Le gouvernement fédéral

Sommet des Balkans occidentaux à Poznań

Des progrès dans la région des Balkans occidentaux

De concert avec les chefs d’État et de gouvernement des Balkans occidentaux, d’autres pays de l’UE et des représentants de l’UE, la chancelière fédérale Angela Merkel a cherché, à Poznań, des solutions afin de venir à bout des conflits dans la région des Balkans occidentaux par le biais d’une meilleure coopération. En dépit des difficultés politiques qui subsistent, l’on constate de nets progrès, a indiqué la chancelière.

La chancelière fédérale lors d’une conférence de presse commune aux côtés des chefs de gouvernement de la Pologne, Mateusz Morawiecki, de la Bulgarie, Boiko Borissov, et de la Macédoine du Nord, Zoran Zaev (de g. à dr.)

La chancelière fédérale lors d’une conférence de presse commune aux côtés des chefs de gouvernement de la Pologne, de la Bulgarie et de la Macédoine du Nord (de g. à dr.)

Photo : Bundesregierung/Denzel

« Il existe désormais un Office régional de coopération pour la jeunesse créé par les six pays des Balkans. Il existe une coopération entre les académies des sciences », a déclaré la chancelière fédérale Angela Merkel à l’issue du sommet des Balkans occidentaux. Par ailleurs, l’accord régional sur l’itinérance entre les pays des Balkans occidentaux est entré en vigueur et le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, hôte du sommet, a également fait en sorte que les diplômes soient reconnus à l’avenir. « Tout cela rassemble les personnes, tout cela favorise une plus grande mobilité entre ces pays. »

Le terme « Balkans occidentaux » a, outre une signification géographique, un sens politique. Il englobe les États de la péninsule balkanique qui ne sont pas encore membres de l’UE. En plus de l’Albanie, on compte parmi eux les pays issus de l’ex-Yougoslavie, à savoir la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo, la Macédoine du Nord, le Monténégro et la Serbie. La Slovénie et la Croatie sont membres de l’UE respectivement depuis 2004 et 2013 et ne font donc pas partie des pays des Balkans occidentaux. 

Faciliter la coexistence dans les Balkans occidentaux

Cette année, le sommet des Balkans occidentaux s’est déroulé pour la première fois en Pologne. Outre les six pays des Balkans occidentaux (l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo, le Monténégro, la Macédoine du Nord et la Serbie) ont également participé au sommet l’Allemagne, la France, la Grèce, la Grande-Bretagne, l’Italie, la Croatie, l’Autriche, la Pologne et la Slovénie. La haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini ainsi que les commissaires européens Johannes Hahn et Violeta Bulc représentaient l’UE.

Il s’agit « d’un très large processus qui vise à ce que nous, en tant qu’Union européenne, facilitions ensemble les choses à nos amis des Balkans occidentaux et à ce que nous apportions ainsi également une contribution afin que la perspective européenne se concrétise », a affirmé Angela Merkel. 

Perspective d’adhésion à l’UE pour les pays des Balkans occidentaux

Déjà en amont du sommet, la chancelière s’était exprimée en faveur d’une possible adhésion à l’UE des pays des Balkans occidentaux. Ainsi, dans son message vidéo, elle déclarait : ces pays « sont nos voisins européens et ils ont une perspective d’adhésion à l’UE ». Dans le même temps, la chancelière a évoqué les conflits dans la région. Ces tensions doivent être surmontées et les conditions doivent être remplies. « Le chemin reste donc semé d’embûches. »

Nouveauté pour 2020

L’année prochaine, le sommet aura une autre qualité, a annoncé la chancelière. En effet, ce sont la Bulgarie, pays membre de l’UE, et la Macédoine du Nord qui organiseront le sommet. Il s’agit là d’un pas important vers davantage de prise de responsabilité de la part des pays des Balkans occidentaux, a souligné la chancelière. « Cela montre aussi qu’après une période où il était rare que les premiers ministres de ces pays se rencontrent, ces sommets sont aujourd’hui devenus la normalité, donnant même lieu l’année prochaine à une organisation conjointe du sommet. »

En 2014, la chancelière fédérale avait lancé le « processus de Berlin », qui a servi de point de départ aux sommets des Balkans occidentaux. L’objectif consiste à renforcer la paix, la sécurité et la stabilité dans les pays des Balkans occidentaux et à soutenir le développement de la région.