« Trop tôt pour se prononcer clairement »

Négociations avec la Grèce « Trop tôt pour se prononcer clairement »

C'est d'arrache-pied que Berlin procède à l’examen de l'accord de principe trouvé entre les créanciers et la Grèce sur un troisième plan d'aide. La direction est la bonne, il est cependant encore trop tôt pour se prononcer clairement, a souligné M. Seibert.

Photo prise le 20 juin 2015 et mise à disposition le 21 juin : drapeau grec (à gauche) et drapeau européen (à droite) flottant sous les statues d'anciens dieux grecs érigées sur le toit d'un bâtiment situé en plein cœur d'Athènes

L'accord des créanciers convenu avec la Grèce est en cours d'examen

Photo : picture alliance /dpa/Simela Pantzartzi

Le projet de mémorandum d’accord sur lequel se sont entendues les institutions créancières et la Grèce a été transmis au gouvernement fédéral mardi en fin de soirée. Ce dernier travaille désormais d'arrache-pied à l'examen de l'accord, a réaffirmé M. Seibert mercredi. Il est trop tôt pour que nous puissions prendre clairement position, dans la mesure où nous ne disposons pas encore de tous les documents.

La Grèce est parvenue à un mémorandum d’accord (« Memorandum of Understanding ») avec les trois institutions, à savoir la Banque centrale européenne (BCE), la Commission européenne et le Fonds monétaire international (FMI). Ce dernier doit à présent être examiné par les ministres des Finances des pays de la zone euro. Il doit être adopté par le parlement grec, puis accepté également par le Bundestag.

« C'est la bonne direction »

Steffen Seibert a souligné que le troisième programme d'aide et le mémorandum devaient être examinés avec la rigueur qui s'impose, d’autant que le programme est prévu pour trois ans. Cela faisait des mois que le gouvernement grec n'avait pas coopéré avec les institutions de façon aussi constructive et axée sur les résultats. L'on peut donc dire que « la direction de l'accord est la bonne ». Toutefois, il n'est pas encore possible, pour l’heure, de dire si les conditions actuellement réunies sont suffisantes pour que le Bundestag puisse réellement adopter une décision.

Vote grec prévu pour jeudi

Le mémorandum comporte des exigences de réformes pour les prochaines années et une multitude d'actions prioritaires (« prior actions ») qui doivent être validées avant un premier possible versement de la part de la Grèce. Le parlement grec veut adopter le mémorandum et les actions prioritaires ce jeudi. Si l’on pense où « nous en étions dans les discussions ces derniers mois, le résultat est remarquable », a déclaré M. Seibert.

Le porte-parole du ministère fédéral des Finances a déclaré que la « rigueur passe avant la rapidité » pour l'évaluation de l'accord.

Le 12 juillet, les chefs d’État et de gouvernement des pays de la zone euro avaient convenu d'un troisième plan d’aide à la Grèce. Dans ce cadre, Athènes avait adressé une demande de prêt au Mécanisme européen de stabilité (MES). Une aide financière à la Grèce, comprise entre 82 et 86 milliards d'euros, est prévue pour les trois prochaines années. Les modalités du programme d'aide sont actuellement en cours de négociation. Ce dernier compte de nombreuses exigences de grande portée visant à réformer l'État grec et son économie.

Mots-clés