La protection du climat nous concerne tous

Dialogue de Petersberg La protection du climat nous concerne tous

« Nous sommes une communauté de destin », a souligné la chancelière fédérale le deuxième jour du Dialogue de Petersberg sur le climat. Des représentantes et représentants de 35 pays se consultent actuellement à Berlin sur la manière de mettre en œuvre efficacement l'Accord de Paris sur le climat.

Dans la salle de conférences : la ministre allemande de l’Environnement Barbara Hendricks prononce le discours d'ouverture

L'objectif du Dialogue de Petersberg de cette année est de faire avancer la mise en œuvre de l'Accord de Paris sur le climat

Photo : Thomas Koehler/photothek/BMUB

« Nous ne pouvons plus chercher des excuses, la protection du climat nous concerne tous », a indiqué Angela Merkel dans son discours prononcé dans le cadre du Dialogue de Petersberg. « Les progrès réalisés en matière de protection climatique profitent à tout le monde. Il faut toujours garder vivant l'esprit qui a présidé à l'adoption de l'Accord de Paris sur le climat. »

Je m'efforce de convaincre également les sceptiques, a souligné Angela Merkel, ajoutant qu'il restait encore beaucoup de travail sur ce point. La chancelière a cependant fait référence avec optimisme au symbole de la présidence du G20, le nœud plat. « Le nœud plat se consolide aussi plus l'on tire dessus. »

Le Dialogue de Petersberg sert à préparer la conférence de l'ONU sur le climat qui se tiendra en novembre. La réunion de cette année est coprésidée par la ministre fédérale de l'Environnement, Barbara Hendricks, et le premier ministre de la République des Fidji, Josaia Voreqe Bainimarama. Le Dialogue de Petersberg avait été initié par la chancelière fédérale Angela Merkel en 2009.

Une grande responsabilité pour un changement de cap

La chancelière fédérale a rappelé l’objectif de limiter le réchauffement planétaire à 1,5 degré. « Le niveau de la mer augmente à chaque hausse de température et les paradis d'aujourd'hui menacent de disparaître. »
La présidence de la République des Fidji de la conférence mondiale sur le climat attire l'attention sur les États les plus touchés par le changement climatique. « Notre responsabilité pour un changement de cap est grande. » Tous les pays doivent y contribuer.

Des règles détaillées nécessaires pour la mise en œuvre

En vue de la conférence mondiale sur le climat à Bonn, en novembre, la chancelière a exigé un cadre réglementaire détaillé pour la mise en œuvre des objectifs climatiques. « Cela créera de la transparence et une base solide permettant aux pays d'avoir confiance les uns dans les autres. »
Angela Merkel a également évoqué la stratégie de développement durable de l'Allemagne et l'importance de la modernisation de l'infrastructure : « Nous avons besoin d'une transformation en profondeur pour accéder à un mode de vie durable ».Une étude actuelle de l'OCDE a montré que « nous devons augmenter de 10 % les investissements dans les infrastructures durables, à l'échelle mondiale, pour atteindre l'objectif de deux degrés. » Des pays moins avancés pourront ensuite eux aussi profiter du savoir-faire technologique acquis.

Faire bloc en tant que communauté internationale

Les objectifs doivent désormais se traduire en actions concrètes, avait indiqué la ministre fédérale de l'Environnement Barbara Hendricks à l'ouverture du Dialogue de Petersberg. La mise en œuvre de l'Accord de Paris sur le climat est un marathon, a déclaré la chancelière dans son discours de bienvenue lundi. L'Allemagne fait partie des États qui ont déjà présenté des stratégies à long terme.

« Il est décisif que nous fassions bloc en tant que communauté internationale », a souligné la ministre. « Nous espérons que nos amis américains resteront dans l'Accord. » Les États-Unis n'ont pas encore rendu de décision concernant leur démarche future concernant l'Accord de Paris.
Mme Hendricks a exigé d’intégrer la protection du climat dans tous les domaines politiques. La protection climatique touche à la fois à la sécurité, à la santé, à l'emploi et aux finances. Elle garantit et génère la prospérité. « Ceux qui restent attachés aux structures du passé passent à côté de l'avenir. » Les investissements dans la protection climatique sont des plans de relance écologique, selon la ministre.

Conséquences du changement climatique en point de mire

L'objectif du Dialogue de Petersberg de cette année était de faire avancer la mise en œuvre de l'Accord de Paris sur le climat. Les thèmes abordés étaient avant tout les stratégies nationales à long terme et la transition vers une économie neutre en carbone.

Selon la tradition, l’Allemagne organise le Dialogue de Petersberg conjointement avec le pays qui présidera la prochaine conférence des Nations Unies sur les changements climatiques. Pour la première fois, en 2017, il s’agit d’un État insulaire particulièrement touché par les dérèglements climatiques.
La constellation particulière de la réunion avec les Fidji comme co-organisateur est l'occasion de prendre tout particulièrement en compte les conséquences du changement climatique. De plus, l’Allemagne exerce cette année la présidence du G20 et elle organisera début juillet le sommet du G20 à Hambourg.

Les impulsions fournies par le Dialogue de Petersberg serviront également à alimenter les échanges internationaux lors du sommet.

La conférence des Nations Unies sur les changements climatiques aura lieu à Bonn au mois de novembre, l’Allemagne apportant son soutien aux Fidji, en tant qu’hôte technique, pour l’organisation de cette rencontre internationale.