« Renforcer l’Europe »

Visite du chancelier fédéral Olaf Scholz à Paris et Bruxelles « Renforcer l’Europe »

Vendredi, pour son premier déplacement officiel à l’étranger, le chancelier fédéral Olaf Scholz a été accueilli par le président français Emmanuel Macron. M. Scholz s’est ensuite rendu à Bruxelles où il s’est entretenu avec Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, et avec Charles Michel, le président du Conseil européen. Dans la soirée, il a rencontré le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg.

Le chancelier fédéral Olaf Scholz est accueilli par le président français Emmanuel Macron.

Lors de son premier déplacement officiel en France, le chancelier fédéral Olaf Scholz a souligné le climat amical dans lequel s’est déroulée son entrevue avec Emmanuel Macron.

Photo : Bundesregierung/Denzel

Vendredi midi, au palais de l’Élysée, le président Macron a accueilli avec les honneurs militaires le chancelier fédéral Olaf Scholz qui effectuait son premier voyage à Paris depuis sa prise de fonctions. « Nous avons discuté dans un climat amical de tous les sujets de préoccupation que nous partageons. » M. Scholz a résumé en ces termes leur aspiration commune : « nous entendre sur la façon de renforcer l’Europe ». À cet égard, et parallèlement à la coopération sur le plan de l’économie et de la politique étrangère, les questions de politique de sécurité sont importantes.

Leur entretien a fourni de « bons points de départ pour ce qui nous attend dans un avenir proche », a expliqué le chancelier qui a aussi évoqué concrètement la présidence française du Conseil de l’Union européenne au premier semestre 2022, ainsi que la présidence allemande du Groupe des Sept (G7), l’an prochain. Fort de la qualité de l’échange d’aujourd’hui, Olaf Scholz s’est dit optimiste quant à l’avenir des relations franco-allemandes.

La situation en Ukraine, un sujet de préoccupation

Le chancelier a évoqué les défis politiques du moment, se disant préoccupé par la situation à la frontière ukrainienne où la Russie a déployé de nombreuses troupes. Il s’est réjoui que le président américain Joe Biden ait cherché à s’entretenir sur le sujet avec son homologue russe, Vladimir Poutine. « Nous aussi, nous allons poursuivre nos efforts afin de garantir des perspectives satisfaisantes pour l’Ukraine. » La coopération en format Normandie, qu’il convient de réactiver, constitue une bonne base pour aborder ces questions, a insisté Olaf Scholz.

L’inviolabilité des frontières est primordiale

Le chancelier fédéral Olaf Scholz a évoqué « l’évidence partagée quant à l’inviolabilité des frontières européennes, l’un des principes que tout le monde, en Europe, doit accepter au nom de la sécurité commune. » Il n’est pas seulement question de pouvoir, mais plutôt de principes contraignants pour tous, a rappelé M. Scholz.

Pandémie, changement climatique, politique étrangère

Le chancelier fédéral a lancé un double appel public : il a, d’une part, exhorté la population à se faire vacciner contre la Covid-19 et, d’autre part, souligné la pertinence d’une politique commune européenne pour combattre la pandémie. Olaf Scholz a insisté sur cette coopération pour lutter également contre le changement climatique : seule une action commune nous permettra de surmonter le défi du développement des énergies renouvelables et de la neutralité climatique de l’industrie. M. Scholz et Mme von der Leyen se sont accordés à dire que l’UE doit mettre en œuvre une politique étrangère souveraine et puissante. Toutes les populations devraient vivre en sécurité et les frontières être considérées comme non négociables, a insisté le chancelier.

Pour une meilleure Union

Dès le début de sa rencontre avec le chancelier fédéral Olaf Scholz vendredi après-midi, Mme von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, a salué l’engagement clair du nouveau gouvernement fédéral en faveur de l’Europe. Ensemble, nous pouvons créer une meilleure Union, a-t-elle déclaré. La politique allemande « doit se sentir directement responsable du progrès en Europe », lui a répondu le chancelier.

Un engagement européen puissant

Parler de ce qui est important pour l’avenir de l’Europe est une bonne chose, a insisté le chancelier fédéral Olaf Scholz à l’issue de son entretien avec Charles Michel, le président du Conseil européen. Il est important que l’Europe soit forte et qu’elle exploite les possibilités dont elle dispose. Saluant l’engagement pro-européen du chancelier, M. Michel a fait état de cette première visite officielle comme étant un signal politique puissant. Leur entretien a été particulièrement profitable dans le contexte des préparatifs du Conseil européen de la semaine prochaine, mais aussi pour les mois à venir. 

Soutien de l’OTAN

Après sa première visite officielle, vendredi soir, à Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique Nord), le chancelier fédéral Olaf Scholz a souligné que la sécurité ne peut être garantie qu’en agissant ensemble : sur la base de l’OTAN, en collaboration avec les partenaires européens, et avec une Bundeswehr dotée d’équipements fiables. Au sujet de l’Ukraine, M. Scholz a rappelé le principe d’inviolabilité des frontières et le fait que toute atteinte à l’intégrité est inacceptable.

Mots-clés