« Le multilatéralisme ne va pas de soi »

Global Solutions Summit « Le multilatéralisme ne va pas de soi »

« Le monde est une communauté de destin. » C’est en ces termes que la chancelière fédérale Angela Merkel a ouvert en vidéoconférence, à Berlin, la deuxième journée du Global Solutions Summit. Sous le thème « The Great Realignment », des représentants du monde scientifique, politique et économique ainsi que de la société civile ont discuté des enjeux majeurs de la période post-pandémie.

Global Solution Summit

Angela Merkel a souligné vendredi que seule une communauté internationale unie pouvait relever avec succès les défis multiples du futur.

Photo : Bundesregierung/Denzel

Qu’est-ce que le Global Solutions Summit ?

Le Global Solutions Summit est une conférence internationale organisée chaque année dans le contexte du G20 pour échanger sur des propositions visant à résoudre les problématiques mondiales urgentes. Les recommandations politiques sont destinées en tout premier lieu aux décideurs du Groupe des Vingt (G20), du Groupe des Sept (G7) et d’autres organisations internationales.

En effet, comme l’a fait remarquer la chancelière allemande dans son discours en vidéo, « le multilatéralisme ne va pas de soi ; il faut des formats appropriés pour comprendre, accepter et finalement concrétiser le multilatéralisme comme un moyen de progresser ensemble ». Selon Mme Merkel, le Global Solutions Summit en est un.

Quels sujets figuraient au programme ?

Les échanges placés sous le thème « The Great Realignment » [en français : « Le grand réalignement »] ont porté également cette année sur les grandes questions de notre temps. « Santé mondiale, protection du climat et de l’environnement, développement durable – les défis majeurs auxquels nous devons faire face ensemble à l’échelle mondiale ne manquent pas », a relevé Mme Merkel.

Cela s’applique notamment à la pandémie de Covid-19 qui met à rude épreuve en particulier la coopération internationale mais – et là, la chancelière n’en doute pas un seul instant – « si les vingt grandes économies mondiales coopèrent étroitement, elles peuvent faire beaucoup pour le bien de tous ».

Afin d’assurer l’accès des pays les plus pauvres aux vaccins, aux médicaments et aux tests, le gouvernement fédéral contribue à hauteur de 2,2 milliards d’euros à l’initiative Accélérateur ACT et au mécanisme COVAX, son pilier vaccins.

Où la chancelière estime-t-elle qu’il faut agir ?

Selon Angela Merkel, il est nécessaire d’agir à l’échelle mondiale non seulement pour gérer la pandémie mais aussi pour organiser durablement nos sociétés et nos économies : « Je compte de ce point de vue tout spécialement sur le G20 pour émettre un signal fort, d’autant plus que ses États membres sont responsables d’environ 80 pour cent des émissions planétaires de gaz à effet de serre. »

Afin que la lutte contre le changement climatique puisse être un facteur de réussite économique, il faut des incitations dans ce sens, comme par exemple un « prix du CO2 vraiment valable à l’échelle mondiale », a poursuivi la chancelière. Il en est de même du commerce libre et équitable qui, estime-t-elle, « est également en rapport étroit avec le développement durable », ce qui confirme l’importance des réformes destinées à renforcer l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Quels étaient cette année les participants ?

Ce sommet qui se tient chaque année en milieu de présidence du G20 à Berlin réunit d’éminents experts de laboratoires d’idées, d’organismes de recherche, des cercles gouvernementaux, des milieux économiques et de la société civile.

Parmi les participants au Global Solutions Summit 2021, on nommera du côté allemand, outre la chancelière fédérale Angela Merkel, le ministre fédéral des Finances Olaf Scholz, la ministre fédérale de l’Environnement Svenja Schulze, le ministre fédéral de la Santé Jens Spahn, la ministre fédérale de la Justice Christine Lambrecht et Lars-Hendrik Röller, directeur général des affaires économiques et financières à la Chancellerie fédérale.

Pour en savoir plus sur le Global Solutions Summit, cliquez ici (en anglais).