier. Dans une interview, il explique l’action du gouvernement.

La photo montre le chancelier Scholz dans un studio radio au côté d’Angela Ulrich, rédactrice à la RBB.

Dans une interview à la radio, le chancelier Scholz affirme que les sanctions de l’UE et des partenaires internationaux produisent leur effet.

Photo : Bundesregierung/Denzel

L’Allemagne va poursuivre son soutien à l’Ukraine en lui livrant des armes. C’est ce qu’a affirmé le chancelier fédéral Olaf Scholz lors d’une interview à RBB-Inforadio, précisant que la République fédérale d’Allemagne fournit à l’Ukraine des armes antichars, des missiles antiaériens ainsi que de nombreux autres équipements militaires. « Nous en fournissons, nous en avons fourni et nous en fournirons encore », a ajouté M. Scholz. Ce faisant, l’Allemagne agit toujours en étroite concertation avec l’ensemble de ses alliés. « Nous ne ferons pas cavalier seul, l’Allemagne n’agira pas différemment des autres pays », a insisté le chancelier.

Selon Olaf Scholz, ces dernières années, la République fédérale d’Allemagne a été le principal contributeur en terme d’aide financière à l’Ukraine et demeure « parmi les premiers » sur le plan de l’aide humanitaire et financière destinée au pays.

Effet immédiat des sanctions contre la Russie

L’Allemagne s’assure par ailleurs « que la pression sur le gouvernement russe augmente, par exemple au travers de nos sanctions qui sont très préjudiciables à la Russie ». Les sanctions ont déjà produit leur effet, a dit M. Scholz. « Et elles ont des répercussions dramatiques à moyen et à long terme sur les possibilités de développement économique de la Fédération de Russie. »

En substance, le gouvernement fédéral a participé à l’élaboration de ces sanctions, en étroite concertation avec ses partenaires internationaux. Dans ce cadre, ils suivent le principe selon lequel le préjudice subi par les pays qui imposent les sanctions ne doit pas être supérieur aux dommages causés à la Russie.

L’indépendance à l’égard des importations en provenance de Russie

La République fédérale d’Allemagne a pris la décision de sortir en très peu de temps des énergies fossiles, a souligné le chancelier. Il s’agit aussi de ne plus dépendre des livraisons russes. « C’est ce que nous faisons pour le charbon. Nous sommes en train de nous organiser pour le pétrole. Et nous y parviendrons petit à petit pour le gaz », a-t-il ajouté. Mais il nous faut encore créer l’infrastructure nécessaire aux importations de gaz en provenance d’autres sources, à savoir mettre en place des gazoducs, des terminaux et des ports. « Nous avançons à un rythme encore inédit en Allemagne », a constaté le chancelier.

Vous pouvez écouter ici l’interview accordée par le chancelier fédéral à RBB-Inforadio. 
Vous trouverez ici un récapitulatif de l’aide humanitaire de l’Allemagne à l’Ukraine.
Cliquez ici pour accéder à d’autres informations sur la guerre en Ukraine et sur l’aide aux réfugiés.
Ici, vous trouverez un résumé des sanctions à l’encontre de la Russie.