« L’Allemagne a besoin de vous »

La chancelière fédérale rend hommage aux lauréats du concours « Jugend forscht » « L’Allemagne a besoin de vous »

Un rendez-vous qu’elle a toujours apprécié : la chancelière fédérale Angela Merkel a rendu hommage aux lauréates et lauréats du concours fédéral « Jugend forscht » (« Jeunesse et Recherche ») 2021. Contrairement aux années passées, leur échange s’est déroulé en visioconférence à cause de la pandémie. Elle a également pu décerner virtuellement son prix spécial pour le projet le plus original.

Un moniteur montre les participants lors de la remise des prix du concours « Jugend forscht »

Réception en l’honneur des participants au concours « Jugend forscht » avec la chancelière fédérale Angela Merkel : 40 % des inscriptions sont féminines

Photo : Bundesregierung/Kugler

« Je suis sans cesse plus impressionnée par la créativité et l’inventivité que je constate ici », a déclaré la chancelière fédérale Angela Merkel en accueillant lundi les lauréates et lauréats de « Jugend forscht ». Près de 9000 chercheurs en devenir s’étaient inscrits pour participer au concours. Fort heureusement, la pandémie de Covid-19 n’a guère freiné l’envie de se lancer dans la recherche, a constaté Mme Merkel.

Après une annulation de l’événement pour cause de pandémie l’an dernier, la chancelière s’est félicitée que cette rencontre soit possible, au moins virtuellement. En effet « Jugend forscht » est devenu un incontournable de son agenda.

Jusqu’ici, le concours « Jugend forscht » a été organisé 56 fois. Il a été créé en 1965 par Henri Nannen, alors rédacteur en chef de la revue « Stern ». Plus de 280 000 jeunes y ont participé à ce jour. 5000 collaborateurs bénévoles – enseignants et formateurs, professeurs et spécialistes des ressources humaines – soutiennent le concours en tant que superviseurs de projets et organisateurs. Les différents projets sont évalués par quelque 3000 professeurs de sciences ou experts du secteur privé, également à titre bénévole.

Diversité et souci du détail

Les jeunes lauréats, qui représentent la relève de la recherche, invitent la chancelière fédérale à l’optimisme pour l’avenir. Elle a particulièrement remarqué la diversité et le souci du détail qui caractérisent les nombreux projets. Génie médical, intelligence artificielle, technologies de l’environnement ou énergies renouvelables, tous ces domaines recèlent, selon Mme Merkel, de belles perspectives d’avenir, aussi félicite-t-elle chaleureusement tous les lauréats pour leurs excellentes idées.

Pour la chancelière fédérale, il est très important que près de 40 % des jeunes inscrits au concours soient des filles. Certes, celles-ci ne représentent pas encore la moitié des participants mais leur nombre, qui affiche une tendance positive sur le long terme, est porteur d’espoir. « Nous avons besoin de tous les talents de notre pays. Nous avons besoin d’eux pour lutter contre le changement climatique, pour stimuler les transformations technologiques et les révolutions numériques. Et nous avons surtout besoin d’eux pour progresser dans le domaine de la santé », a souligné Mme Merkel.

La science et la recherche sont plus importantes que jamais

La pandémie de Covid-19, en particulier, a mis en évidence l’importance de la science et de la recherche pour nous tous, a fait remarquer la chancelière. Le développement, en un temps relativement court, de vaccins efficaces est une prouesse d’une valeur inestimable.

Par conséquent, y compris en ces temps de pandémie, le gouvernement fédéral maintient l’objectif de consacrer, jusqu’en 2025, 3,5 % du produit intérieur brut (PIB) à la recherche et au développement, un domaine dans lequel, a ajouté la chancelière, on a investi l’an dernier 3,18 % du PIB, soit une enveloppe totale de 110 milliards d’euros. Ce financement permet à l’Allemagne de se classer parmi les pays les plus innovants du monde. Investir dans la recherche et l’innovation, appliquer plus rapidement les résultats de la recherche dans des produits et des services, telle est la clé de la prospérité, d’un développement durable et de la qualité de vie en Allemagne.

Jugend forscht – l’histoire d’une réussite et un anniversaire très spécial

Chaque année, Angela Merkel remet le « Prix spécial de la chancelière pour le projet le plus original ». Cette tradition remonte à 1971, année de la création par Willy Brandt, alors chancelier fédéral, de ce prix spécial qui est, en 2021, décerné pour la 50ème fois. À l’époque, les participants étaient à peine un millier, contre près de 10 000 jeunes qui, désormais s’inscrivent chaque année à ce concours annuel.

