Stabiliser l'Afghanistan à long terme

Réaction à la nouvelle stratégie des États-Unis Stabiliser l'Afghanistan à long terme

Le gouvernement fédéral salue l'intention exprimée par les États-Unis de poursuivre à long terme leur engagement en Afghanistan. « Notre objectif commun est de faire en sorte qu'aucune nouvelle attaque terroriste n'émane du sol afghan », a déclaré la porte-parole adjointe du gouvernement fédéral Ulrike Demmer.

Des soldats allemands forment les forces de sécurité afghanes sur le terrain

La Bundeswehr continue de former les forces de sécurité afghanes dans le cadre de la mission « Resolute Support » de l'OTAN

Photo : Isafmedia

Le président américain Donald Trump avait déclaré lundi que les États-Unis avaient l'intention de renforcer leur engagement militaire en Afghanistan. Le gouvernement fédéral s'en réjouit. L'objectif commun est de faire en sorte qu'aucune nouvelle attaque terroriste n'émane de l'Afghanistan, a affirmé mercredi la porte-parole adjointe du gouvernement fédéral Ulrike Demmer, à Berlin. « C'est pourquoi l'engagement demeure aussi nécessaire sur la voie de stabilisation du pays », a-t-elle précisé.

Axer l'engagement sur les conditions de terrain

Les efforts en vue de la stabilisation de l'Afghanistan doivent être « de grande envergure » et « axés sur le long terme », a poursuivi Mme Demmer. Il s'agit depuis longtemps de la position concertée du gouvernement fédéral. C'est pourquoi, à plusieurs reprises, la chancelière fédérale s'est prononcée en faveur d'un engagement de la communauté internationale axé sur les conditions concrètes sur place et non pas sur des calendriers abstaits et dissociés de la situation dans le pays.

Dans le même temps, le gouvernement afghan est appelé à continuer de renforcer ses efforts de réforme, a affirmé la porte-parole adjointe. En outre, il faut chercher à établir un dialogue avec certaines franges des talibans. Bien sûr, « seulement avec les franges des talibans qui sont ouvertes à une conciliation pacifique », a souligné Mme Demmer.

Sigmar Gabriel exige une concertation étroite

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Sigmar Gabriel avait déclaré mardi qu'il était désormais important que les Américains voient avec leurs partenaires européens « comment nous pouvons veiller en commun à ce que le pays devienne plus paisible et plus sûr ». L'on attend des États-Unis qu'ils coordonnent étroitement leur action avec les Européens, notamment afin de mettre un terme aux mouvements de fuite en provenance d'Afghanistan. « La poursuite de la migration déstabilise non seulement l'Afghanistan, mais aussi l'Europe », a estimé le ministre.

Le porte-parole du ministère fédéral des Affaires étrangères, Martin Schäfer, a qualifié mercredi de pas dans la bonne direction la décision du président américain Donald Trump de s’inscrire dans la continuité de la politique de ses prédecesseurs en « adoptant la voie de la poursuite de la stabilisation de l'Afghanistan, y compris sur le plan militaire, aux côtés de la communauté internationale, dont l'Allemagne ».

Ursula von der Leyen : des perspectives pour les Afghans

Le gouvernement allemand ne prévoit aucun changement dans l'engagement de l'Allemagne en Afghanistan. Il n'est prévu ni de redéfinir la mission ni d'augmenter le nombre de soldats de la Bundeswehr, a affirmé mardi la ministre fédérale de la Défense Ursula von der Leyen lors d'une visite de la base navale d'Eckernförde.

Dans une interview accordée à la deuxième chaîne de télévision allemande ZDF, la ministre a déclaré que l'objectif commun était d'instaurer la stabilité en Afghanistan. Le gouvernement afghan doit être en mesure lui-même de protéger la population et de lui fournir des perspectives. Les Afghans doivent avoir du travail et un avenir pour qu'ils restent dans leur pays. « Et nous devons poursuivre sur cette voie de manière systématique et avec patience », a-t-elle indiqué.