Le gouvernement fédéral

Conseil des ministres franco-allemand

Une coopération unique en son genre

Le Conseil des ministres franco-allemand a démontré la proximité des relations entre Berlin et Paris. La chancelière fédérale Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron ont souligné à Toulouse la coopération positive et productive en matière de climat, de sécurité et de politique industrielle.

La chancelière fédérale Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron lors de la visite de l’usine Airbus à Toulouse

Débats communs lors du premier Conseil des ministres franco-allemand depuis la signature du traité d’Aix-la-Chapelle

Photo : Bundesregierung/Steins

C’est par une déclaration conjointe que la France et l’Allemagne ont réitéré leur détermination commune à promouvoir une Union européenne plus souveraine et plus efficace en cette période où les défis géopolitiques se multiplient.

Lors de ce premier Conseil des ministres depuis la signature du traité d’Aix-la-Chapelle en janvier 2019, il s’est agi d’évoquer les objectifs atteints et de s’accorder sur de nouveaux projets de coopération.

Rencontre avec le président français

Après son entretien avec le président Emmanuel Macron, la chancelière fédérale a salué tout particulièrement la coopération en zone frontalière entre l’Allemagne et la France : « Le fait que nous disposions désormais d’un fonds citoyen, que nous discutions en permanence de la coopération transfrontalière au sein d’un comité, que nous ayons des programmes de mobilité pour les jeunes et un concept pour l’avenir, tout cela constitue une somme d’étapes qui montrent nos progrès accomplis dans ces domaines. »

Sur le thème de la protection du climat, elle a affirmé : « L’Allemagne et la France vont travailler ensemble très activement au "Pacte vert pour l’Europe". En Allemagne, nous sommes actuellement très engagés en matière de mise en œuvre nationale. »

Elle a également souligné l’importance du Conseil franco-allemand de défense et de sécurité : « Si l’Allemagne et la France font progresser ensemble les domaines de l’aviation et des blindés, alors cela peut, comme c’est le cas pour Airbus, réellement apporter un élan majeur », selon Mme Merkel.

En référence à la coopération dans le cadre des Nations Unies, elle a affirmé que l’Allemagne, en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, coopérait très étroitement avec la France : « La rencontre pour le multilatéralisme lors de l’Assemblée générale des Nations Unies était sans aucun doute un point très important pour démontrer une nouvelle fois notre position commune sur ce sujet », a-t-elle déclaré.

Angela Merkel a aussi mis en avant la bonne coopération des deux pays au sein de l’UE. En matière d’initiatives communes pour le remaniement des règles de Dublin, elle a martelé : « Si l’Allemagne et la France ne font pas corps sur cette question, alors nous ne pouvons pas, en Europe, partir du principe que les choses avanceront. »

Concernant la sortie du Royaume-Uni de l’UE, la chancelière a souligné que le Conseil des ministres avait montré la détermination de l’Allemagne et de la France « à prendre des dispositions pour l’avenir de l’Union européenne à 27 ».

Entretiens ministériels bilatéraux

Dans le même temps que l’entretien bilatéral entre Mme Merkel et M. Macron ont eu lieu les entretiens bilatéraux entre ministres ainsi qu’une réunion du Conseil franco-allemand de défense et de sécurité.

Le Conseil des ministres franco-allemand a ensuite siégé, sous la direction du président et de la chancelière. Cette journée s’est conclue par un dîner avec la Table ronde des industriels européens (ERT).

[fotoreihe]

Priorités du Conseil des ministres

Lors du Conseil des ministres, les représentants des deux pays ont échangé sur différents projets de coopération qui ont été lancés avec le traité d’Aix-la-Chapelle.

L’encouragement de contacts directs entre les citoyennes et citoyens en zone frontalière, la fondation d’instituts culturels et l’instauration d’un fonds citoyen pour des projets concrets de coopération font partie de ces projets.

La coopération dans le cadre de l’Union européenne a en outre été abordée lors des entretiens. L’objectif est que l’Allemagne et la France s’accordent dorénavant avant chaque Conseil européen et affichent autant que possible des positions communes.

D’autres priorités ont été les coopérations dans le domaine de l’industrie de la défense, de la politique climatique, en matière de sécurité ainsi que dans la résolution de conflits internationaux.

Ont pris part au Conseil des ministres, outre la chancelière, le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas, le ministre fédéral des Finances Olaf Scholz, le ministre fédéral de l’Intérieur Horst Seehofer, le ministre fédéral de l’Économie Peter Altmaier, la ministre fédérale de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer, la ministre fédérale de l’Agriculture Julia Klöckner, la ministre fédérale de l’Éducation Anja Karliczek, le ministre adjoint aux Affaires étrangères Michael Roth, le secrétaire d’État parlementaire auprès du ministre fédéral des Transports Enak Ferlemann, et le plénipotentiaire de la République fédérale d’Allemagne chargé des relations culturelles franco-allemandes Armin Laschet.

Le traité d’Aix-la-Chapelle se fonde sur le traité de l’Élysée de 1963, qui a considérablement contribué à la réconciliation historique entre l’Allemagne et la France. Son objectif est d’assurer et de promouvoir la sécurité et la prospérité des citoyens des deux pays et de contribuer ensemble à rendre l’Europe forte et capable d’agir.

Visite d’Airbus

La chancelière fédérale avait en premier lieu visité à Toulouse l’usine Airbus, où elle s’était entretenue avec des salariés allemands et français. Après une rencontre avec des jeunes des deux pays, elle a été reçue à Toulouse par le préfet de région Occitanie et de Haute-Garonne.