« Nous, Européens, sommes unis et solidaires »

Olaf Scholz reçoit le président du Conseil européen à Berlin « Nous, Européens, sommes unis et solidaires »

Olaf Scholz a accueilli le président du Conseil européen Charles Michel à la Chancellerie fédérale. Dans le contexte des prix élevés de l’énergie et de la guerre en Ukraine, ils ont tous deux souligné la cohésion et la solidarité européennes.

Le chancelier fédéral Olaf Scholz lors d’une conférence de presse aux côtés du président du Conseil européen Charles Michel

Le chancelier fédéral Olaf Scholz et le président du Conseil européen Charles Michel : plus de soutien pour l’Ukraine

Photo : Gouvernement fédéral/Gärtner

Le chancelier fédéral Olaf Scholz a reçu le président du Conseil européen Charles Michel à la Chancellerie fédérale, sur fond de prix élevés de l’énergie et de guerre en Ukraine. « Le tournant historique que représente l’agression de l’Ukraine par la Russie a des répercussions considérables sur nous tous », a déclaré Olaf Scholz.

Le président russe a presque totalement interrompu les livraisons de gaz à destination des pays occidentaux, a poursuivi le chancelier. « Avec l’arrêt des livraisons de gaz, Vladimir Poutine cherche à affaiblir et à déstabiliser les démocraties européennes. Il n’y parviendra pas. Il a fait une erreur de jugement, car nous, Européens, sommes unis et solidaires. »

Les prix élevés de l’énergie, un problème

Concernant le gaz et l’énergie, le chancelier fédéral a déclaré : « Les prix sont actuellement bien plus élevés que ne le justifie la situation. » Selon lui, les tarifs de l’énergie sont un problème pour nos pays. Désormais, le plus important est de tout mettre en œuvre pour qu’ils redescendent. Pour Olaf Scholz, il convient donc de faire en sorte que le marché se détende. 

Au cours des prochaines semaines, l’UE continuera de collaborer étroitement afin de réduire sa dépendance à l’égard des combustibles fossiles russes, a affirmé Charles Michel. Pour le président du Conseil européen, il faut diversifier les sources d’énergie et d’approvisionnement, car la Russie n’est pas un acteur fiable. « Nous devons maintenant rester calmes et ne pas nous laisser intimider par les menaces constamment proférées et par les déclarations du Kremlin qui visent justement à cela. »

« Nous devons renforcer notre capacité d’action. Nous devons être prêts à relever les défis posés par le tournant historique actuel, mais aussi par le monde de demain. Nous voulons une Europe souveraine, plus forte, plus stable et plus sûre, et dont la voix sera entendue dans le monde. Voilà ce qui est en jeu, et voilà à quoi nous nous engageons. »
Chancelier fédéral Olaf Scholz

Soutien à l’Ukraine

Plus que jamais, on constate que l’Europe a besoin d’unité, a souligné Charles Michel. En ce qui concerne la mise en œuvre de sanctions, notamment, l’UE veut continuer à faire pression sur le Kremlin afin de montrer qu’elle « est unie contre l’agression illégitime et non justifiée de l’Ukraine ».

Par ailleurs, le président du Conseil européen a précisé que le soutien à l’Ukraine se poursuivrait, tant sur les plans militaire, humanitaire et politique que financier. Dans les semaines à venir, l’Union européenne lui versera cinq milliards d’euros d’aides supplémentaires. Le chancelier fédéral a indiqué que l’Allemagne allouait un milliard d’euros de subventions directes à l’Ukraine. Ces aides doivent permettre au pays de couvrir ses dépenses.

Mots-clés