Nous mettons en place de nouvelles mesures d’allègement et prenons des dispositions pour l’hiver

Dialogue citoyen avec le chancelier à Magdebourg Nous mettons en place de nouvelles mesures d’allègement et prenons des dispositions pour l’hiver

Dans le cadre de la série de dialogues citoyens « KanzlerGESPRÄCH », Olaf Scholz a rencontré environ 150 citoyens à Magdebourg. Dans une ancienne caserne de la forteresse de Magdebourg, les habitants de Saxe-Anhalt ont pu poser leurs questions au chancelier. Ils ont abordé des sujets tels que la guerre en Ukraine, l’inflation, le billet de transport à neuf euros, la légalisation du cannabis et la sécurisation de l’approvisionnement en gaz en hiver. 

Le chancelier fédéral Olaf Scholz discute avec des citoyennes et citoyens.

« Nous travaillons intensivement à la mise en place d’un troisième paquet de mesures d’allègement. Car personne ne peut supporter cela tout seul, à moins d’avoir vraiment beaucoup d’argent », a déclaré le chancelier fédéral Olaf Scholz lors du dialogue citoyen à Magdebourg.

Photo : Gouvernement fédéral/Kugler

« Je suis heureux que nous puissions tous être réunis ici pour discuter ensemble. Cela fait partie intégrante de notre démocratie », a déclaré le chancelier fédéral Olaf Scholz en accueillant les quelque 150 invités dans la « Festung Mark », ancienne caserne de la forteresse de Magdebourg, pour le deuxième dialogue citoyen de la série « KanzlerGESPRÄCH ». Le dialogue est encore la meilleure façon d’aborder les questions d’avenir « qui nous touchent, les soucis que nous avons tous », selon le chancelier.
À la première question de la soirée à savoir ce qu’il associait au Land de Saxe-Anhalt, M. Scholz a répondu : « Le fleuve qui relie tout, l’Elbe, voilà quelque chose qui, pour moi qui suis originaire de Hambourg, est quelque chose de spécial. »
Voici ce qu’a dit le chancelier au sujet...
... de nouvelles mesures d’allègement
Kristin Musche, de Magdebourg, a demandé au chancelier comment il comptait freiner l’inflation croissante. La jeune mère est actuellement en congé parental et se demande si elle devra à nouveau travailler à temps plein. Ce à quoi M. Scholz a répondu : « Nous avons dit que nous ne laisserions pas les citoyens en plan et nous avons commencé très tôt à mettre en place des  mesures d’allègement. Il y en a tellement que personne ne peut les retenir. » 
Parmi ces mesures, il a cité le ticket de transport à neuf euros, les rabais sur le carburant, la suppression du prélèvement EEG, le supplément mensuel pour les enfants (Sofortzuschlag), la prime pour les familles, la somme forfaitaire pour les bénéficiaires de prestations de sécurité sociale, l’allocation de chauffage, la compensation forfaitaire pour les prix de l’énergie pour les actifs assujettis à l’impôt sur le revenu, la baisse de la TVA sur le gaz ainsi que l’augmentation du forfait de frais professionnels et du forfait navetteur.
« Et ce dont je souhaite vous assurer aujourd’hui, c’est que nous n’en resterons pas à ce que je viens d’énumérer. Nous travaillons intensivement à la mise en place d’un troisième paquet de mesures d’allègement. Car personne ne peut supporter cela tout seul, à moins d’avoir vraiment beaucoup d’argent. Mais ce n’est pas le cas de la plupart d’entre nous dans ce pays. »
... du soutien aux retraités
Dans ce contexte, la situation des retraités est également examinée de près. En réponse à la question d’un retraité sur la place de ce groupe dans les mesures d’allègement, le chancelier a déclaré : « En préparation du troisième paquet de mesures, nous voulons nous assurer que nous avons pris en compte la situation de toutes les personnes qui doivent être incluses. » En outre, une grande réforme de l’aide au logement est prévue, qui élargira également le cercle des ayants droit, a indiqué M. Scholz. « Nous sommes en train de faire des calculs sur la manière exacte de procéder pour que beaucoup plus de personnes puissent profiter des aides que ce n’est le cas aujourd’hui, parce que cela est juste », a-t-il ajouté.
... de la guerre en Ukraine
Michael Fischer de Magdebourg s’est montré inquiet et a demandé si les livraisons d’armes à l’Ukraine augmentaient peu à peu le risque de guerre pour nous. Le chancelier lui a donné la garantie que l’Allemagne continuerait d’agir de manière réfléchie et mesurée : « Car notre objectif, dans tout ce que nous faisons, est de soutenir l’Ukraine, mais d’empêcher une escalade de la guerre, qui deviendrait alors une tout autre guerre. Et vous pouvez compter sur le fait que nous ferons toujours preuve de la pondération, de la clarté et de la fermeté nécessaires pour prendre des décisions selon ce principe », a affirmé M. Scholz.

