Les offices de santé publique font de l’excellent travail face au coronavirus

Visioconférence de la chancelière fédérale Les offices de santé publique font de l’excellent travail face au coronavirus

Casser les chaînes de contamination, décréter et contrôler la quarantaine, tracer les contacts : depuis l’apparition de la pandémie de Covid-19, les offices de santé publique assument toutes ces tâches. La chancelière fédérale s’est entretenue avec des spécialistes du service public de santé et leur a promis de continuer à soutenir ce dernier.

La chancelière fédérale Angela Merkel parle pendant la conférence communale en ligne du coronavirus sur place et des défis en lien avec la pandémie de Covid-19 pour le service public de santé

Échange virtuel : les représentants de la Fédération, des Länder et des offices communaux de santé publique ont discuté par vidéo des défis auxquels le service public de santé est confronté

Photo : Bundesregierung/Denzel

Ce que les personnels du service public de santé ont réussi à faire face à la pandémie de Covid-19 est tout à fait « exceptionnel », a déclaré Angela Merkel mardi à la Chancellerie fédérale. Jour après jour, ils sont là pour les citoyens, à l’écoute de leurs préoccupations. Mme Merkel tenait donc à les remercier très vivement. Elle a ajouté que le service public de santé avait contribué pour une part décisive à « ce que nous puissions contrôler largement la situation épidémiologique en Allemagne, à ce que nous la contrôlions et, il faut l’espérer, à ce que nous continuions à la contrôler ».

Lors d’une grande conférence numérique mardi, la chancelière a discuté avec plus de 500 praticiens de l’échelon communal des défis actuels qui se posent au service public de santé. Des présidentes et présidents de conseils d’arrondissement, des maires et des responsables des offices de santé publique de toute l’Allemagne étaient connectés pour ce dialogue virtuel, dont l’objectif était d’en savoir plus sur ce en quoi consiste concrètement le travail sur place et sur ce que la politique peut faire pour apporter aide et soutien.

Le graphique illustre l’appui apporté par la Fédération au service public de santé (Pour plus d’informations, une description détaillée est disponible sous l’image.)

Pour mieux équiper à long terme le service public de santé contre la pandémie, la Fédération voudrait apporter son soutien sous forme d’investissements, de personnel et de développement de la numérisation

Afficher la description détaillée

Photo : Bundesregierung

5 000 nouveaux emplois et des investissements dans la numérisation

Angela Merkel a annoncé qu’en concluant le pacte pour le service public de santé, la Fédération souhaitait ficeler un important paquet de mesures de soutien d’un montant total de quatre milliards d’euros, afin de renforcer le service public de santé également à long terme. La Fédération met à disposition des fonds pour agir au niveau du personnel, de la numérisation et de structures modernes. D’ici fin 2021, au moins 1 500 nouveaux emplois devraient être créés dans les Länder pour des médecins, des techniciens et du personnel administratif. Au moins 3 500 autres postes à temps plein devraient être créés jusque fin 2022. De plus, il est prévu d’investir dans la numérisation des offices de santé publique.

Pour aider rapidement ces derniers dans cette situation exceptionnelle, le gouvernement fédéral avait déjà auparavant mis en place de nombreux changements : l’Institut Robert Koch, par exemple, a formé 500 « containment scouts » pour aider les offices de santé publique à tracer les chaînes de transmission. Ces derniers bénéficient également de l’appui d’étudiants en médecine et de soldats de la Bundeswehr.

Une surcharge de travail incroyable pour les offices de santé publique

La chancelière fédérale estime effectivement que les offices de santé publique jouent un rôle tout à fait crucial dans cette crise. Déclarer les cas d’infection, assurer le suivi des contacts et réaliser les tests : toutes ces tâches représentent une surcharge de travail incroyable par rapport à la situation d’avant la pandémie. C’est pourquoi les offices de santé publique atteignent les limites de ce qu’ils peuvent fournir avec leur personnel, a souligné Mme Merkel. De même, les équipements techniques et les possibilités de communication numériques sont passablement insuffisants. De nombreux offices de santé publique se sont donc mis en quête de nouveaux moyens d’améliorer les structures, a-t-elle encore précisé.

La répartition des tâches entre la Fédération, les Länder et les communes est un atout

Angela Merkel a dit espérer que cette conférence donne une impulsion qui aiderait à renforcer encore les offices de santé publique et contribuerait ainsi à l’autonomie communale. « Si nous nous en sommes si bien sortis face à la pandémie, c’est peut-être en partie grâce au fédéralisme, parce que la Fédération essaie d’un côté d’aider, parce que les Länder existent, mais aussi justement parce qu’il existe également sur place, au niveau local, des possibilités de prendre des décisions. C’est ce qui caractérise l’Allemagne, et il serait bon que les choses ne changent pas », a insisté la chancelière.

Pendant la conférence, les cinq offices de santé publique de Gütersloh, Cologne, Soest, Reutlingen et Francfort-sur-le-Main ont présenté leurs stratégies respectives pour faire face aux défis posés par la pandémie et gérer la situation épidémiologique.