Tâche commune de la Fédération et des Länder

Sommet sur les réfugiés à la Chancellerie fédérale Tâche commune de la Fédération et des Länder

En réponse au nombre croissant de réfugiés, la Fédération et les Länder souhaitent ficeler un paquet de mesures. C’est ce qu’a déclaré la chancelière fédérale Angela Merkel lors du sommet sur les réfugiés qui s’est tenu à la Chancellerie fédérale.

La chancelière fédérale Angela Merkel sur le chemin de la conférence de presse aux côtés de Thomas de Maizière et du vice-chancelier Sigmar Gabriel

Des représentants de la Fédération et des Länder se sont entretenus à la Chancellerie fédérale de la problématique des demandeurs d’asile et des réfugiés

Photo : Bundesregierung/Plambeck

Afin d’accélérer les procédures d’asile, il a notamment été décidé de renforcer le personnel de l’Office fédéral des migrations et des réfugiés (BAMF).

Les représentants de la Fédération et des Länder ont discuté au cours du sommet sur la façon dont il fallait répartir les charges entre la Fédération, les Länder et les communes afin de faire face à la forte augmentation du nombre des demandeurs d’asile. À la fin de l’échange, Angela Merkel a déclaré que la discussion avait été empreinte d’un esprit de coopération entre la Fédération et les Länder qui considèrent les défis à relever comme une tâche commune.

Un ensemble de mesures communes

« Nous avons donc l’intention de ficeler ensemble un nouveau train de mesures », a déclaré la chancelière, avant de poursuivre : « L’esprit dans lequel s’est déroulée la discussion m’a convaincue que nous pouvons être capables de vraiment fournir cet effort ensemble. Mais ce n’est qu’un début, il nous reste encore beaucoup de travail à faire. » Il est prévu de prendre une décision concernant ce paquet lors de la conférence des ministres-présidents des Länder qui se tiendra à Berlin le 18 juin.

Selon Mme Merkel, la question de savoir comment aider rapidement les demandeurs d’asile dont le dossier a toutes les chances d’être accepté a été au centre de la discussion. La chancelière a insisté par ailleurs sur la nécessité de traiter plus vite les demandes manifestement appelées à être rejetées.

« Nous trouverons une solution »

« Tout ce que nous faisons exige des moyens financiers supplémentaires. Il va donc être maintenant également question d’argent. Nous n’avons pas encore abordé la question de qui prendra quoi en charge. Mais nous trouverons une solution. C’est le message du jour », a constaté la chancelière.

On discutera également à l’échelon européen de nombreux trains de mesures. Il doit y avoir une solution solidaire pour l’Europe, a souligné Mme Merkel. Au niveau national, le ministre fédéral de l’Intérieur, Thomas de Maizière, mènera d’autres entretiens avec les Länder et les communes.

Un nombre de demandes d’asile estimé à plus de 400 000

M. de Maizière a évoqué les nouvelles prévisions du BAMF. Le gouvernement fédéral suppose que plus de 400 000 demandes d’asile devraient être déposées avant la fin de l’année, soit le double par rapport à 2014. Il est difficile de dire à l’avance comment le nombre de candidats à l’asile en provenance des Balkans occidentaux va évoluer, a-t-il précisé.

Jusqu’à 2 000 postes supplémentaires au BAMF

On fera désormais davantage de distinction entre les demandeurs d’asile : entre ceux qui ont de grandes chances d’obtenir le droit d’asile ou la protection de l’Allemagne et ceux qui viennent de pays dont les demandeurs devront vraisemblablement quitter à nouveau l’Allemagne.

En particulier les réfugiés des pays des Balkans seront donc orientés vers d’autres procédures et institutions, a déclaré le ministre allemand. Afin de pouvoir accélérer les procédures de traitement des dossiers, le BAMF obtient jusqu’à 2 000 postes supplémentaires, dont « 750 pendant l’exercice en cours », c’est-à-dire en 2015.

L’Allemagne forte et compatissante

Le ministre fédéral de l’Économie et de l’Énergie, Sigmar Gabriel, a clairement affirmé que l’Allemagne « doit faire face à un grand défi ». Il s’est dit optimiste quant à la capacité de son pays à gérer ce défi et à se montrer fort et compatissant.

M. Gabriel, qui exerce également les fonctions de vice-chancelier, a insisté sur le fait qu’il s’agit d’une « mission nationale » que doivent assumer ensemble la Fédération, les Länder et les communes. Les acteurs politiques ne doivent pas selon lui se comporter « de façon à ce que l’on puisse penser que les responsables se rejettent mutuellement la responsabilité ».

Un échange sur les questions d’asile et de réfugiés a eu lieu aujourd’hui à la Chancellerie fédérale.

Y ont pris part : la chancelière fédérale Angela Merkel, le ministre fédéral de l’Économie Sigmar Gabriel, le ministre fédéral de l’Intérieur Thomas de Maizière, le chef de la Chancellerie fédérale Peter Altmaier, la déléguée du gouvernement fédéral à la Migration, aux Réfugiés et à l’Intégration Aydan Özoğuz, et le président de l’Agence fédérale pour l’emploi Frank-Jürgen Weise, le président de l’Office fédéral des migrations et des réfugiés (BAMF) Manfred Schmidt, ainsi que des représentants des Länder.

Les communes faisant partie de l’administration publique des Länder, leurs intérêts sont représentés par les Länder lors des entretiens entre la Fédération et les Länder.