Un signal visible contre l’exil et l’expulsion

Inauguration du centre de documentation Un signal visible contre l’exil et l’expulsion

L’Allemagne se dote d’un lieu de pédagogie et de mémoire unique en son genre, centré sur les migrations forcées par le passé et dans le présent. Le centre de documentation de la Fondation fédérale « Fuite, expulsion, réconciliation » a été inauguré solennellement le 21 juin 2021 par la chancelière fédérale Angela Merkel et la déléguée du gouvernement fédéral à la Culture et aux Médias Monika Grütters.

De g. à dr. : Monika Grütters, Wolfgang Schäuble, Joachim Gauck, Gundula Bavendamm et Bernd Fabritius lors de l’inauguration du centre de documentation « Fuite, expulsion, réconciliation »

À la suite de l’inauguration, la directrice du centre de documentation Gundula Bavendamm a fait visiter l’exposition aux invités de la cérémonie

Photo : Thomas Köhler

En inaugurant la Fondation fédérale « Fuite, expulsion, réconciliation », « l’Allemagne fait face à une vérité historique qui a longtemps été trop peu connue, à savoir celle des incommensurables souffrances endurées par des millions de personnes en conséquence de l’exil et de l’expulsion pendant et après la Seconde Guerre mondiale déclenchée par l’Allemagne », a déclaré la déléguée du gouvernement fédéral à la Culture et aux Médias, faisant part de sa reconnaissance pour cette journée d’inauguration qui a enfin permis d’émettre le signal visible contre l’exil et l’expulsion décidé dès 2005 dans l’accord de coalition.

Angela Merkel a solennellement inauguré en livestream le centre de documentation « Fuite, expulsion, réconciliation ». À l’heure actuelle, « le nombre de personnes déplacées à travers le monde est plus élevé que jamais », a affirmé la chancelière dans son allocution. C’est aussi pour cette raison que les thèmes de l’exil et de l’expulsion demeurent « malheureusement », comme l’a souligné Mme Merkel, « plus actuels que jamais ». Concernant l’avenir de la mémoire, Angela Merkel a souligné qu’il était « un devoir pour l’ensemble de la société d’entretenir une politique mémorielle vivante, en particulier à destination des jeunes générations qui n’auront plus le privilège de parler avec les témoins directs. »

Parmi les invités se trouvaient également le président du Bundestag Wolfgang Schäuble, l’ex-président fédéral Joachim Gauck et l’ex-délégué du gouvernement fédéral à la Culture et aux Médias Bernd Neumann.

Les personnes concernées par l’exil et l’expulsion au premier plan

Ce sont avant tout les guerres et les conflits armés qui poussent les populations à fuir, ou les contraignent à émigrer. Dans des circonstances le plus souvent défavorables, il leur faut reconstruire loin de chez elles une nouvelle vie. Les concernés – pas seulement les Allemands, mais tous ceux qui sont contraints à cette expérience – sont au premier plan du centre de documentation. En thématisant les causes d’exil et d’expulsion et les souffrances humaines que ceux-ci engendrent, le centre comble une lacune dans le paysage historique et mémoriel allemand.

Sur plus de 5 000 mètres carrés, le lieu de pédagogie et de mémoire qu’est le centre de documentation comprend, outre son exposition permanente, des expositions temporaires régulières, une bibliothèque recelant des archives de témoins d’époque, des offres de formation, des manifestations et une salle silencieuse. Il ouvrira ses portes au public le 23 juin 2021. L’entrée est gratuite.

Bien plus que la simple assimilation de l’histoire

La déléguée du gouvernement fédéral à la Culture et aux Médias a également remercié, dans son discours, la directrice de la Fondation « Fuite, expulsion, réconciliation », Gundula Bavendamm, ainsi que le cercle international de conseillers scientifiques pour sa participation. Par les nombreuses perspectives qu’il propose, le centre de documentation permet bien davantage que la simple assimilation de l’histoire. Il renvoie, dans un esprit de réconciliation, à l’avenir d’une Europe unie, selon Mme Grütters.