Dix faits intéressants sur la PAC

Contexte Dix faits intéressants sur la PAC

Lundi et mardi, les ministres de l’Agriculture de l’UE se sont réunis à Luxembourg pour débattre de la réforme de la Politique agricole commune (PAC) et, plus précisément, de sa simplification. Une occasion qui permet par ailleurs de récompenser les efforts consentis en termes de protection du climat, de l’environnement et de la nature. Dix faits intéressants sur la PAC.

Des vaches dans un pré (Pour plus d’informations, une description détaillée est disponible sous l’image.)
Afficher la description détaillée

Photo : Ronny Hartmann

  1. La politique agricole compte parmi les domaines politiques les plus communautarisés de l’Union européenne. Les principaux projets, et le financement de mesures qu’ils entraînent, relèvent de la compétence de l’UE. PAC est l’acronyme de « Politique agricole commune ».
  2. Depuis 1962, la PAC a pour ambition première de garantir des revenus acceptables aux agriculteurs ainsi que la sécurité de l’approvisionnement alimentaire en Europe.
  3. Avec la PAC, les États membres de l’UE entendent façonner une politique commune dont le rôle est également essentiel pour l’exploitation et la préservation des ressources naturelles ainsi que pour le développement des zones rurales.
  4. C’est un secteur actuellement subventionné à hauteur de quelque 58 milliards d’euros par an, ce qui représente environ 40 % du budget de l’UE, soit, et de loin, son plus gros poste budgétaire.
  5. Entre 2014 et 2020, l’agriculture allemande a bénéficié du soutien de quelque 6,2 milliards d’euros de fonds européens financés par deux piliers de la PAC.
  6. Le premier pilier permet le financement de paiements directs aux agricultrices et agriculteurs. Ces montants alloués revêtent une importance capitale pour la subsistance de petites et moyennes exploitations et le maintien d’une activité agricole dans les régions défavorisées. En effet, les paiements directs mis en place par la PAC contribuent à maintenir et stabiliser le revenu des agricultrices et agriculteurs en atténuant l’impact des fluctuations parfois extrêmes des produits agricoles.
  7. Conséquence du « verdissement », 30 % de ces fonds qui leur sont destinés sont subordonnés au respect de certaines conditions. Il peut s’agir par exemple de diversification des cultures, autrement dit de respecter leur rotation et, par conséquent, la diversité des végétaux, de maintien des prairies permanentes existantes et de constitution de surfaces d’intérêt écologique sur lesquelles les pratiques agricoles devront être particulièrement respectueuses du climat et de l’environnement.
  8. Le second pilier prévoit des programmes de soutien ciblé en faveur d’une agriculture durable et respectueuse de l’environnement de même que du développement rural, parmi lesquels des aides accordées à des programmes  agroenvironnementaux et à l’agriculture biologique.
  9. L’ensemble des citoyennes et des citoyens d’Allemagne et de l’UE bénéficie de la PAC. Celle-ci permet d’une part de disposer d’une offre fiable et abordable d’aliments de grande qualité et à haute valeur nutritive. D’autre part, elle récompense les efforts consentis par les agricultrices et les agriculteurs au profit de la collectivité, par exemple en termes de créations de revenus et d’emplois dans les zones rurales.
  10. La PAC permet par ailleurs de rétribuer la contribution apportée par ces derniers à la préservation et à la protection de l’environnement dans toutes les régions allemandes, sous la forme de mesures volontaires qui vont dans le sens des engagements agroenvironnementaux et climatiques.


Selon un sondage réalisé par Eurostat, l’office statistique de l’UE, trois Européennes et Européens sur quatre connaissent la Politique agricole commune et la jugent bénéfique à l’ensemble des citoyennes et des citoyens de l’UE. 95 % des personnes interrogées pensent que l’agriculture et les zones rurales sont importantes pour notre avenir dans l’Union européenne. Ce sondage a été réalisé avec la participation de plus de 27 000 citoyennes et citoyens des 27 États membres de l’UE.