Dossier

Encouragement du perfectionnement en vue de la promotion professionnelle

Des fonds supplémentaires pour les formations professionnelles

À partir d’août 2020, les personnes qui souhaitent se former pour devenir maître-artisan ou agent de maîtrise, technicien, gestionnaire d’entreprise ou éducateur certifié de l’État bénéficieront d’un soutien encore meilleur. C’est ce que prévoit le projet de loi concernant la réforme du soutien des formations professionnelles adopté aujourd’hui en conseil des ministres fédéral.

Une coiffeuse coupe les cheveux d’une cliente

À compter d’août 2020, les personnes souhaitant devenir maître-coiffeur bénéficieront, grâce au soutien des formations professionnelles réformé, d’une aide encore meilleure

Photo : Getty Images/HEX

Cursus d’apprentissage, examens, matériel, frais courants : il ne faut pas sous-estimer ce que coûte une formation professionnelle continue ou de perfectionnement. La Fédération et les Länder apportent leur soutien financier : depuis 1996, il existe le soutien des formations professionnelles (Aufstiegs-BAföG) pour évoluer professionnellement grâce à la formation en alternance. Toutes les personnes préparant à temps plein ou partiel, par un stage ou en école spécialisée, un examen professionnel de formation continue peuvent y prétendre et ce, quel que soit leur âge.

650 millions d’euros de la Fédération et des Länder

La loi sur l’encouragement du perfectionnement en vue de la promotion professionnelle (Aufstiegsfortbildungsförderungsgesetz, dite également « Aufstiegs-BAföG ») soutient la préparation de plus de 700 diplômes de formation continue. L’aide est garantie en partie sous forme d’allocation dispensée de remboursement et en partie sous forme de prêts avantageux. Les coûts de soutien des formations professionnelles sont supportés à 78 % par la Fédération et à 22 % par les Länder. En 2018, 666 millions d’euros ont été accordés dans le cadre de l’aide à la formation professionnelle.

Les principales nouveautés prévues

Le gouvernement fédéral veut désormais rendre le soutien des formations professionnelles encore plus attractif en élargissant les prestations d’aide. En conséquence, les personnes souhaitant se perfectionner après avoir réussi une formation professionnelle ne recevront pas seulement davantage d’aides financières, mais pourront également désormais profiter plus d’une fois du soutien des formations professionnelles.

Les principales améliorations prévues :

  • L’allocation d’entretien, indexée sur les revenus, devient une allocation complète (50 % jusqu’ici).
  • La contribution à l’entretien par enfant et par conjoint (235 euros chacun) est garantie à 100 % sous forme d’allocation (elle n’était jusqu’ici que de 45 % et 50 % respectivement, sous forme de prêt).
  • Le complément de garde d’enfant pour parent isolé passe de 130 à 150 euros par mois. En outre, l’âge maximal pris en compte pour les enfants à garder est porté de 10 à 14 ans.
  • Les frais de formation et d’examen feront à l’avenir l’objet d’une subvention de 50 % par l’État (40 % jusqu’à présent), le reste étant accordé sous forme de prêt.
  • Les possibilités de délai et de remise de remboursement sont étendues.
  • Évolution étape par étape : certaines personnes pourront aussi profiter de l’aide à plusieurs reprises, c’est-à-dire à chacun des trois stades de la formation continue (par exemple de compagnon à technicien, de technicien à maître, de maître à gestionnaire).

Anja Karliczek : priorité à la formation continue

La ministre fédérale de l’Éducation Anja Karliczek a souligné que l’on avait ainsi constitué un paquet permettant d’améliorer nettement les conditions d’évolution professionnelle. « C’est là le signal que l’on peut se mettre à son compte. Nous voulons faire en sorte qu’il soit possible de se lancer dans l’indépendance sans avoir contracté de dettes. Ces mesures rendent la formation continue plus compatible avec une vie de famille. »

C’est également le « signal clair que nous donnons priorité à la formation continue », selon la ministre. Au total, le gouvernement fédéral met pour cela à disposition 350 millions d’euros pour la présente législature.

Par cette réforme, le gouvernement fédéral envoie un signal fort de renforcement de la formation professionnelle. Il souligne dans le même temps l’équivalence entre les cursus de formation universitaire et professionnelle.

La loi entrera en vigueur en août 2020.

En 2018, près de 167 000 personnes ont bénéficié de 641 millions d’euros au total. Le montant de l’aide perçue est variable et dépend de la situation de vie de chacun (situation familiale, nombre d’enfants, revenus propres et revenus du conjoint). Depuis que le soutien des formations professionnelles existe, plus de 2,8 millions d’évolutions professionnelles ont été rendues possibles jusqu’à aujourd’hui, financées à hauteur de 9,2 milliards d’euros au total.