Une stratégie commune pour la jeune génération

Politique pour la jeunesse Une stratégie commune pour la jeune génération

L’Allemagne compte environ 14 millions de jeunes âgés de 12 à 27 ans. Pour tenir compte encore davantage de leurs aspirations et de leurs intérêts, le gouvernement fédéral a élaboré une stratégie pour la jeunesse, qui vient d’être adoptée ce mardi en conseil des ministres. Au cœur de cette stratégie, neuf champs thématiques.

Dans la nature, un cercle de jeunes gens se tenant les mains

La stratégie pour la jeunesse qui vient d’être adoptée a été élaborée avec la participation des jeunes

Photo : Getty Images

Un bon réseau de transports en commun, un accès rapide à l’Internet, des loyers abordables et une protection du climat efficace – les changements intervenant dans tous les domaines politiques touchent, bien sûr, également la jeune génération. Les répercussions de ces changements ne sont cependant pas toujours les mêmes pour les jeunes que pour les autres classes d’âge. C’est pourquoi tous les ministères ont collaboré à l’élaboration de la stratégie pour la jeunesse du gouvernement fédéral. Adoptée mardi en conseil des ministres, cette stratégie vise à sensibiliser de manière accrue aux intérêts de la jeunesse.

La stratégie pour la jeunesse se concentre sur les jeunes de 12 à 27 ans. Ces jeunes et jeunes adultes représentent aujourd’hui 14 millions de personnes, soit 17 % de la population allemande. Selon les prévisions statistiques, ils ne représenteront plus, en 2030, que 12,7 millions de personnes, soit 15,3 % de la population allemande.

Une phase de vie comportant des défis spécifiques

La stratégie s’appuie sur la conviction que la jeunesse constitue une phase de vie avec des problèmes spécifiques qui demandent une attention politique particulière. Son objectif consiste à faire participer les jeunes à toutes les décisions les concernant et à leur offrir à tous les meilleures conditions possibles pour faire face aux problèmes qui accompagnent cette phase de vie.

Un groupe de travail composé de représentants de différents ministères a ainsi défini neuf grands champs thématiques. Pour chacun de ces domaines, la stratégie dresse un état des lieux, énonce les besoins d’action et indique déjà 163 mesures pour tous les ministères. Ces mesures sont destinées à améliorer et développer la coopération interministérielle et, partant, elles devront aider à concevoir la politique pour la jeunesse comme une tâche transversale.

Les champs d’action de la stratégie

Les pistes définies dans la stratégie s’adressent directement aux jeunes ou améliorent les conditions-cadre d’une société qui tienne compte de ses jeunes. Il ne s’agit absolument pas de se limiter à récapituler les mesures prises jusqu’ici. Au contraire, les mesures en question sont soit des mesures spécifiques pour les jeunes qui ont été adoptées au cours de l’actuelle législature soit des mesures auxquelles a été ajouté un volet jeunesse. De plus, d’autres mesures seront prises en cours d’application.

Voici les thèmes sur lesquels porte la stratégie :

  1. Avenir, dialogue intergénérationnel & conceptions des jeunes
  2. Participation, engagement & démocratie
  3. Ville & campagne, habitat & culture
  4. Diversité & participation
  5. Éducation, emploi & espaces de liberté
  6. Mobilité & numérique
  7. Environnement
  8. Santé
  9. L’Europe & le monde

Les concepts mentionnés renferment des choses aussi différentes que la promotion et le renforcement des parlements des enfants et des jeunes, des scénarios pour les espaces ruraux permettant d’associer les jeunes aux processus de planification régionale ou encore le développement d’un programme de sécurité routière pour les jeunes cyclistes.

Les jeunes, experts dans leur domaine

Le gouvernement ne veut pas décider par-dessus la tête des jeunes mais les associer étroitement aux décisions. De nombreux formats de participation ont été mis en place en amont de la stratégie pour savoir comment les jeunes conçoivent une politique adaptée à leurs besoins. Des jeunes et des organisations les représentant ont ainsi eu l’occasion de soumettre leurs idées pour l’élaboration de la stratégie lors des Journées de la politique pour la jeunesse (JugendPolitikTage - JPT), par exemple, mais aussi aux cours d’audits de jeunes (Jugendaudit) ou de consultations en ligne.

Pour le suivi de la stratégie, les jeunes jouent également un rôle crucial puisqu’ils connaissent au mieux leurs intérêts. La chancelière fédérale Angela Merkel et la ministre fédérale de la Famille Franziska Giffey ont donné le coup d’envoi de la nouvelle stratégie en en discutant ce mardi à la Chancellerie fédérale avec 115 jeunes.