Statistiques policières de la criminalité 2018

L’Allemagne est l’un des pays les plus sûrs au monde

Le taux de criminalité en Allemagne continue de baisser. « Pour la deuxième année consécutive, le nombre de crimes et délits commis en Allemagne est en baisse », a souligné le ministre fédéral de l’Intérieur Horst Seehofer lors de la présentation des statistiques policières de la criminalité pour 2018.

Un total de 5,55 millions de crimes et délits ont été enregistrés en Allemagne en 2018. C’est ce que révèlent les statistiques policières allemandes de la criminalité pour 2018. Cela correspond à une diminution de 3,6 % par rapport à l’année précédente. Dans le même temps, le nombre de suspects a chuté de 2,9 %, pour atteindre 2,05 millions.

Les statistiques policières de la criminalité enregistrent tous les crimes et délits dont la police a eu connaissance par le biais de ses propres enquêtes ou par le biais de plaintes ayant été déposées.

Selon le rapport, 57,7 % de ces infractions ont été élucidées, soit le niveau le plus élevé depuis l’introduction de cette statistique dans le rapport de 2005. Le ministre fédéral de l’Intérieur Horst Seehofer a expressément remercié la police pour son travail et a souligné : « L’Allemagne est l’un des pays les plus sûrs au monde. »

Moins de cambriolages de domiciles

Le nombre de cambriolages de domiciles signalés est tombé à son plus bas niveau historique : 97 504 cas, soit 16,3 % de moins qu’en 2017. Autre fait digne d’être mentionné : 45 % des cambriolages de domiciles échouent dès le stade de la tentative.
Les vols à la tire sont également en baisse : ils ont chuté de 18,2 %, 104 196 délits de ce type ayant été enregistrés par la police en 2018.

Violence contre les forces policières

On constate une augmentation considérable de 39,9 % des délits de « résistance à la force publique », avec 34 168 cas enregistrés. Cette catégorie comprend, par exemple, les menaces ou l’usage de la violence à l’encontre de policiers ou de secouristes en service. 

Toutefois, de nouveaux délits de ce type ayant été introduits en mai 2017, la comparaison avec les années précédentes est moins révélatrice. M. Seehofer a néanmoins parlé de « lumière et d’ombre », ajoutant qu’il n’y avait pas d’excuse pour la violence de plus en plus débridée à l’encontre de la police et des forces de sécurité.

Cependant, la baisse du taux de criminalité ne se reflète pas encore pleinement dans la perception des citoyens. C’est ce qu’indiquent les résultats d’une enquête de population portant sur la perception de la criminalité, connue sous le nom d’« enquête sur la victimisation », qui sera désormais présentée tous les deux ans par l’Office fédéral de police criminelle (BKA).