Vaccin d’AstraZeneca principalement pour les plus de 60 ans

Décision des ministres de la Santé Vaccin d’AstraZeneca principalement pour les plus de 60 ans

Le vaccin d’AstraZeneca sera majoritairement utilisé pour la vaccination des personnes âgées. À la discrétion des médecins et après une analyse individuelle des risques, le vaccin pourra continuer d’être également administré aux personnes de moins de 60 ans. « Nous devons pouvoir faire confiance aux vaccins », a souligné la chancelière fédérale.

Photo d’Angela Merkel et de Jens Spahn

La chancelière fédérale Angela Merkel et le ministre de la Santé Jens Spahn lors de la conférence de presse

Photo : Bergmann/Bundesregierung

À partir du mercredi 31 mars, le vaccin d’AstraZeneca sera proposé principalement aux citoyennes et citoyens de plus de 60 ans. Telle est la décision prise par les ministres de la Santé de la Fédération et des Länder.

Auparavant, la Commission permanente de vaccination (STIKO) avait présenté un projet remanié concernant sa recommandation en matière de vaccination contre la Covid-19, lequel préconise une utilisation du vaccin d’AstraZeneca chez les personnes de plus de 60 ans. L’administration de ce vaccin reste cependant autorisée en dessous de cette limite d’âge « après avis médical et examen individuel des risques et avec le consentement éclairé de la personne souhaitant se faire vacciner », peut-on lire dans la décision.  

« Tous les soupçons sont examinés »

Les recommandations de la STIKO reposent sur des informations collectées ces dernières semaines par des experts portant sur de très rares mais très graves cas de thromboses veineuses cérébrales chez des personnes vaccinées avec AstraZeneca. « Ce sont des données que la Commission permanente de vaccination et donc nous aussi ne pouvons ignorer », a déclaré la chancelière fédérale. 

La vaccination reste le moyen le plus efficace pour lutter contre le coronavirus, et les citoyennes et les citoyens doivent avoir confiance dans les vaccins. « La confiance naît de la certitude que tous les soupçons et les cas particuliers sont examinés », selon la chancelière, ajoutant : « La Fédération et les Länder s’y engagent. »

Une vaccination plus rapide pour les personnes entre 60 et 69 ans 

Le ministre fédéral de la Santé Jens Spahn a souligné : « Les citoyennes et les citoyens allemands peuvent être sûrs que les vaccins autorisés en Allemagne font l’objet d’une surveillance méticuleuse et que les résultats de cette surveillance obéissent à la règle de la transparence. » 

Les ministres de la Santé des Länder sont convenus, en accord avec le ministre fédéral de la Santé, de la marche à suivre suivante :

  • Le vaccin d’AstraZeneca sera réservé à partir de mercredi aux personnes âgées de plus de 60 ans. Les Länder sont donc libres d’intégrer dès maintenant le groupe des 60 à 69 ans dans leur campagne de vaccination avec ce vaccin. Cela permettra de vacciner désormais plus rapidement cette tranche d’âge particulièrement menacée et nombreuse dans un contexte de troisième vague croissante.
  • Le vaccin d’AstraZeneca pourra également être administré aux personnes appartenant aux groupes prioritaires 1 et 2 (« priorité absolue et priorité élevée ») n’ayant pas encore atteint l’âge de 60 ans et qui, à la discrétion des médecins et après une analyse individuelle des risques et des explications approfondies, décideront de recevoir ce vaccin. La vaccination aura lieu dans les cabinets médicaux.

Grâce à cette décision, il sera désormais possible de vacciner plus rapidement les personnes de plus de 60 ans, a souligné M. Spahn, avant de poursuivre : « Dans cette mesure, je ne peux que prier expressément toutes les personnes de plus de 60 ans de profiter de cette offre de vaccination. » Le vaccin d’AstraZeneca est très efficace, en particulier chez les personnes âgées, selon le ministre.

Recommandation sur la deuxième injection d’ici fin avril

Lors de la conférence des ministres de la Santé, il a été dit que toute personne de moins de 60 ans ayant déjà reçu une première injection du vaccin d’AstraZeneca pouvait choisir si elle souhaitait également recevoir la deuxième dose avec ce même vaccin ou plutôt attendre. La Commission permanente de vaccination (STIKO) fournira une recommandation complémentaire d’ici fin avril.