Cette année, « Jugend forscht » avait pour mot d’ordre « Lass Zukunft da. » (Laisse une chance à ton avenir). Un peu moins de 9000 jeunes chercheuses et chercheurs se sont inscrits au concours à l’échelle nationale, avec plus de 5100 projets. Le concours « Jugend forscht » encourage l’excellence dans les matières MINT (mathématiques, informatique, sciences naturelles et technologies). L’objectif est de stimuler, y compris à long terme, l’enthousiasme des jeunes pour ces sujets et de les soutenir dans leur orientation professionnelle au-delà de la compétition.

Prix spécial 2021 pour le projet le plus original : « Une disparition dramatique des espèces »

Si l’extinction des insectes a souvent été évoquée, le rapport direct qu’elle entretient avec la disparition des plantes à fleurs l’est moins. Pendant trois étés, Jakob Nolte (21 ans) de Laubach, dans la Hesse, a cartographié la flore des environs de Laubach, puis comparé ses relevés aux indications botaniques contenues dans la littérature.

La zone étudiée étant mentionnée dans plusieurs publications et la plus ancienne remontant à 1887, il lui a été possible d’effectuer des comparaisons sur le long terme. Or, celles-ci révèlent un appauvrissement considérable de la flore. Le nombre de variétés d’orchidées a rapidement diminué, tandis que les chénopodiacées disparaissaient totalement. 80 % des espèces environ sont plus rares, voire ont totalement disparu. Seules quelques-unes ont proliféré, notamment celles qui apprécient les sols riches en azote. Le jeune chercheur appelle donc à moins fertiliser les sols et à mieux protéger la nature – au profit de la biodiversité.

Son projet de recherche a valu à Jakob Nolte de recevoir le « Prix spécial de la chancelière pour le projet le plus original », doté de 3000 euros. Lors de son échange virtuel avec Mme Merkel, il a pu expliquer les travaux ainsi récompensés. Après de nombreux travaux de recherche impliquant ces dernières années des « schémas expérimentaux techniques » et des « casse-tête mathématiques », Mme Merkel a reconnu avoir particulièrement apprécié que le prix spécial récompense un projet portant sur la botanique.

L’Allemagne vit de l’innovation

Anja Karliczek, la ministre fédérale de l’Éducation, a également félicité l’ensemble des lauréates et des lauréats pour leurs travaux. Ces jeunes montrent que « nous pouvons tous gagner ». En définitive, l’Allemagne vit de l’innovation, ainsi que des inventeurs, des esprits créatifs et des penseurs que compte ce pays. Car ceux-ci sont portés par la question suivante : comment embellir et améliorer la vie ?

Selon la ministre fédérale de l’Éducation, les lauréates et les lauréats y contribuent. Car, un pas après l’autre, ils créent pour répondre aux grandes questions de notre époque. « Ils sont la preuve que nous avons de nombreux jeunes formidables et extrêmement brillants, et que la créativité et le dynamisme sont très importants pour notre jeunesse », a déclaré Mme Karliczek.

Questions à la chancelière

Au cours de la visioconférence, les chercheurs récompensés ont eu l’occasion de s’adresser personnellement à la chancelière. Il n’a pas seulement été question d’actualité politique et économique, mais également du parcours d’Angela Merkel.

Aruna Sherma (19 ans) : Pourquoi la physique ?ouvertRéduire
Helen Hauck (18 ans) : Des astuces à transmettre aux jeunes scientifiques ?ouvertRéduire
Amon Schumann (17 ans) : Que faire contre le changement climatique ?ouvertRéduire
Saramaria Scheib (18 ans) : Comment contrer la pénurie de médecins en milieu rural ?ouvertRéduire
Lukas Dellermann (18 ans) : Les matières synthétiques ont-elles un avenir ?ouvertRéduire
David Sauer (17 ans) : Des perspectives en matière de recherche académique ?ouvertRéduire

L’invitation de tous les lauréats nationaux ainsi que des autres récompensés (2ème à 5ème prix des sept catégories du concours) à une réception à la Chancellerie fédérale et la remise du « prix spécial pour le projet le plus original » (3 000 euros) font partie de la tradition du concours depuis 1981.

Mots-clés