Poursuivre la politique de réforme

Élections en Ukraine Poursuivre la politique de réforme

Lors d’un entretien téléphonique, la chancelière fédérale Angela Merkel a félicité le président ukrainien Petro Porochenko et le premier ministre ukrainien Arseniï Iatseniouk pour leur victoire aux élections législatives en Ukraine. Mme Merkel a plaidé en faveur de la formation rapide d'un nouveau gouvernement et a promis d'apporter tout le soutien possible à ce gouvernement.

La chancelière fédérale salue l'intention du président ukrainien et du premier ministre ukrainien d'inscrire la poursuite de la politique de réforme dans un accord de gouvernement, a indiqué, vendredi, le porte-parole adjoint du gouvernement fédéral Georg Streiter. Le gouvernement fédéral apportera au nouveau gouvernement ukrainien « tout le soutien possible dans la réalisation des tâches qui lui incombent », a expliqué M. Streiter.

Lors de la conférence de presse gouvernementale du 27 octobre, le porte-parole du gouvernement fédéral Steffen Seibert s'était réjoui de ce que les élections législatives nationales en Ukraine « se [soient] déroulées de façon globalement pacifique, libre et sans entraves ». M. Seibert avait en outre souligné que le peuple ukrainien s'était « avant tout prononcé clairement pour un nouveau départ, un recommencement sans participation d'extrémistes ni de populistes au gouvernement ».

Accord dans le conflit gazier

Comme M. Streiter l'a rapporté, la chancelière fédérale a tenu une conférence téléphonique au « format normand », après le règlement du conflit gazier. Angela Merkel et ses interlocuteurs, le président français François Hollande, le président russe Vladimir Poutine et le président ukrainien Petro Porochenko, ont salué la conclusion des négociations sur les livraisons de gaz russe à l'Ukraine, menées grâce à la médiation du commissaire européen à l'énergie Günther Oettinger.

Mettre un terme au conflit : mise en œuvre des accords de Minsk

En outre, la chancelière a discuté avec ses interlocuteurs de la situation dans l'est de l'Ukraine. « Toutes les parties concernées ont appelé à un cessez-le-feu immédiat et sont toutes d'avis qu'il doit être mis fin au conflit dans le respect de l'intégrité territoriale de l'Ukraine », a souligné le porte-parole adjoint du gouvernement fédéral.

Tous se sont également accordés à dire que « les accords de Minsk entre l'Ukraine et les séparatistes prorusses doivent servir de base pour résoudre les questions en suspens ». Tous les participants à la discussion ont souligné le rôle prépondérant joué par le groupe de contact de l'OSCE, a déclaré M. Streiter.

Les élections organisées par les séparatistes jugées illégitimes

Le porte-parole adjoint du gouvernement fédéral a indiqué que les points de vue divergeaient concernant l'annonce d'élections pour le 2 novembre dans les régions de Donetsk et de Lougansk. « La chancelière fédérale et le président français ont insisté sur le fait que l'accord convenu dans le cadre du Protocole de Minsk du 5 septembre 2014 doit être mis en œuvre uniquement conformément au droit ukrainien. »

Les élections prévues ce dimanche vont à l'encontre de la lettre et de l'esprit des accords de Minsk et compliquent encore davantage le règlement du conflit, a clairement fait remarquer M. Streiter : « Le gouvernement fédéral ne reconnaîtra pas ces élections illégitimes. »

M. Streiter a rappelé que, lors du dernier Conseil européen, les États membres de l'Union européenne (UE) partageaient déjà tous le même avis, à savoir que des élections anticipées organisées dans les zones de conflit devaient avoir lieu selon le droit ukrainien. Les élections à présent organisées par les séparatistes « ne seront pas reconnues » par l'Union européenne.

Le gouvernement central ukrainien a fixé au 7 décembre 2014 des élections locales dans les régions de Donetsk et de Lougansk. Les séparatistes qui y exercent actuellement le pouvoir veulent organiser dès le 2 novembre ce qu'ils appellent des « élections républicaines ».