Priorité à l'aide humanitaire

Guerre civile en Syrie Priorité à l'aide humanitaire

Alléger la souffrance de la population syrienne constitue la priorité pour la chancelière fédérale Angela Merkel. Les bombardements russes et syriens ont rendu la situation encore plus désastreuse, a-t-elle déclaré à Berlin. Mme Merkel a annoncé qu'elle aborderait la question avec le président Poutine lors d'une réunion qui se tiendra mercredi à Berlin.

La chancelière fédérale Angela Merkel entend profiter d'un sommet en format Normandie afin d'aborder, notamment, la situation en Syrie avec le président russe Vladimir Poutine. C'est ce qu'elle a annoncé mardi, en marge d'une visite du président panaméen Juan Carlos Varela à Berlin.

La chancelière et le président français François Hollande rencontrent les présidents russe et ukrainien mercredi, à la Chancellerie fédérale, pour un sommet en « format Normandie ». Il y sera question de la mise en œuvre des accords de Minsk dans l'est de l'Ukraine.

Nécessité d'un dialogue

Mme Merkel a affirmé que le président français et elle saisiraient « naturellement » cette occasion pour discuter de la guerre en Syrie avec le président russe. Les bombardements russes et syriens ont clairement rendu « la situation encore plus désastreuse sur le plan humanitaire » en visant notamment « les populations, les hôpitaux, les médecins », a-t-elle déclaré.

Mme Merkel a souligné qu’on ne pouvait, vu la situation, « exclure aucune option, y compris des sanctions ». Cependant, alléger la souffrance de la population « de quelque manière que ce soit » constitue pour l'instant la priorité, a-t-elle précisé. C'est ce dont il sera question lors de la discussion avec M. Poutine. On ne peut pas s'attendre à « un miracle », a-t-elle indiqué. Toutefois, il est nécessaire de maintenir un dialogue régulier, même lorsque les opinions divergent fortement, selon la chancelière.

Cessez-le-feu annoncé pour jeudi

Lundi soir, la Syrie et la Russie ont annoncé une trêve de huit heures pour jeudi. Selon le ministre fédéral des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, cette cessation temporaire des hostilités ne peut cependant être qu'un début.
Huit heures sont loin d'être suffisantes afin de permettre d'acheminer aux habitants assiégés de la partie orientale de la ville d'Alep une aide humanitaire urgente et indispensable, a-t-il déclaré mardi. « Il est possible de faire plus, et faire plus est aussi un impératif humain ».

Les ministres européens des Affaires étrangères discutent de la situation en Syrie

Lundi, M. Steinmeier avait discuté de la situation en Syrie avec ses homologues européens lors du Conseil des affaires étrangères de l'UE. L'envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie Staffan de Mistura s'était également rendu à Luxembourg pour assister à la réunion.

Après des discussions intenses, les ministres des Affaires étrangères de l'UE se sont entendus sur des conclusions communes, dont celle d'accorder dans un premier temps la priorité au ravitaillement humanitaire, a affirmé M. Steinmeier à l'issue de la réunion.

Auparavant, l'envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie Staffan de Mistura avait exposé aux 28 l'état des négociations et le résultat des discussions du week-end. D'autres entretiens doivent suivre en cours de semaine, puisque les négociations représentent le seul espoir de succès, selon M. Steinmeier.