« Il faut que les vaccins parviennent rapidement à la population africaine »

Sur la photo, les participants de « Compact with Africa » installés aux tables de la salle de conférences de la Chancellerie fédérale

Conseils entre partenaires : bon nombre de participants ont assisté à la conférence à distance, d’autres étaient présents à la Chancellerie fédérale

Photo : Bundesregierung/Bergmann

La quatrième édition de la conférence « Compact with Africa », une initiative du G20 pour des partenariats de réformes avec les pays d’Afrique, vient d’avoir lieu. L’approvisionnement du continent africain en vaccins contre la Covid-19 constituait l’un des thèmes centraux de la rencontre de cette année. Lors d’un point de presse vendredi soir, la chancelière fédérale Angela Merkel a mis en avant que l’Afrique avait beaucoup souffert de la pandémie sur le plan économique. « Ainsi, la prospérité économique du continent africain est étroitement liée à la disponibilité mais aussi à la production de vaccins », a-t-elle déclaré.

Le fait que seuls 2 % de la population africaine soient vaccinés contre la Covid-19 est « une injustice dramatique que nous devons réparer rapidement ». Selon Angela Merkel, les discussions à ce propos au cours de la conférence avaient été très franches. « Je pense que des possibilités de production dans des pays africains vont également émerger ici », a-t-elle indiqué.

La chancelière a annoncé que l’Allemagne pourrait dès cette année mettre à disposition du dispositif Covax non pas 30 millions de doses de vaccin comme cela était prévu, mais 70 millions de doses. Covax est un programme mondial de redistribution solidaire des vaccins contre la Covid-19. « Maintenant, il faut que les vaccins parviennent rapidement à la population africaine », a déclaré Angela Merkel.

L’initiative « Compact with Africa » est un partenariat d’égal à égal. Elle a été lancée en 2017 lors de la présidence allemande du G20. C’est l’élément central d’une nouvelle coopération avec l’Afrique. L’objectif est d’améliorer les conditions d’investissement pour le secteur privé et les opportunités professionnelles en Afrique en collaboration avec les pays africains partenaires.

« Compact with Africa » met en lien les États africains participants avec un pays partenaire membre du G20 et avec des organisations internationales comme la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et la Banque africaine de développement. Il n’y a aucune solution toute faite dans cette coopération. Les partenaires définissent ensemble des programmes de réforme et des actions de soutien sur mesure pour chaque pays. L’objectif principal est de renforcer l’investissement privé.

Une conférence économique en amont de la rencontre « Compact with Africa »

Lors de la conférence économique qui a précédé la rencontre « Compact with Africa », des représentants politiques de haut rang se sont réunis pour présenter les perspectives d’une meilleure coopération germano-africaine. Les investissements privés sont essentiels pour le développement économique du continent africain.

Durant son discours, Angela Merkel a fait l’éloge de l’Afrique, qu’elle a qualifiée de « continent des opportunités et des idées ». La conférence « Compact with Africa » ouvre selon elle de nouvelles possibilités de coopération et porte ses premiers fruits. Aux yeux de la chancelière, il faut continuer à réduire les barrières commerciales et les obstacles à l’investissement. « L’Afrique dispose d’un immense potentiel de marché qu’il convient de mieux exploiter », a-t-elle déclaré. Cela peut par exemple passer par un renforcement des investissements dans les énergies renouvelables. « Leur développement est crucial pour pouvoir atteindre réellement les objectifs climatiques internationaux. »

La conférence « Compact with Africa » a fait ses preuves

La conférence « Compact with Africa » a prouvé son utilité et son efficacité durant la pandémie. Le rapport de suivi du Groupe de la Banque mondiale (établi en collaboration avec la Banque africaine de développement et le Fonds monétaire international) montre en effet que les pays participants ont été plus résilients face à la pandémie.

Pour 2021, les organisations internationales tablent sur une croissance économique de 4,6 % dans les pays participants d’Afrique subsaharienne (contre 3,4 % dans l’ensemble de la région) et de 3,6 % pour les pays participants d’Afrique du Nord.