Le système allemand de recherche et d’innovation fait ses preuves

Politique de recherche et d’innovation Le système allemand de recherche et d’innovation fait ses preuves

L’Allemagne dispose d’un système de recherche et d’innovation performant qui a fait ses preuves malgré les défis posés par la pandémie de Covid-19. C’est l’une des conclusions du Rapport fédéral sur la recherche et l’innovation 2022, qui vient d’être adopté en conseil des ministres.

Recherche

Le rapport fédéral renseigne tous les deux ans sur l’évolution de la recherche et de l’innovation en Allemagne.

Photo : mauritius images / Bruno Golemac / Alamy

Dans le contexte de la pandémie de Covid-19, tous les regards étaient tournés vers la recherche et la science, et notamment vers le secteur de la recherche allemand qui a fourni en très peu de temps une série de réponses à la pandémie, par exemple en développant des vaccins et des méthodes de test. Cela montre que l’Allemagne dispose d’un système de recherche et d’innovation stable et performant.

De plus, le nombre de personnes employées dans la recherche et le développement est resté largement constant en 2020, malgré la pandémie. C’est ce que révèle le Rapport fédéral sur la recherche et l’innovation 2022, adopté mercredi par le conseil des ministres fédéral.

Tous les deux ans, le Rapport fédéral sur la recherche et l’innovation fournit des informations complètes sur la politique de recherche et d’innovation du gouvernement fédéral et des Länder, conformément à une décision du Bundestag. Il commente également les principales conclusions du rapport de la Commission d’experts pour la recherche et l’innovation, remis au gouvernement fédéral en mars 2022.

Informations sur l’état actuel du site de recherche allemand

Le rapport fédéral fournit en premier lieu des informations sur le site de recherche allemand. Selon des calculs provisoires, l’État, le secteur économique et les universités ont investi environ 105,9 milliards d’euros dans la recherche et le développement en 2020, l’année de référence du rapport. Cela correspond à 3,14 % du PIB allemand.

L’Allemagne fait ainsi encore partie des pays les plus actifs en matière de recherche dans le monde. Par rapport à l’année précédente, cela représente toutefois une baisse de 3,8 %. L’Allemagne n’a donc pas pu poursuivre l’évolution dynamique des années précédentes, et ce, bien que les dépenses R&D de la Fédération aient été nettement augmentées en 2020 afin d’atténuer les conséquences de la pandémie.

L’objectif du gouvernement fédéral reste néanmoins d’investir, en collaboration avec les Länder et l’industrie, 3,5 % du produit intérieur brut dans la recherche et le développement d’ici 2025.

Défis à venir

Le Rapport fédéral sur la recherche et l’innovation 2022 donne également un aperçu des défis à venir pour la politique de recherche et d’innovation.

Face à la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine, l’UE et ses partenaires sont confrontés à la nécessité de réajuster les relations internationales tout en réduisant les dépendances. Il s’agit notamment de garantir la souveraineté technologique et numérique et de renforcer la recherche et les investissements dans le domaine des technologies clés qui se développent à une vitesse fulgurante, par exemple dans le secteur de l’énergie ou de la cybersécurité.

Face au changement climatique, une transformation profonde de l’économie et de la société s’impose. Pour cela, nous avons besoin d’une recherche et d’une innovation de pointe. Elles sont essentielles à la résilience, à la liberté et à la prospérité de l’Allemagne et de l’Europe.

Vers une décennie de transformation

L’Allemagne offre aux chercheurs dans les domaines de la science et de l’économie un espace unique pour l’épanouissement et le développement de nouvelles idées, requises de toute urgence pour relever les grands défis sociaux des prochaines décennies. Le gouvernement fédéral s’appuiera sur celles-ci pour lancer une décennie de transformation – en élaborant une stratégie d’avenir pour la recherche et l’innovation, par exemple, laquelle devra répondre aux nouvelles exigences envers l’État, la politique et l’administration découlant des crises actuelles et des nécessaires processus de transformation.

Mots-clés