Traité d'Aix-la-Chapelle

Renforcer l'amitié 

Dans la salle du couronnement de l'hôtel de ville d'Aix-la-Chapelle, la chancelière fédérale et le président français s'apprêtent à signer aujourd'hui, en présence du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et d'autres représentants d'institutions de l'Union européenne, le traité d'Aix-la-Chapelle.

La chancelière fédérale Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron lors de la signature du traité d’Aix-la-Chapelle

22 janvier 2019 : La chancelière fédérale Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron signent le traité d’Aix-la-Chapelle dans la salle du couronnement de l’hôtel de ville d’Aix-la-Chapelle. Les deux pays veulent se rapprocher encore davantage à l’avenir et faire face ensemble aux défis du XXIe siècle

Photo : Bundesregierung/Bergmann

Le traité d'Aix-la-Chapelle entre l'Allemagne et la France vise à contribuer à renforcer l'amitié entre les deux pays. À l'avenir, Berlin et Paris se rapprocheront encore plus l'une de l'autre et se prépareront ensemble aux défis auxquels elles sont confrontées au XXIe siècle.

Aix-la-Chapelle a été choisie pour la signature du traité en tant que lieu empreint d'un fort symbolisme pour les relations franco-allemandes. Aix-la-Chapelle rappelle les racines communes à compter du début de l'Empire carolingien avec Charlemagne, il y a 1 200 ans. Très peu d'endroits en Europe symbolisent aussi bien les origines communes de la France et de l’Allemagne au cœur de l'Europe.

Parmi les invités à la cérémonie de signature officielle figurent, outre des représentants des institutions de l'UE et des organes constitutionnels français et allemands, des citoyens des villes jumelées de Reims et d'Aix-la-Chapelle ainsi que des représentants des milieux politique et culturel et de la société civile. Après la signature, la chancelière fédérale Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron participeront à un dialogue citoyen sur le thème « L'Allemagne et la France pour l'Europe » et mèneront des échanges avec des citoyens des deux pays.

Au service de l'Europe

Le traité d'Aix-la-Chapelle est un engagement en faveur d'une Europe forte, efficace et souveraine. Il élève l'amitié franco-allemande à un nouveau niveau, celui d'une amitié pour le bien de l'Europe. 

Pour cela, plusieurs objectifs sont visés dont une coordination encore plus étroite de la politique européenne, une politique étrangère et de sécurité commune forte et un espace économique doté de règles communes.

Le nouveau traité prévoit ainsi que les deux États se consultent régulièrement à tous les niveaux avant les grandes échéances européennes afin d'établir des positions communes et de promouvoir la coopération bilatérale à l'échelon intergouvernemental.

Le traité d’Aix-la-Chapelle s’appuie sur le socle du traité de l’Élysée de 1963, qui avait largement contribué à la réconciliation historique entre l’Allemagne et la France. Le traité de l'Élysée de 1963 conserve toute sa validité.

Pour la paix et la sécurité

La coopération militaire est également renforcée par le traité. Les deux pays s'entendent pour développer des approches stratégiques communes, que ce soit dans le cadre de l'élaboration de l’Union européenne de défense, en faveur d'un partenariat étroit avec l’Afrique ou en matière d'opérations de paix et d'interventions policières.  

Au niveau international, notamment au sein des Nations Unies et d'autres organisations multilatérales, les deux pays se concerteront également encore plus étroitement à l'avenir. Ensemble, ils s'engagent en faveur d'un ordre international et pour un multilatéralisme reposant sur des valeurs et des règles.

En matière de politique étrangère et de sécurité, les deux pays veulent resserrer leur coopération sur la base des engagements existants dans le cadre de l'OTAN et de l'UE.

Par le biais de l'institution d'un Conseil franco-allemand de défense et de sécurité, ils s'engagent à se prêter aide et assistance par tous les moyens dont ils disposent en cas d’agression armée contre leurs territoires.

La France soutient également l'Allemagne dans son souhait d'obtenir un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Défis mondiaux en point de mire

Le traité d'Aix-la-Chapelle prévoit également de coordonner les futures mesures de politique économique des deux pays et d'adapter le cadre juridique dans ce sens.

Des projets communs dans les domaines du climat, de l'environnement, de la santé et du développement durable devront être mis en œuvre rapidement afin d'améliorer la viabilité et la compétitivité des deux pays.

Lorsque le chancelier fédéral Konrad Adenauer et le président français Charles de Gaulle ont signé le traité de l'Élysée, ils ont posé les bases d'une coopération bilatérale étroite et de la poursuite de l'intégration européenne. Ce traité était axé sur la réconciliation et les échanges, ce qui n'allait pas du tout de soi à l’époque, après un siècle de guerres terribles.

Promouvoir les échanges et les rencontres  

Le traité doit aider, par le biais de solutions concrètes, à améliorer le quotidien des citoyens dans les régions frontalières. Des projets transfrontaliers concrets faciliteront les échanges entre les individus. En font partie la mise en place de crèches et d'établissements d’enseignement communs, des services d’urgence et de santé ainsi que de nouvelles zones commerciales.

Le traité encourage par ailleurs les échanges entre les sociétés civiles dans les domaines de l'éducation et de la recherche, par exemple à travers de nouvelles possibilités de rencontres, des offres numériques et un espace culturel et médiatique commun.

Les jeunes en particulier doivent profiter de cette coopération en matière d'éducation et de recherche et se rapprocher les uns des autres par l'apprentissage mutuel de la langue de l'autre et la reconnaissance mutuelle des diplômes scolaires et professionnels. 

Les deux pays instituent également un Fonds citoyen commun destiné à encourager et à soutenir les initiatives de citoyens et les jumelages entre villes.

Mots-clés