Politique des soins

Que fait le gouvernement fédéral pour les personnes dépendantes et celles et ceux qui s’en occupent ?

Dans une société vieillissante, la fiabilité et la qualité des soins revêtent une importance capitale. Les lois sur le renforcement des soins ont d’ores et déjà permis de développer sensiblement les prestations pour les personnes dépendantes. Au cours de la présente législature, le gouvernement fédéral a pour priorité d’améliorer la condition des soignants. Aperçu général de la situation.

Une soignante au chevet d’une personne dépendante

De grands besoins pour une mission importante : le gouvernement fédéral veut inciter les jeunes à choisir le métier de soignant

Photo : Getty Images

La situation de départ et les objectifs du gouvernement fédéral

L’Allemagne compte parmi les pays où la moyenne d’âge est la plus élevée au monde. Avec l’allongement de l’espérance de vie, le nombre de personnes dépendantes augmente, de même que le besoin en personnel soignant.

Tant dans les soins aux personnes âgées qu’en soins infirmiers, on recherche du personnel qualifié à rémunérer correctement. Le gouvernement fédéral souhaite donc améliorer les conditions de travail ainsi que les salaires des soignants. Une réforme de la formation doit par conséquent permettre à ce métier de redevenir plus attractif. En parallèle, le gouvernement soutient également les proches aidants.

Lors de la dernière législature, le gouvernement fédéral s’était déjà fixé pour objectif d’améliorer la situation des personnes dépendantes. Le 1er janvier 2017, la notion de dépendance a été redéfinie  afin de garantir l’alignement des prestations des assurances dépendance sur les besoins réels de soutien. Cette réforme avait abouti à une hausse considérable du nombre de bénéficiaires de ces prestations.

En tout, trois lois pour le renforcement des soins ont été adoptées au cours de la dernière législature, ce qui a permis de développer les prestations pour les personnes dépendantes, de décharger les proches aidants et de leur apporter davantage de sécurité, et d’améliorer l’information sur les prestations de soins.

Ce que nous avons mis en place jusqu’à aujourd’hui

... pour une augmentation du nombre de soignants :

  • Grâce à un programme d’action immédiate, 13 000 nouveaux postes ont été financés dans le domaine des soins aux personnes âgées sans contraintes administratives. Dans les hôpitaux, tous les nouveaux postes de soins sont financés.
  • Avec l’« action concertée pour les soins » (Konzertierte Aktion Pflege), des mesures concrètes ont été prises afin d’améliorer sensiblement les conditions de formation et de travail des personnels de soins. Dans le cadre de cette action, le gouvernement fédéral travaille en collaboration avec tous les acteurs impliqués, notamment les länder, les communes, les associations professionnelles et de formation, les intéressés ainsi que les employeurs. Il a été convenu des objectifs et dispositifs suivants :
    • Hausse du nombre de personnes formées
    • Augmentation des rémunérations des personnels soignants
    • Alignement des effectifs sur les besoins dans les établissements de soins et les hôpitaux
    • Hausse du nombre de soignants qualifiés d’origine étrangère
    • Renforcement de la promotion de la santé, allègement du travail grâce à la numérisation, extension des responsabilités des soignants qualifiés
  • La nouvelle formation générale pour devenir soignant modernise le métier et le rend plus attractif. Afin qu’il soit plus aisé de se décider à entreprendre une telle formation, les frais de scolarité ont été supprimés dans la branche des soins aux personnes âgées et une indemnité d’apprentissage a été instaurée. Cette nouvelle formule sera introduite en 2020, dans la foulée de l’offensive en matière de formation mise en œuvre par le gouvernement fédéral.
  • Le gouvernement fédéral améliore la rémunération des personnels soignants : la loi pour l’amélioration des salaires dans le domaine des soins (Gesetz für bessere Löhne in der Pflege) crée les conditions nécessaires pour que ces professionnels puissent être payés partout au tarif prévu par la convention collective et que les rémunérations varient en fonction de la qualification des soignants.
  • À partir de 2020, un nouveau budget pour les soins permettra le remboursement des frais relatifs au personnel de soins pour chaque hôpital, ce qui aura pour effet la fin aux économies faites au détriment des soins et une hausse du nombre de soignants qualifiés dans les hôpitaux.
  • Les simplifications administratives mises en place doivent faciliter le recrutement de soignants étrangers. Les conditions d’accès à l’apprentissage en Allemagne ont été améliorées pour les candidats étrangers. Un accord sur le recrutement de personnel qualifié a été conclu avec le Kosovo, et des coopérations ont été convenues avec le Mexique et les Philippines.
  • Depuis octobre, l’Agence allemande pour les professionnels de la santé et du soin (DeFa) fournit aux hôpitaux et aux établissements de soins une aide dans la procédure de recrutement du personnel étranger. Sur place, l’agence s'assure que les dossiers de candidature sont complets et corrects. En Allemagne, elle s’occupe de la reconnaissance des qualifications, du permis de travail et des demandes de visa. Cela permet d’accélérer considérablement la procédure administrative. Les soignants étrangers, tout d’abord venant des Philippines, pourront à l’avenir obtenir l’autorisation de travailler en Allemagne en l’espace de six mois.

... pour les proches :

  • À l’avenir, les enfants majeurs ne seront tenus de verser une allocation de subsistance à leurs parents dépendants que si leurs revenus annuels dépassent 100 000 € brut. Il s’agit d’une disposition de la loi sur l’allègement du fardeau des proches (Angehörigen-Entlastungsgesetz) élaborée par le gouvernement.
  • Lorsque des proches aidants veulent bénéficier d’une réadaptation médicale à l’hôpital, les membres de leur famille dépendants pourront également être pris en charge dans le même établissement.

Ce que nous allons faire

L’« action concertée pour les soins » établit un grand nombre de mesures concrètes à appliquer et d’objectifs contraignants répartis en cinq groupes de travail. Au ministère fédéral de la Santé, un bureau en charge de l’action concertée pour les soins a été créé. Sa mission est de s’assurer de la mise en œuvre de ce qui y a été convenu en matière de gestion du personnel, de protection de la santé et du travail, d’approche innovante des soins et de numérisation. Un premier rapport sera publié en 2020 à ce sujet.

Les résultats de l’offensive en matière de formation dans le domaine du soin seront eux aussi évalués grâce à un suivi régulier et rendus publics. Les partenaires de l’action concertée pour les soins se sont en effet engagés à une hausse du nombre d’apprentis dans cette branche : en 2023, on devrait compter 10 % d’apprentis en plus. Le nombre d’établissements de formation doit également augmenter.