L’apprentissage doit rester intéressant malgré la pandémie

Élargissement du programme pour sécuriser l’apprentissage L’apprentissage doit rester intéressant malgré la pandémie

Le gouvernement fédéral veut sécuriser les places d’apprentissage menacées par la pandémie de coronavirus. Pour cela, il poursuit et étend le programme fédéral adopté à cet effet. Un doublement des primes d’apprentissage est prévu. Par ailleurs, les aides devraient bénéficier à un plus grand nombre d’entreprises. C’est ce qui a été décidé mercredi en conseil des ministres fédéral.

Pertes financières, situation économique incertaine : la crise du coronavirus place de nombreuses entreprises formant des apprentis devant des défis particuliers. Cela affecte également de nombreux jeunes parmi ceux qui s’apprêtent à se lancer dans une formation professionnelle ou se trouvent en apprentissage.

Le gouvernement fédéral entend donc prolonger et étendre le bouclier déployé avec le programme fédéral « Ausbildungsplätze sichern » (Sécuriser l’apprentissage). Celui-ci doit désormais concerner également l’année scolaire 2021/2022. C’est ce qui a été décidé mercredi en conseil des ministres fédéral.

La ministre fédérale de l’Éducation Anja Karliczek a souligné : « La formation en alternance est un important gage de qualité de notre système éducatif et nous voulons qu’elle traverse la pandémie en toute sécurité. Nous avons donc mis en route dès l’année dernière le programme fédéral visant à sécuriser l’apprentissage. Et nous avons désormais décidé de développer certains points de ce programme afin de stabiliser le marché de la formation. »

Doublement des primes

Le gouvernement fédéral avait lancé le programme « Ausbildungsplätze sichern » en août dernier. Celui-ci soutenait jusqu’à présent les petites et moyennes entreprises subissant particulièrement les répercussions de la pandémie. Elles reçoivent en effet des primes lorsqu’elles engagent de nouveaux apprentis, dans des proportions similaires ou supérieures à celles habituelles, ou lorsqu’elles les reprennent à des structures en faillite.

Le gouvernement fédéral entend à présent doubler ces primes :

  • La prime d’apprentissage s’élèvera donc à compter du 1er juin 2021 à 4 000 € par contrat de formation, au lieu de 2 000 €, si le nombre d’apprentis nouvellement engagés reste constant.
  • La prime d’apprentissage « plus », versée en cas d’augmentation du nombre d’apprentis, sera désormais de 6 000 € au lieu de 3 000 €.

Élargissement du nombre d’entreprises

Dans le même temps, le gouvernement fédéral souhaite que les aides bénéficient à davantage d’entreprises. Si les PME de moins de 250 employés pouvaient jusqu’ici prétendre aux primes d’apprentissage, les entreprises de moins de 500 employés pourront à leur tour en faire la demande à partir du 1er juin 2021.

Comme jusqu’à présent, les entreprises concernées sont celles qui ont été fortement affectées par la crise du coronavirus et ont par exemple dû recourir au chômage partiel ou qui connaissent de fortes baisses de leur chiffre d’affaires.

La prime de reprise, versée pour la reprise d’apprentis à des entreprises en faillite à cause de la pandémie, va elle aussi être doublée : cette prime devrait désormais s’élever à 6 000 € par contrat de formation, contre 3 000 € jusqu’à présent. Elle pourra être allouée à toutes les entreprises, quelle que soit leur taille.

Des aides financières supplémentaires

L’incitation à maintenir les apprentis et leurs formateurs dans leurs fonctions en dépit du chômage partiel devrait également être améliorée. C’est pourquoi il devra exister à l’avenir non seulement une subvention à la rémunération de la formation, mais aussi une subvention à la rémunération du formateur.

De plus, une subvention spéciale 2e confinement est introduite, à hauteur de 1 000 € pour les microentreprises formatrices. Cette subvention intervient lorsque l’entreprise formatrice n’a pu, pendant l’actuel confinement, maintenir son activité, ou seulement de façon réduite (p. ex. vente à emporter pour les restaurants), mais a tout de même poursuivi la formation.

Des subventions pour la préparation aux examens

En outre, le gouvernement fédéral soutient cette année les apprentis dans la préparation de leur examen final. Les entreprises reçoivent ainsi des subventions pour les coûts de stages de préparation en externe. Cela est soumis à la condition qu’elles mettent à disposition de leurs apprentis des places dans de tels stages, y compris numériques.

Mots-clés