Débat général au Bundestag

« La protection du climat est un des grands défis de l’humanité »

L’Europe aura besoin d’un nouveau départ après le Brexit, a affirmé la chancelière fédérale Angela Merkel au Bundestag. Cette situation pose également de grands défis à l’Allemagne. En outre, la protection du climat et la transformation numérique appellent une réflexion beaucoup plus approfondie dans tous les domaines de la société.

La chancelière Angela Merkel s'adresse au Bundestag

« Si nous ignorons la protection du climat, cela nous coûtera plus cher », a souligné Angela Merkel lors du débat général au Bundestag

Photo : Bundesregierung/Kugler

Il y a encore des chances que le Royaume-Uni quitte l’Union européenne avec un accord, a déclaré la chancelière fédérale Angela Merkel lors de son discours devant le Bundestag. Le gouvernement fédéral travaillera dans ce sens, bien qu’il soit également préparé à un scénario de sortie sans accord.
« L’Europe doit développer de nouvelles forces »

Même si l’Europe entretiendra à l’avenir des relations économiques et amicales avec le Royaume-Uni, elle aura un « concurrent économique à ses portes », a déclaré Mme Merkel.
« Le retrait du Royaume-Uni nous affaiblit », a déclaré la chancelière. Cependant, il peut aussi s’agir pour l’Europe d’une occasion de développer une nouvelle force. La nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a posé les bons jalons lors de la présentation de son équipe ce mardi. L’Europe doit montrer la voie en matière de protection du climat, rattraper son retard en matière de transformation numérique et redevenir un chef de file mondial dans tous les domaines technologiques.
Mme Merkel a également évoqué l’évolution des forces à l’échelle mondiale : les différends commerciaux entre la Chine et les États-Unis ainsi que le renforcement géostratégique de la Russie. « Je crois en une situation gagnant-gagnant si nous travaillons ensemble », a-t-elle dit. Cependant, « le respect des droits de l’homme est pour nous indispensable. Cela vaut aussi pour Hong Kong, où nous croyons que le principe "un pays, deux systèmes" est juste ».
Les liens entre l’Europe et la superpuissance que sont les États-Unis demeurent profonds. Mais la protection de l’Europe par les États-Unis ne va pas de soi. L’Allemagne tiendra sa promesse d’augmenter ses dépenses de défense pour s’approcher du seuil des 2 % du produit intérieur brut. L’UE doit également renforcer sa politique de défense commune, a indiqué la chancelière.

La protection du climat pour les générations futures

La chancelière a également souligné : « Si nous agissons en faveur de la protection du climat, cela coûtera de l’argent, mais il s’agira d’argent bien investi ». En effet, il en coûterait plus cher de négliger la protection du climat. Le 20 septembre, le Conseil interministériel sur le climat réalisera un « formidable tour de force » en lançant des mesures concertées de protection du climat, a-t-elle annoncé.
La tarification et la gestion des volumes d’émission de dioxyde de carbone sont des solutions pour réduire l’empreinte carbone. Elles supposent un développement des énergies renouvelables et, par conséquent, une acceptation par la population de nouveaux câbles de transmission et parcs éoliens qui devront être mis en place, surtout dans les régions rurales. Mme Merkel a affirmé qu’il fallait répondre à « une certaine arrogance » dont font parfois preuve les citadins. Il faut une « alliance villes-campagnes ». Les municipalités pourraient participer aux bénéfices des éoliennes, a-t-elle proposé.

Faire passer l’économie sociale à l’ère numérique

Mme Merkel a promis que 99 % des ménages auraient accès à une connexion Internet à haut débit d’ici fin 2020. En outre, la technologie 5G doit être développée rapidement.
Les petites et moyennes entreprises doivent également comprendre que la simple production de biens ne garantit plus le succès économique. L’intelligence artificielle pénètre dans tous les domaines de la vie. Aujourd’hui, les grands enjeux sont ceux de la souveraineté des données et de l’utilité de l’intelligence artificielle pour la population. « L’économie sociale de marché prend une nouvelle dimension. Elle doit passer à l’ère numérique », a affirmé Mme Merkel.

Tolérance zéro envers la haine et le racisme

En conclusion, la chancelière s’est prononcée contre la haine et le racisme : « S’il n’est pas clair que ce pays a une tolérance zéro contre le racisme et la haine, alors le vivre-ensemble ne sera pas possible », a-t-elle dit. En Allemagne, les attaques contre les Juifs ou les étrangers, mais aussi les paroles remplies de haine, sont devenues monnaie courante. « Nous devons lutter contre cela », a exigé la chancelière. La fondation créée par le gouvernement fédéral pour promouvoir l'engagement et le bénévolat a une mission importante à remplir à cet égard.

Le débat général constitue le point culminant des discussions budgétaires au Bundestag. Y prennent la parole la chancelière ainsi que les présidents des groupes parlementaires du Bundestag.

Mots-clés