« Ce sont de grands ponts qu’il nous reste à bâtir »

Le Conseil européen sur le plan de relance « Ce sont de grands ponts qu’il nous reste à bâtir »

En vidéoconférence, les chefs d’État et de gouvernement de l’UE ont échangé sur le cadre financier pluriannuel (CFP) et le plan de relance pour l’Europe. La chancelière fédérale a annoncé que les discussions se poursuivraient à la mi-juillet.

La chancelière fédérale Angela Merkel s’exprime lors d’une conférence de presse suite au Conseil européen

La chancelière fédérale Angela Merkel lors d’une conférence de presse à l’issue du Conseil européen

Photo : Bundesregierung/Kugler

À l’issue de la vidéoconférence du Conseil européen, Angela Merkel a affirmé que la discussion concernant le fonds pour la relance avait été concrète et constructive. Comme attendu, aucun résultat ne s’en est dégagé à ce stade. « Ce sont de grands ponts qu’il nous reste à bâtir », a déclaré la chancelière.

De nombreuses questions en suspens

L’Allemagne, comme l’a assuré Mme Merkel, est satisfaite de l’ossature de base du fonds pour la relance. Il subsiste dans le même temps toute une série de questions. Il reste par exemple à définir précisément sur quelles données se baseront les versements. Il faudra également réfléchir à la durée du programme et au moment du remboursement.

Une aide rapide est nécessaire

La chancelière fédérale a assuré être favorable à ce que le fonds pour la relance soit lié au semestre européen. Elle a averti dans le même temps qu’il fallait s’assurer que l’argent puisse être rapidement disponible. Pour cela, il est nécessaire d’examiner une nouvelle fois les règles administratives et le thème de la durée des procédures d’approbation. Le dossier du droit de la concurrence doit lui aussi faire l’objet de discussions.

Le plus grand défi de l’UE

Nous faisons face « au plus grand défi économique de l’histoire de l’Union européenne », a insisté Mme Merkel. « Nous devons donc prendre les mesures correspondantes. Il importe que ces mesures n’arrivent pas éventuellement un jour ou l’autre, mais qu’elles soient effectivement prises, qu’elles redonnent aussi de la confiance dans la relance européenne après cette pandémie. » L’Allemagne plaidera en faveur d’un accord rapide, a promis la chancelière.

Le président du Conseil européen Charles Michel prévoit de convoquer un nouveau sommet à Bruxelles mi-juillet. De nouvelles propositions doivent être émises d’ici à cette échéance.

Autres thèmes

Les chefs d’État et de gouvernement ont en outre débattu du retrait du Royaume-Uni de l’UE. Ils se sont accordés pour accélérer les négociations. Un accord doit voir le jour à l’automne, afin de pouvoir être ratifié par les deux parties avant la fin de l’année.

Les accords de Minsk ont également été abordés lors des échanges. Les chefs d’État et de gouvernement se sont entendus pour reconduire encore pour six mois les sanctions économiques européennes à l’encontre de la Russie, en raison du conflit en Ukraine qui perdure.

Mots-clés