Consolider la prospérité grâce à la recherche

La chancelière visite l’Institut Max Planck d’optique quantique Consolider la prospérité grâce à la recherche

La technologie quantique est une branche relativement récente de la physique, dont les effets et les mécanismes ne se retrouvent dans aucun autre de ses domaines. L’Allemagne compte parmi les pionniers du développement de ce secteur d’avenir, ce que la chancelière fédérale a pu constater lors de sa visite à l’Institut Max Planck d’optique quantique.

La chancelière fédérale Angela Merkel visite l’Institut Max Planck d’optique quantique.

La chancelière fédérale Angela Merkel visite l’Institut Max Planck d’optique quantique.

Photo : Bundesregierung/Bergmann

Sans recherche ni travaux menés avec des ordinateurs quantiques, l’Allemagne ne pourra maintenir sa réussite économique, a affirmé la chancelière fédérale Angela Merkel lors de sa visite à l’Institut Max Planck d’optique quantique de Garching, expliquant que « notre prospérité dépend exclusivement de notre position de leader mondial dans la recherche fondamentale et ses applications dans de nouveaux domaines ».

Interconnexion de la recherche, de l’enseignement et des start-ups

Accompagnée de Markus Söder, ministre-président de Bavière, la chancelière fédérale a visité l’Institut Max Planck d’optique quantique (MPQ) sur le campus de recherche de Garching près de Munich. Acteur majeur de la Munich Quantum Valley lancée en mars 2021, l’Institut est l’un des porteurs d’espoir pour le développement des technologies quantiques de demain. Cette initiative a pour but de construire des ordinateurs quantiques sur différentes plateformes. « À l’ère de la transformation numérique, des technologies quantiques et de la mutation complète de notre économie, notre position de leader mondial est pour nous plus importante que jamais », a souligné la chancelière.

Mme Merkel s’est montrée très impressionnée par le travail des scientifiques. Pour l’Allemagne, il est important d’intégrer la recherche effectuée dans les start-ups dans la coopération avec des universités et des établissements de recherche. « Cela a pu être l’une des faiblesses de l’Allemagne par le passé, mais nous en avons tiré des enseignements. »

La Munich Quantum Valley réunit les cinq établissements de recherche – la Société Max Planck représentée par l’Institut Max Planck d’optique quantique et l’Institut Max Planck de physique de la lumière, la Fraunhofer-Gesellschaft, l’Université Ludwig Maximilian (LMU) et l’Université technique (TU) de Munich, ainsi que l’Académie des sciences de Bavière – dont l’objectif est de mettre en place un centre dédié aux sciences et technologies quantiques unique en Europe.

Visite guidée des laboratoires

Dans un premier laboratoire, la chancelière fédérale Angela Merkel a pu découvrir le fonctionnement d’un simulateur quantique, un type particulier d’ordinateur quantique basé sur des milliers d’atomes. Ce système est l’un des meilleurs au monde. Il permet d’effectuer les calculs quantiques les plus complexes qui soient, en rapport avec la science des matériaux.

Dans un deuxième laboratoire, la chancelière a pu voir un nœud quantique, qui présente un intérêt indéniable en matière de stockage. Ce nœud est un élément-clé de la communication quantique et une interface pour les réseaux quantiques de demain. À long terme, la recherche a pour but de créer un internet quantique permettant un transfert sécurisé des données et l’interconnexion de processeurs quantiques constituant un ordinateur quantique plus important.

Les quanta ouvrent de nouvelles dimensions

La technologie quantique est un « game changer » qui, d’ici quelques années, va changer la donne en apportant de nouveaux savoirs et de nouvelles possibilités dans de nombreux domaines tels que la logistique, les transports, l’énergie, la chimie ou encore la médecine. Le développement et l’exploitation de cette technologie est donc l’un des objectifs technologiques les plus ambitieux de la science d’aujourd’hui.

C’est aussi l’un des domaines les plus complexes de la physique : les chercheurs travaillent sur différentes technologies basées sur les quanta, susceptibles de révolutionner la science, de la médecine à la recherche sur les matériaux. À l’Institut Max Planck d’optique quantique (MPQ), les scientifiques étudient l’interaction entre la lumière et la matière.

L’Institut Max Planck d’optique quantique (MPQ) étant l’un des 84 instituts que compte la Société Max Planck (Max Planck-Gesellschaft), il fait partie des meilleurs instituts de recherche en optique quantique du monde. Le MPQ emploie quelque 350 personnes de 40 pays.

Programme-cadre pour les technologies quantiques

Afin de contribuer au développement stratégique des technologies quantiques en Allemagne, le gouvernement fédéral concentre ses forces sous la compétence du ministère fédéral de la Recherche (BMBF). Le programme-cadre « Technologies quantiques – des bases au marché » définit à la fois la situation de départ et les objectifs, tout en expliquant les mesures prises concrètement jusqu’en 2022.

Pendant cette législature, le gouvernement fédéral a débloqué pour ce faire une enveloppe de 650 millions d’euros destinée à l’étude des technologies quantiques. Début 2020, l’injection de 300 millions d’euros supplémentaires dans cette technologie a été annoncée à la suite de l’initiative stratégique sur l’informatique quantique.

À cela se sont ajoutés deux milliards d’euros supplémentaires dans le cadre du plan de relance pour l’avenir décidé mi-2020 par le gouvernement fédéral, dont environ 1,1 milliard d’euros du BMBF à titre de subventions.

Mots-clés