Épidémie du virus Ebola en Afrique de l'Ouest

Aide allemande dans la lutte contre Ebola

L'Allemagne apporte depuis des mois une aide active dans la lutte contre le virus Ebola. Jusqu'ici, le gouvernement fédéral a débloqué quelque 17 millions d'euros pour des mesures d'aide. D'autres mesures de soutien, tant en termes de matériel qu'en termes de personnel, sont actuellement envisagées, a affirmé le porte-parole du gouvernement Steffen Seibert.

Médecin entouré d’habitants d’un village africain

Le Libéria, la Sierra Leone et la Guinée sont touchées particulièrement durement par l'épidémie.

Photo : picture alliance/dpa/Amandine Colin/Ärzte ohne Grenzen

L'épidémie d'Ebola a pris des proportions inquiétantes dans quelques États d'Afrique occidentale. Depuis le début de l'épidémie, le gouvernement fédéral soutient l'Organisation mondiale de la santé et les organisations non-gouvernementales actives sur le terrain, comme Médecins sans frontières.

Des experts des instituts Robert Koch et Bernard Nocht se trouvent dans la région en crise depuis avril. Jusqu'ici, les instituts ont envoyé 15 secouristes dans la région touchée afin d'aider à contenir l'épidémie.

Engagement contre Ebola

Jusqu'ici, le gouvernement fédéral a débloqué quelque 17 millions d'euros pour des mesures d'aide, dont 6,8 millions d'euros proviennent du budget du ministère fédéral des Affaires étrangères. Ces fonds servent à soutenir des projets de Médecins sans frontières, de la Welthungerhilfe, d'Humedica, de l'institut Bernhard Nocht et de l'OMS, entre autres. « Nous devons nous attendre à un nombre croissant de personnes infectées », a déclaré jeudi le ministre fédéral des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier. Une fin de la crise n'est pas en vue. Les États de la région, en particulier le Libéria, la Sierra Leone et la Guinée, sont dépassés par la situation.

Le ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement a alloué des fonds d'urgence à hauteur de dix millions d'euros par le biais de l'Organisation mondiale de la santé. L'OMS met en place des centres de traitement dans les régions affectées, finance et livre du matériel de protection et des médicaments et forme le personnel de santé, comme les aides-soignants et les médecins, à la prise en charge des personnes atteintes d'Ebola.

L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. L'Organisation mondiale de la santé a confirmé environ 4 000 cas diagnostiqués ainsi que plus de 2 100 décès jusqu'ici.

Centre de traitement pour le Libéria

Le porte-parole du gouvernement fédéral, Steffen Seibert, a déclaré vendredi que la Bundeswehr fournissait du soutien en matière de transport aérien par le biais de deux avions et qu'un centre de traitement d'Ebola allait notamment être acheminé vers le Libéria par cette voie. Des aides supplémentaires seront certainement nécessaires. C'est pourquoi le gouvernement fédéral révise en permanence ses mesures de soutien.

À l'heure actuelle, le plus grand défi consiste à mettre en place les conditions permettant l'envoi de médecins et de personnels médicaux dans les pays concernés. Cela inclut, entre autres, la capacité d'évacuer les secouristes contaminés. De telles opérations requièrent des avions spécialement équipés.

Pour l'instant, ces capacités n'existent pas en Allemagne. Le gouvernement fédéral travaille à plein régime, avec les partenaires internationaux, afin de combler ces déficits de capacités, a souligné M. Seibert.

Consultations au sujet d'aides supplémentaires

En marge d'une rencontre avec l'émir du Qatar à la Chancellerie fédérale, la chancelière fédérale avait laissé entrevoir mercredi des aides supplémentaires de l'Allemagne, indiquant que des transports aériens étaient prévus afin d'évacuer des secouristes d'organisations civiles, et qu'il était aussi question d'une infirmerie. Mme Merkel a également dit que l'Organisation mondiale de la santé recevait du soutien.

En outre, le gouvernement fédéral étudie actuellement d'autres mesures de soutien, tant en termes de matériel qu'en termes de personnel. Afin de réaliser des progrès supplémentaires, les secrétaires d'État chargés de ces dossiers tiennent une autre réunion d'urgence cet après-midi au ministère fédéral des Affaires étrangères.

Dans le cadre de sa présidence du G7, le gouvernement fédéral inscrira également le sujet d'Ebola à l'ordre du jour de la réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 le 25 septembre, à New York.

Pas de risque de propagation en Allemagne

La fièvre Ebola est une maladie infectieuse rare et potentiellement mortelle. Il semblerait que des chauves-souris soient à l'origine de l'épidémie, bien que cela n'ait pas encore pu être confirmé. Humains et animaux peuvent s'infecter par le contact avec des chauves-souris porteuses du virus. Entre humains, la maladie se transmet par contact direct avec des fluides corporels de personnes infectées (vomissures, sang ou transpiration, par exemple). La population allemande n'est pas en danger, même si l'Organisation mondiale de la santé a qualifié l'épidémie d'Ebola d' « urgence de santé publique de portée mondiale ». Toutes les recommandations que l'Organisation mondiale de la santé a émises à l'intention de pays tels que l'Allemagne ont été appliquées. Toutes les conditions en matière de soins aux personnes touchées seraient en place si une personne atteinte de l'Ebola devait entrer en Allemagne.

Partager la publication