Prévenir les crises et promouvoir la paix

Lignes directrices du gouvernement fédéral Prévenir les crises et promouvoir la paix

La paix est la condition essentielle à une vie dans la dignité et la liberté – particulièrement à une époque marquée par les épidémies, les catastrophes naturelles et les conflits armés. C’est pourquoi le gouvernement fédéral s’engage dans le monde entier en faveur de la prévention des crises et des conflits.

Revolver au canon noué devant le siège des Nations Unies

Sculpture « Non-Violence » devant le siège des Nations Unies à New York : le gouvernement fédéral s’engage à l’échelle mondiale en faveur de la prévention des crises

Photo : UN Photo

En 2017, le gouvernement fédéral a adopté les lignes directrices « Prévenir les crises, gérer les conflits, promouvoir la paix ». Celles-ci ne traduisent pas seulement l’attachement de l’Allemagne à la paix, la liberté et la sécurité dans le monde, mais montrent aussi la responsabilité particulière en matière de paix dont elle a hérité du fait de son histoire. Avec leur mise en œuvre qui a été décidée mercredi en conseil des ministres, le gouvernement fédéral dresse à présent un bilan intermédiaire.

Que sont les lignes directrices ?

Par ces lignes directrices, le gouvernement fédéral a pour la première fois créé le cadre d’une mise en œuvre commune et interministérielle de mesures. Leur but : aider à détecter précocement les crises internationales et à empêcher les conflits.

Le processus de mise en œuvre s’est accompagné, ces dernières années, de débats au sein du « laboratoire » PeaceLab et d’un vaste échange entre acteurs du monde politique, de la société civile et des milieux scientifiques. Les lignes directrices démontrent à travers leurs 50 engagements quelles voies et structures peuvent permettre de renforcer encore l’implication commune en faveur de la paix et de la sécurité.

Un bilan après quatre ans

Depuis l’adoption des lignes directrices, la coopération interministérielle en matière de crise s’est nettement améliorée, notamment concernant la détection précoce des crises, l’évaluation des évolutions mondiales et la concertation sur la prévention et la stabilisation des conflits.

Des concepts communs et des expériences internationales ont été incorporés à de nombreux domaines, par exemple en matière de réforme sur le plan de la sécurité et de promotion de l’état de droit, ou encore dans l’assimilation de l’histoire et la médiation.

Engagement international

À l’échelon international en particulier, le gouvernement fédéral a encore élargi son engagement : l’Allemagne, en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies (UN), a ainsi plaidé en faveur d’un renforcement des missions des Casques bleus et des opérations de paix des Nations Unies, notamment lors de la transition vers une mission politique ayant pour priorité de consolider la paix au Soudan. Le gouvernement fédéral a également remis les questions de désarmement nucléaire à l’ordre du jour des Nations Unies.

L’Allemagne s’est en outre impliquée activement dans des interventions visant à prévenir des crises et dans la gestion de crise dans le cadre de l’OTAN, ainsi que dans des missions militaires et civiles de l’UE, avec entre autres l’envoi d’experts civils via le Centre des missions internationales de paix (ZIF) ou la fondation du Centre d’excellence européen pour la gestion civile des crises à Berlin.

Vision de l’avenir

Quatre ans après la mise en œuvre des lignes directrices, de nouvelles évolutions qui ne vont cesser à l’avenir de prendre de l’importance dans l’engagement en matière de crises dominent, à savoir le lien entre crise climatique et questions de paix, de sécurité et de développement durable, le renforcement des systèmes de santé et le traitement de la pandémie.

L’UE jouera désormais un rôle toujours croissant en tant qu’actrice internationale de la prévention des crises, de la gestion des conflits et de la promotion de la paix. Le gouvernement fédéral lui apportera son soutien en poursuivant le développement des lignes directrices et en consolidant sa politique de prévention des crises. L’objectif sera d’agir plus tôt, plus fermement et de façon plus étendue, afin de mieux éviter les conflits à l’avenir également, ou d’y mettre un terme plus rapidement.