La chancelière fédérale condamne la violence « avec la plus grande fermeté »

La chancelière fédérale, Angela Merkel remercie les forces d'intervention du sommet du G20

La chancelière a tenu tout particulièrement à remercier personnellement les forces de sécurité

Photo : Bundesregierung/Kugler

La chancelière fédérale a condamné « avec la plus grande fermeté » la « violence et la brutalité déchaînées » lors de débordements à Hambourg. « Quiconque agit de la sorte n'est pas intéressé par la critique politique ou par l'amélioration des conditions de vie pour les habitants de cette planète », a affirmé Angela Merkel lors de sa conférence de presse de clôture, ajoutant que quiconque agissait de la sorte se plaçait en dehors de la communauté démocratique.

Merci à toutes les forces de sécurité

La chancelière fédérale a aussi explicitement remercié toutes les forces de sécurité et toutes celles et ceux qui étaient responsables de la préparation du sommet. Elle a souligné qu'elle le faisait également au nom de tous les chefs d'État et de gouvernement du G20. Angela Merkel a aussi précisé qu'elle s'était entretenue avec le chef des opérations policières et qu'elle lui avait également transmis ses remerciements. De plus, accompagnée du premier maire de Hambourg, Olaf Scholz, elle a rendu visite à des membres des forces de l'ordre et a salué leur travail.

Aide aux personnes touchées par la violence

La chancelière a indiqué qu'elle avait déjà discuté avec le ministre fédéral des Finances et qu'une évaluation était actuellement en cours afin de déterminer comment l'on pouvait, avec la ville libre et hanséatique de Hambourg, aider les personnes touchées par la violence à venir à bout des dommages subis.

Une première réunion entre la Fédération et le Land a déjà eu lieu dimanche (9 juillet). C'est ce qu'a déclaré la porte-parole du ministère fédéral des Finances Friederike von Tiesenhausen-Cave lors de la conférence de presse gouvernementale, lundi, à Berlin. Une solution devrait avoir été trouvée « dans les prochains jours » pour dédommager les personnes touchées par la violence. Les détails n'ont pas encore été fixés, a ajouté Mme von Tiesenhausen-Cave. Ce que l'on sait, c’est que la ville de Hambourg sera l'interlocutrice des personnes sinistrées et que « la Fédération contribuera financièrement ». L'objectif est de fournir une aide financière pour les « victimes de violence » et la « réparation de dommages ».

Une prise de position claire en faveur du format G20

« Le format G20 a fait ses preuves à Hambourg », a souligné le porte-parole du gouvernement fédéral Steffen Seibert en conférence de presse gouvernementale. La situation politique mondiale complexe a clairement démontré l'utilité du sommet. Les discussions des chefs d'État et de gouvernement ont débouché sur des résultats importants, a ajouté M. Seibert. Au nom de la chancelière fédérale, il a remercié « chacun des membres » des forces de l'ordre, qui ont tout fait pour assurer la sécurité de tous.

La chancelière respecte les manifestations pacifiques

Dès vendredi, la chancelière fédérale avait déclaré comprendre les manifestations pacifiques. « Mais les manifestations violentes mettent en danger des vies humaines ; des individus se mettent eux-mêmes en danger et mettent en danger policiers, membres des forces de sécurité et résidents. Voilà pourquoi nous ne pouvons accepter cela », a insisté la chancelière. « Tout notre soutien - tout mon soutien - va aux forces de sécurité qui accomplissent leur travail ici en ce moment. C'est un travail très difficile et nous sommes donc très reconnaissants », a affirmé Angela Merkel.

« J'ai du respect pour les manifestants pacifiques »

Durant la semaine qui a précédé le sommet, la chancelière fédérale avait déclaré lors d'une interview accordée à l'hebdomadaire « Die Zeit » : « Absolument rien ne justifie les manifestations violentes. J'ai du respect pour les manifestants pacifiques, ils exercent leur droit fondamental démocratique. Quiconque use de la violence bafoue la démocratie », a affirmé la chancelière.

La violence est à l'opposé des manifestations démocratiques

Le ministre fédéral de l'Intérieur Thomas de Maizière s'est également exprimé sur les affrontements violents : « Ce ne sont pas des manifestants, ce sont des criminels. Les attaques contre des personnes et les détériorations matérielles sans aucune inhibition, les pillages et les incendies criminels perpétrés par des casseurs d'Allemagne et d'Europe n'ont rien à voir avec des revendications ou protestations politiques », a souligné Thomas de Maizière. « Ce que nous voyons ici est à l'opposé de manifestations démocratiques. Ce sont des excès de violence d’une force démesurée motivés par une envie de destruction et de brutalité, au détriment des forces de l’ordre et des résidents, et finalement aussi au détriment de tous ceux qui, à Hambourg et ailleurs, exercent leurs droits et souhaitent exprimer leur opposition de manière pacifique. »

Thomas de Maizière a également remercié les policiers. « Tout comme les dirigeants de la police, ils méritent tout notre soutien et notre solidarité. »

La société civile fortement impliquée dans les préparatifs

Dès lundi (3 juillet), le porte-parole du gouvernement fédéral Stefan Seibert s'était exprimé sur les manifestations prévues à Hambourg. C'est probablement la première fois que la société civile est autant impliquée dans les préparatifs d'un sommet du G20. Une société civile libre et dynamique est la base d'États démocratiques. Les manifestations pacifiques qui ont déjà eu lieu et celles à venir « sont l'expression d'une société civile dynamique ».

Le droit de se réunir paisiblement et sans armes est un droit fondamental garanti par la Loi fondamentale. Dès le mois de juin, la chancelière fédérale avait déclaré qu'il serait bon d'un point de vue démocratique que les individus abordent l'agenda du G20 de manière critique. Une chose est également claire cependant, avait-elle ajouté : « Cela doit être une critique pacifique. »

Assumer ensemble la sécurité

La protection des invités officiels est une obligation internationale que l'Allemagne, en tant que pays hôte, remplit pleinement. La Fédération et la Ville libre et hanséatique de Hambourg travaillent main dans la main pour assurer la protection des citoyens et des invités étrangers au sommet du G20.

Les 7 et 8 juillet se sont réunis les chefs d'État et de gouvernement du G20, qui représentent environ deux tiers de la population mondiale et 80 % du produit intérieur brut (PIB). 19 chefs d'État et de gouvernement ainsi que l'UE se sont rencontrés pour discuter des questions pressantes de notre temps. Ont également participé au sommet les chefs de six pays invités et huit organisations internationales.