… de l’approvisionnement en énergie

Une participante s’est également montrée préoccupée par le thème de l’approvisionnement en gaz et la situation des petites entreprises. M. Scholz a répondu : « Nous veillons bien sûr aussi à ce que les entreprises se maintiennent, à ce que les emplois soient préservés, à ce que nous traversions cette période, non seulement grâce aux allègements dont nous avons déjà parlé, mais aussi en mettant justement en place des mesures de soutien aux entreprises. »
En outre, l’Allemagne s’est préparée très tôt, dès le mois de décembre, à la question : Que se passera-t-il si nous n’avons plus de gaz ? « Nous nous sommes alors penchés sur ce problème, et lorsque la guerre a éclaté, nous avions déjà recueilli beaucoup, beaucoup d’informations et étions en mesure de prendre des décisions. Par exemple, nous avons décidé que nous allions maintenant construire à toute vitesse des gazoducs vers les côtes du nord de l’Allemagne, grâce à de nombreux aménagements législatifs, ainsi que des terminaux pour que nous puissions, comme la plupart des pays du monde, recevoir du gaz par la voie maritime. » 
En outre, une série d’autres mesures ont été décidées, comme le remplissage des réservoirs de gaz : « Nous sommes déjà à plus de 80 % et voulons encore atteindre 85 et 95 %. Nous avons dit que nous redémarrerions les centrales à charbon qui avaient déjà été arrêtées et qui sont opérationnelles, et que nous utiliserions également le lignite un peu plus longtemps. Nous examinons même s’il y a un quelconque sens à ce que les trois centrales nucléaires restantes utilisent encore un peu leur énergie résiduelle », a affirmé le chancelier, qui a dit être confiant qu’avec toutes ces aides et mesures, le pays traversera bien l’hiver.

... des sanctions contre la Russie

« Pouvons-nous nous permettre de ne pas faire de commerce avec la Russie ? », a demandé un autre participant pendant le dialogue citoyen avec le chancelier. « Avec de nombreux autres pays, nous avons décidé de ces sanctions, non pas parce que nous le souhaitions, au contraire, cela nous a été terriblement difficile. Mais notre ligne de conduite est la suivante : nous soutenons l’Ukraine pour qu’elle puisse se défendre. Nous voulons éviter qu’il y ait une escalade de la guerre. » Cela exige d’utiliser l’instrument efficace dont nous disposons pour convaincre la Russie que cela ne peut pas continuer ainsi, selon le chancelier.

« Les sanctions sont très, très efficaces », a affirmé M. Scholz, ajoutant qu’aucun pays au monde ne peut avoir de perspective s’il est exclu du progrès économique et technique. « Et si un pays comme la Russie, qui n’a pas tant d’entreprises et de technologies aussi avancées que les nôtres, ne peut plus y participer, c’est déjà très dramatique. Cela doit aider à mettre fin à la guerre », a déclaré le chancelier.

… de l’avenir des transports publics

Un jeune homme de Magdebourg a demandé au chancelier : qu’en est-il de l’avenir du ticket à neuf euros et de l’avenir du transport ferroviaire en général ? Le chancelier a répondu qu’étant donné que de nombreux citoyens avaient fait usage du ticket à neuf euros et le considéraient comme une formidable amélioration, le gouvernement fédéral souhaitait élaborer quelque chose de nouveau sur cette base. « Comment développer quelque chose avec les Länder, les communes, qui ne soit pas une continuation du ticket à neuf euros, mais quelque chose qui, d’une manière similaire, soit attractif et avantageux et qui intègre les connaissances que nous avons acquises dans ce contexte ? Le ministre des Transports Volker Wissing est en train de réfléchir à ce sujet », a déclaré M. Scholz.

En ce qui concerne l’avenir des autobus et des trains, le chancelier a répondu qu’il dépendait de nombreux investissements à long terme. « Mais nous voulons les réaliser, consacrer plus de ressources au transport ferroviaire en Allemagne et faire en sorte que voyager en train devienne plus attractif », a affirmé le chancelier.

... de la légalisation du cannabis

Karsten-William Müller, 20 ans, de Magdebourg, souhaitait savoir pour quand la légalisation du cannabis était prévue. Le chancelier a eu une réponse claire à cette question : « Au cours de cette législature ». Il a admis que cela n’était pas allé de soi pour lui de prime abord : « Premièrement, parce que je n’ai jamais consommé de cannabis, et deuxièmement parce que je considère naturellement que toutes les drogues comportent des problèmes », avec des conséquences pour la santé. « Mais nous nous sommes dit : les temps changent et par conséquent, nous allons le faire. Et cela devrait d’ailleurs être mis en œuvre assez rapidement », a ajouté M. Scholz.

Participation par tirage au sort

Les quelque 150 participants de Magdebourg et de la région ont décidé eux-mêmes des thèmes et des questions qu’ils souhaitaient aborder avec le chancelier fédéral. Ils ont été sélectionnés par un tirage au sort indépendant effectué à l’université de Magdebourg. Tous les citoyens âgés de 16 ans et plus pouvaient participer.

« C’était une bonne discussion, très intelligente »

Lors du cocktail « meet-and-greet » qui a suivi, les participants ont eu l’occasion de prendre une photo souvenir avec le chancelier. « C’était une bonne discussion, très intelligente ; c’était une belle soirée pour moi aussi », a résumé Olaf Scholz après son deuxième dialogue citoyen.

Série de dialogues dans tous les Länder

« KanzlerGESPRÄCH » est le nom d’une série de dialogues citoyens que le chancelier mène dans chacun des 16 Länder. Le chancelier fédéral souhaite savoir ce qui préoccupe les gens dans leur vie quotidienne, entendre leurs préoccupations et leurs attentes vis-à-vis de la politique et répondre à leurs questions. Ce nouveau format lui donne l’occasion d’expliquer sa politique dans le cadre d’un échange direct. Les participants décident des thèmes et des questions qu’ils souhaitent aborder avec le chancelier. La démarche est basée sur l’écoute mutuelle, le respect et l’ouverture. 

Le premier dialogue citoyen avec le chancelier a eu lieu le 11 juillet 2022 à Lübeck (Schleswig-Holstein). Le prochain est prévu le 1er septembre 2022 à Essen (Rhénanie du Nord-Westphalie).