« La diversité est une des forces de l’Allemagne »

Interview – point de vue d’un Français sur les 30 ans de l’unité allemande « La diversité est une des forces de l’Allemagne »

Le Français Pascal Thibaut a vécu la réunification de l’Allemagne de très près à Berlin. En tant que correspondant étranger, métier qu’il exerçait déjà à l’époque, il partage son avis sur la République fédérale avec ses compatriotes. Dans cette interview, il parle de sa vision de l’unité allemande et de son souhait aux Allemands pour cet anniversaire important.

Un homme devant la porte de Brandebourg

Pascal Thibaut est correspondant en Allemagne pour Radio France Internationale et vit à Berlin depuis 1990

Photo : Screenshot/Bundesregierung

Monsieur Thibaut, quelle est la première chose qui vous vient à l’esprit lorsque vous pensez à l’Allemagne – y a-t-il une anecdote personnelle que vous associez à notre pays ?

Pascal Thibaut : Le 22 décembre 1989, j’étais ici, devant la porte de Brandebourg, lors de sa réouverture. C’était bondé. Pour moi, cet événement historique fait écho à ma petite enfance : il y a une photo de famille de moi, bébé, dans les bras d’un vieil homme allemand. Nous logions une famille allemande dans le cadre du jumelage entre sa ville, Gundersheim, en Rhénanie-Palatinat, et la nôtre, Selongey, près de Dijon. Derrière cet homme, qui était soldat durant la guerre, se tient mon grand-oncle, qui avait été prisonnier de guerre en Allemagne. Voilà à quoi ressemble la réconciliation à taille humaine.

Quelle expérience faites-vous de l’Allemagne unifiée 30 ans après la réunification ?

P. Thibaut : 30 ans après la réunification, l’Allemagne est, d’un point de vue extérieur, un pays comme beaucoup d’autres. Néanmoins, en parallèle, il reste encore de nombreuses différences entre l’est et l’ouest de l’Allemagne, sur le plan culturel, social et politique. Les mettre en lumière est très intéressant pour un correspondant à l’étranger.

D’après vous, quelles répercussions a eu la réunification allemande en Europe ?

P. Thibaut : La réunification allemande a accéléré le processus d’intégration européenne. On peut par exemple citer le traité de Maastricht, la conception de la monnaie européenne sous Mitterand et Kohl et l’élargissement de l’UE vers l’Est.

Mais la réunification allemande a aussi modifié l’équilibre au sein du continent européen. Beaucoup de pays dont le mien, la France, ont vu leur position particulière être remise en question après la Guerre froide. La France a soudainement dû apprendre à traiter avec ce voisin plus grand et plus fort. Cela a façonné la relation franco-allemande.

Que signifie concrètement l’Allemagne pour votre pays d’origine – connaissez-vous les « souhaits à l’Allemagne pour l’avenir » ?

P. Thibaut : Pour mon pays d’origine, la France, l’Allemagne est son premier partenaire. Il n’y a pas d’autre couple de pays dans le monde qui entretienne autant de contacts, au niveau de la politique, de la société civile, de la culture, du sport. Et en même temps, il y a une méconnaissance, en particulier côté français, qui crée des incompréhensions et fait réapparaître de vieux préjugés. De la même manière que l’Allemagne doit encore travailler à parachever la réunification sur le plan humain, l’Allemagne et la France doivent encore œuvrer à leur relation.

Selon vous, quelles sont la plus grande force et la plus grande faiblesse de l’Allemagne ?

P. Thibaut : La plus grande faiblesse de l’Allemagne est certainement sa tendance à penser que le modèle allemand est le meilleur. Cela n’accélère pas forcément les réformes et d’aucuns à l’étranger considèrent cela comme de l’arrogance. Une de ses forces est sa capacité à se saisir des problèmes et à rassembler de nombreux acteurs pour trouver des compromis qui sont ensuite appliqués et font avancer le pays.

Pour conclure, que souhaitez-vous aux Allemands pour les 30 prochaines années d’unité ?

P. Thibaut : Pour les 30 prochaines années d’unité, on ne peut que souhaiter que l’Allemagne connaisse une réunification sur le plan humain et que ce qui sépare l’Est et l’Ouest passe au second plan. Ou du moins que cela devienne aussi négligeable que les autres différences régionales de la République fédérale, comme celles entre le Nord et le Sud ou entre la Bavière et la Rhénanie du Nord-Westphalie. La diversité est une des forces de l’Allemagne, même si le pays a aussi des faiblesses.

Pascal Thibaut est correspondant en Allemagne pour Radio France Internationale depuis 1997. Avant cela, il a exercé en tant que journaliste indépendant. De 2009 à 2010 et de 2014 à 2020, il a présidé l’Association de la presse étrangère en Allemagne. Pascal Thibaut, qui vit et travaille à Berlin depuis 1990, a étudié à l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po) et est diplômé en journalisme du Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris.