L’objectif ambitieux d’une aéronautique écologique

Conférence nationale sur l’aéronautique 2021 L’objectif ambitieux d’une aéronautique écologique

« Nous avons besoin d’innover pour parvenir à une navigation aérienne zéro émission », a conclu la chancelière fédérale Angela Merkel lors de la 2e Conférence nationale sur l’aéronautique, pointant ainsi du doigt l’une des plus importantes missions de demain pour le secteur. Au cœur de l’événement figurait la reprise de l’industrie aéronautique après l’effondrement massif de l’activité dû à la crise de la Covid-19.

Angela Merkel durant son discours à l’occasion de la 2e Conférence nationale sur l’aéronautique, tenue en format numérique depuis la Chancellerie fédérale

La part de kérosène produit de manière durable doit augmenter, a déclaré la chancelière lors de la Conférence nationale sur l’aéronautique

Photo : Bundesregierung/Denzel

Qu’est-ce que la Conférence nationale sur l’aéronautique ?

La Conférence nationale sur l’aéronautique a lieu tous les deux ans, en alternance avec le salon international de l’aéronautique et de l’espace ILA Berlin, dans un Land à chaque fois différent. La première édition de la conférence s’est tenue le 21 août 2019 à l’aéroport de Leipzig/Halle. Cette année, c’est l’aéroport Willy Brandt de Berlin-Brandebourg qui accueillait l’événement.

Par ce biais, la coalition honore son engagement d’institutionnaliser la coopération en matière de politique industrielle entre la Fédération, les Länder, l’aéronautique et les syndicats en vue de renforcer la capacité d’innovation et la compétitivité du site aéronautique allemand et de l’étayer grâce à une conférence régulière Fédération-Länder.

La 2e Conférence nationale sur l’aéronautique a été organisée par le ministère fédéral de l’Économie et le ministère fédéral des Transports en coopération avec l’Association des industries allemandes aéronautiques et spatiales (BDLI) et la fédération allemande du secteur aérien (BDL) ainsi qu’avec le Land de Brandebourg et l’aéroport de Berlin-Brandebourg (BER).

Quels étaient les sujets prioritaires ?

Placée sous le slogan « Faire décoller l’aéronautique de demain – innovation, durabilité et résilience » (« Take off für die Luftfahrt der Zukunft – innovativ, nachhaltig und resilient »), la Conférence nationale sur l’aéronautique, qui s’est tenue cette année en format numérique, s’est notamment focalisée sur la reprise du secteur aéronautique après l’effondrement massif de l’activité dû à la crise de la Covid-19.

D’autres grands défis étaient cependant également à l’ordre du jour, a ajouté la chancelière fédérale Angela Merkel dans son discours virtuel. « Il ne suffit donc pas de surmonter tant bien que mal les conséquences économiques de la pandémie. Ce qu’il faut avant tout, c’est ajuster nos mesures économiques visant la reprise en fonction de nos objectifs climatiques. »

Pour en savoir plus sur la Conférence nationale sur l’aéronautique, cliquez ici.

Comment la navigation aérienne peut-elle atteindre la neutralité climatique ?

Pour réaliser l’objectif de neutralité climatique dans le domaine de la navigation aérienne, le gouvernement fédéral, les Länder et l’industrie travaillent notamment à mettre en place et développer la production de kérosène « Power-to-liquid » ces prochaines années. « L’objectif est de passer d’un taux de kérosène durable de 0,5 % à partir de 2026 à un taux de 2 % dès 2030 », a expliqué la chancelière fédérale.

Cela signifie qu’« au moins 200 000 tonnes de kérosène durable devront être produites chaque année pour le trafic aérien allemand ». Cet objectif s’inscrit dans la continuité de la stratégie hydrogène nationale adoptée en 2020 par le gouvernement fédéral pour créer le cadre de la production et de l’utilisation futures de l’hydrogène.

Le terme « Power-to-Liquid » désigne les technologies utilisées pour produire des carburants de synthèse à l’aide d’électricité issue de sources renouvelables. Parmi les matières premières éligibles figurent notamment l’eau et l’air.

La navigation aérienne verte implique également le raccordement ferroviaire des aéroports aux systèmes de transport à longue distance ainsi que des instruments adaptés aux niveaux européen et international. Ainsi, le gouvernement fédéral s’engage pour un renforcement du système européen d’échange de droits d’émission dans le domaine du trafic aérien ainsi que pour le système de compensation carbone basé sur le programme CORSIA (Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation).

Où en est le secteur aéronautique actuellement ?

Réduction de la production, chômage partiel et exigences en matière d’entrée sur le territoire, de test et d’hygiène : aujourd’hui, le secteur aérien doit encore surmonter les conséquences de la pandémie. Si le pire a pu être évité, selon la chancelière, celle-ci a ajouté que « outre les aides massives de l’État, la flexibilité des entreprises et des employés a également joué un rôle clé ».


Données sur le secteur pour 2020 :

  • 31 milliards d’euros, tel est le chiffre d’affaires réalisé par l’industrie aérospatiale allemande (contre 41 milliards en 2019)
  • 9,3 % du chiffre d’affaires ont été consacrés à la recherche et au développement (contre 8 % en 2019)
  • 105 000 personnes étaient employées dans le secteur, en Allemagne (contre 114 000 en 2019)
  • 74 %, telle est la part des exportations dans le chiffre d’affaires du secteur aérospatial (contre 77 % en 2019)