Pour une politique financière durable et pragmatique

Le budget fédéral 2023 adopté en conseil des ministres Pour une politique financière durable et pragmatique

L’Allemagne renoue avec la stabilité budgétaire : un signal important en ces temps difficiles. En effet, des finances solides et le non-recours à de nouveaux emprunts élevés garantissent la capacité d’action en matière de politique budgétaire. C’est dans cet esprit que le conseil des ministres fédéral a adopté le projet de budget fédéral 2023 et le plan financier pour les années à venir.

Le ministre fédéral des Finances Christian Lindner lors de la conférence de presse gouvernementale du 1er juillet 2022

Le ministre fédéral des Finances Christian Lindner : « Le gouvernement fédéral conçoit la politique financière comme une politique de facilitation : la transformation, la technologie et la promotion des talents sont prioritaires dans le budget. »

Photo : picture alliance/dpa/Michael Kappeler

Comment se présente le budget fédéral 2023 ?

Le budget fédéral 2023 prévoit des recettes et des dépenses à hauteur de 445,2 milliards d’euros, soit un peu plus de 10 % de moins que l’année précédente. Il est placé sous le signe des impondérables de la pandémie de coronavirus et de la guerre en Ukraine, dont l’évolution reste incertaine. L’objectif premier du gouvernement fédéral reste de relever ces défis et ceux à venir avec détermination et d’en atténuer les conséquences sociales et économiques. Pour cela, il faut des finances solides et une capacité d’action en matière de politique budgétaire.

Comment évolue le nouvel endettement ?

Après trois années difficiles marquées par un fort endettement, le gouvernement fédéral respectera à nouveau le plafond de crédit inscrit dans la Loi fondamentale, tant pour l’année prochaine que pour toutes les années du plan financier jusqu’en 2026. Pour ce faire, le recours net à l’emprunt sera considérablement réduit en 2023 par rapport à l’année précédente, passant de près de 140 milliards à environ 17 milliards d’euros.
Dans les années à venir, le nouvel endettement devrait encore diminuer : de 2024 à 2026, le plan financier prévoit que la Fédération n’empruntera plus que 12,3 à 13,8 milliards d’euros respectivement. « Nous devons libérer l’État de l’endettement, c’est-à-dire revenir au frein à l’endettement en 2023 », a expliqué le ministre des Finances Christian Lindner. « C’est un signal clair envoyé aux marchés des capitaux et aux banques centrales que nous prenons au sérieux la lutte contre l’inflation. »

Quelles sont les priorités du gouvernement fédéral ?

Une politique financière saine et le retour au frein à l’endettement supposent de revoir les dépenses et de redéfinir les priorités. Dans ce contexte, il est clair que :

  • Il convient d’éviter rigoureusement d’imposer de nouvelles charges aux citoyens et à l’économie. En cette période de grandes incertitudes, il est particulièrement important que la croissance économique ne soit pas freinée par de nouvelles coupes.
  • Les investissements d’avenir doivent être maintenus à un niveau record. Le gouvernement fédéral crée ainsi les conditions nécessaires à la réussite de la transformation de l’économie allemande en une économie durable, climatiquement neutre et numérique.

Dans les années à venir, le principe de la « consolidation par la fixation des priorités » continuera à guider la politique budgétaire du gouvernement fédéral. Cela doit permettre d’éviter les impulsions inflationnistes et de renforcer durablement la croissance.

Quel budget est prévu pour l’investissement ?

Comme convenu dans l’accord de coalition, d’importants investissements d’avenir sont prévus dans les années à venir, notamment dans les domaines de la protection du climat, de la mobilité, de la transformation numérique, de l’innovation ainsi que de la formation et de la recherche. Ces investissements servent à moderniser notre pays et à renforcer le site économique allemand.
En effet, « le gouvernement fédéral conçoit la politique financière comme une politique de facilitation : la transformation, la technologie et la promotion des talents sont prioritaires dans le budget », a déclaré M. Lindner. « Nous voulons permettre à ce pays d’oser le progrès. »
Au total, les dépenses d’investissement s’élèveront à plus de 58 milliards d’euros en 2023. Elles visent avant tout à activer les investissements privés des entreprises et à consolider les forces d’innovation technologique et de croissance.

Comment la guerre en Ukraine influence-t-elle la planification budgétaire ?

À l’incertitude liée à la persistance de la pandémie s’est ajouté un autre facteur contraignant, la guerre d’agression russe contre l’Ukraine, qui pèse sur le budget fédéral 2023. Des fonds importants sont ainsi prévus pour aider l’Ukraine et atténuer les conséquences de la guerre. Le budget prévoit également des mesures pour sécuriser l’approvisionnement énergétique.
L’invasion de l’Ukraine par les troupes russes, en violation du droit international, a également montré à quel point il est important de protéger la liberté et la démocratie. L’Allemagne assume ses responsabilités, en mettant à disposition des moyens importants dans les domaines de la défense, de la coopération au développement, de l’aide humanitaire et de la protection internationale du climat. Le fonds spécial pour la Bundeswehr, dont le montant pourra atteindre 100 milliards d’euros, viendra compléter le budget de la défense dans le budget fédéral au cours des prochaines années. Ces fonds seront utilisés pour équiper la Bundeswehr de manière complète et moderne.

Comment le gouvernement fédéral se prépare-t-il aux imprévus ?

Le budget prévoit une enveloppe générale de préparation aux crises, d’un volume de cinq milliards d’euros. Cette somme pourra servir à financer d’éventuelles dépenses supplémentaires liées à la pandémie ou des mesures nécessaires dans le contexte de la guerre en Ukraine.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Le projet de budget et le plan financier vont maintenant être transmis au Bundestag et au Bundesrat. Le Bundesrat dispose d’un délai de six semaines pour donner son avis sur les projets qui lui sont soumis. La première lecture au Bundestag devrait avoir lieu fin septembre et il devrait adopter le budget fin novembre. Ensuite, le Bundesrat devra encore donner son feu vert, ce qui est prévu pour la mi-décembre.