« Un réformateur courageux et un homme d’État audacieux »

Décès de Mikhaïl Gorbatchev « Un réformateur courageux et un homme d’État audacieux »

Le chancelier fédéral Olaf Scholz a rendu hommage aux services rendus par l’ancien président décédé de l’Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, à l’unité allemande. « L’Allemagne n’oubliera pas que ses réformes ont contribué à faire tomber le Rideau de fer et qu’elles ont permis la réunification allemande », a-t-il déclaré.

Mikhaïl Gorbatchev

Mikhaïl Gorbatchev

Photo : Target Presse Agentur Gmbh/Getty Images

Lors de son hommage rendu à Mikhaïl Gorbatchev, le chancelier fédéral Olaf Scholz a qualifié celui-ci de réformateur courageux et d’homme d’État audacieux. À l’occasion du décès de M. Gorbatchev, le chancelier a déclaré que l’Allemagne n’oubliera pas qu’il a rendu la perestroïka possible et qu’il a « ouvert la voie à la démocratie et la liberté en Europe ainsi qu’à la réunification de l’Allemagne et à la chute du Rideau de fer ». Les mouvements démocratiques en Europe centrale et orientale auraient également profité du fait que Mikhaïl Gorbatchev ait été à la tête de la Russie pendant cette période.

Le chancelier a également souligné que le prix Nobel de la paix est mort à une époque où non seulement la démocratie a échoué en Russie, mais où la Russie et le président russe Vladimir Poutine ont creusé de nouveaux fossés en Europe et lancé une terrible guerre contre un pays voisin, l’Ukraine. « C’est précisément pour cela que nous pensons à Mikhaïl Gorbatchev et que nous savons le rôle qu’il a joué, ces dernières années, pour le développement de l’Europe et aussi de notre pays », a déclaré Olaf Scholz.

« Un homme d’État à qui nous sommes éternellement reconnaissants »

La ministre fédérale des Affaires étrangères Annalena Baerbock a également rendu hommage à l’action de M. Gorbatchev en faveur de l’unité allemande. Elle a déclaré qu’il était « guidé par la paix et l’entente entre les personnes dans les moments décisifs de notre histoire », indiquant également que la fin de la Guerre froide et l’unité allemande étaient son héritage. « Nous pleurons la perte d’un homme d’État à qui nous sommes éternellement reconnaissants. »

« Son engagement a changé le cours de notre histoire »

Le ministre fédéral des Finances Christian Lindner a qualifié l’ancien dirigeant russe de précurseur de la fin de la Guerre froide et de moteur de l’unité allemande. « Nous devons énormément à Mikhaïl Gorbatchev. Son engagement en faveur de la paix et de la liberté en Europe, qui a changé le cours de notre histoire, restera gravé dans nos mémoires », a déclaré le ministre.

Mikhaïl Gorbatchev est décédé mardi à Moscou, à l’âge de 91 ans. Il est le dernier président de l’Union soviétique, qu’il dirigea jusqu’en 1991. En 1990, Mikhaïl Gorbatchev reçut le prix Nobel de la paix pour ses services rendus au dénouement pacifique de la Guerre froide. Des informations complémentaires (en allemand) sur la vie et l’œuvre de Mikhaïl Gorbatchev sont disponibles sur le site du Centre fédéral pour l’éducation politique.

La liberté comme moteur

Mikhaïl Gorbatchev a imprégné l’histoire de son pays avec courage et clairvoyance dans un moment décisif. Il a su reconnaître la valeur de la liberté et il a agi en conséquence. En 1985, alors qu’il était secrétaire général du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique, il engagea des réformes politiques, sociales et économiques, une démarche connue sous le nom de « perestroïka » (« restructuration »). Sous la devise « glasnost » (« transparence »), il promit la gestion transparente du pays ainsi qu’une plus grande liberté de parole. Sur le plan de la politique extérieure, Mikhaïl Gorbatchev attachait beaucoup d’importance à une politique de détente vis-à-vis de l’Occident. Les discussions sur le désarmement avec le président américain de l’époque Ronald Reagan, entamées en 1986, aboutirent à la conclusion, en 1987, du traité FNI, qui stipule que tous les missiles à charge nucléaire stationnés en Europe, lancés depuis le sol et ayant une portée intermédiaire et tous les missiles à portée intermédiaire et à plus courte portée devraient être réduits en nombre et détruits.

Réalisation de l’unité allemande

Grâce à la « glasnost » et à la « perestroïka », Mikhaïl Gorbatchev a contribué au dénouement pacifique de la Guerre froide et à la fin de la division en Europe. Dans le monde entier, ces deux termes sont devenus synonymes de transformation pacifique sur les plans politique et social. L’engagement de l’ancien président pour l’unité de l’Allemagne reste inoubliable. En février 1990, il consentit à ce qu’une Allemagne réunie ne fasse plus partie d’aucun bloc, donnant ainsi le feu vert à la réunification. Il proposa au chancelier Helmut Kohl de discuter de la question de l’appartenance de l’Allemagne à une alliance avec les autres puissances victorieuses et les deux États allemands. Pour nombre de citoyens de la RDA, la politique engagée par Mikhaïl Gorbatchev fut perçue comme un signal pour se soulever et se battre pour la démocratisation de leur pays. La phrase légendaire suivante reste à jamais gravée dans les mémoires : « Je crois que le danger ne guette que ceux qui ne réagissent pas à la vie ».