S’engager mutuellement et en faveur de l’Ukraine

Visite du président Macron à Berlin S’engager mutuellement et en faveur de l’Ukraine

L’Allemagne et la France apportent un soutien étroit et indéfectible à l’Ukraine. C’est ce qu’a déclaré lundi à Berlin le chancelier fédéral lors de sa rencontre avec le président Emmanuel Macron qui vient d’être réélu. Nous allons continuer à soutenir l’Ukraine de notre mieux, sur le plan financier et humanitaire, mais aussi militaire, afin de mettre un terme à la guerre, a affirmé Olaf Scholz.


Lundi soir, visite du chancelier fédéral Olaf Scholz et du président français Emmanuel Macron à la Porte de Brandebourg illuminée aux couleurs du drapeau ukrainien

Lundi soir, visite du chancelier fédéral Olaf Scholz et du président français Emmanuel Macron à la Porte de Brandebourg illuminée aux couleurs du drapeau ukrainien à l’occasion de la Journée de l’Europe célébrée le 9 mai dans toute l’Europe

Photo : Bundesregierung/Denzel

Le chancelier Olaf Scholz a félicité Emmanuel Macron « de tout cœur » pour sa réélection à la tête de l’État français. « Par cette élection, la France a indubitablement opté pour l’Europe. C’est un signe positif. », a déclaré Olaf Scholz lundi à la Chancellerie fédérale à Berlin, lors de sa rencontre avec Emmanuel Macron.

« Nous sommes des alliés de longue date : nos pays ne peuvent relever avec succès les défis majeurs auxquels nous sommes actuellement confrontés que si nous adoptons une approche commune au sein d’une Europe forte et souveraine. Nous entendons poursuivre ensemble sur cette voie. Et je m’en réjouis au plus haut point. »

Âgé de 44 ans, le président Emmanuel Macron est à la tête de la République française depuis 2017. À l’issue des élections présidentielles d’avril 2022, il a été reconduit dans ses fonctions pour un nouveau mandat de cinq ans.

Travailler ensemble pour une Europe forte

Que le président Macron ait choisi son voisin allemand pour sa première visite à l’étranger depuis sa réélection est un honneur et un plaisir pour l’Allemagne. Et que cette visite ait justement lieu pour la Journée de l’Europe est un signe particulier, a poursuivi le chancelier.

L’Allemagne et la France continueront d’œuvrer au renforcement de l’Union européenne, « une Union européenne qui incarne la paix et la liberté, la démocratie et l’état de droit, capable de s’affirmer, et solidaire des pays qui partagent nos valeurs ».

La Porte de Brandebourg illuminée aux couleurs de l’Ukraine

À l’initiative de la présidence française du Conseil de l’UE, de nombreux édifices dans toute l’Europe brilleront lundi soir des couleurs de l’Ukraine – « chez nous, la Porte de Brandebourg, à Paris, la Tour Eiffel. Nous nous engageons mutuellement ainsi qu’aux côtés de l’Ukraine qui fait partie de la famille européenne ».

L’horreur de la brutale guerre d’agression menée par la Russie

Lors de la Journée de l’Europe 2021, personne n’aurait imaginé qu’un an plus tard, la paix en Europe « volerait en éclat à cause de l’effroyable guerre d’agression menée par la Russie contre l’Ukraine », a déclaré Olaf Scholz. La Russie a brutalement attaqué un pays européen voisin, plongeant d’innombrables Ukrainiens dans la mort, la souffrance et la destruction. « C’est un drame qui nous horrifie tout en nous fédérant parce que nous devons agir de concert. »

« Un tournant historique » : la solidarité fait la force

Reprenant des termes déjà employés au début du conflit, Olaf Scholz a rappelé que l’Europe vit actuellement un tournant historique. « Et nous constatons la force formidable que nous confèrent notre cohésion, notre solidarité et notre unité, en tant que démocrates, en tant qu’Européens, et au sein de la communauté transatlantique. »

La communauté de valeurs occidentale est fermement résolue à « défendre de toutes ses forces et à l’unisson les fondements de notre vivre-ensemble que sont la paix et la liberté, la démocratie, l’état de droit, l’économie de marché, la justice et l’État social, ainsi que la gestion durable de notre environnement », a déclaré le chancelier.

Le chancelier fédéral Olaf Scholz rencontre le président français Emmanuel Macron à Berlin.

Lundi soir, le chancelier fédéral Olaf Scholz rencontre le président français Emmanuel Macron à la Chancellerie fédérale à Berlin.

Photo : Bundesregierung/Denzel

Soutenir l’Ukraine dans son combat pour la liberté

« De notre mieux, nous apportons un soutien étroit et indéfectible à l’Ukraine, sur le plan financier et humanitaire, mais aussi militaire, afin de mettre un terme à la guerre ». L’injustice ne doit pas l’emporter, la violence ne doit pas faire bouger les frontières en Europe, a rappelé Olaf Scholz.

Adapter la stratégie de l’OTAN à la nouvelle situation sécuritaire

Ensemble, nous allons faire tout ce qui est nécessaire pour empêcher que la guerre ne se propage à d’autres pays et pour renforcer nos propres capacités de défense, a précisé le chancelier. C’est ainsi que l’orientation future de l’Alliance atlantique sera définie lors du sommet de l’OTAN de juillet à Madrid, et que l’on procèdera aux ajustements militaires imposés par la nouvelle situation sécuritaire.

L’amitié franco-allemande comme moteur

Le partenariat et l’amitié entre la France et l’Allemagne sont plus importants que jamais, a souligné Olaf Scholz, « en tant que base, en tant que moteur et en tant que source d’inspiration du projet européen et de l’avenir de l’Europe ». Le chancelier se réjouit de trouver en Emmanuel Macron un ami proche et fiable.

Changement climatique : l’urgence de la transformation

Cependant, la sécurité ne se joue pas seulement au niveau militaire, a ajouté le chancelier. Les conséquences du changement climatique sont dramatiques. « Déjà nécessaire, la transformation de notre approvisionnement énergétique, délaissant les combustibles fossiles au profit des énergies renouvelables, se fait encore plus urgente à cause de la guerre. »

Pour tous, le défi consiste à assurer l’approvisionnement énergétique tout en préservant la stabilité des prix des biens de consommation courante.

Rapprocher rapidement les États des Balkans occidentaux de l’UE

La rencontre avec le président Emmanuel Macron doit aussi lancer un autre signal fort aux États des Balkans occidentaux : « Nous respectons notre promesse concernant l’adhésion. » Au nom de la responsabilité européenne et de la raison géostratégique, Olaf Scholz a appelé à dépasser les points d’achoppement qui subsistent. Il a ajouté : « Nous sommes unanimes pour dire que l’Ukraine fait partie de l’Europe. »