Continuer de faire avancer l’est de l’Allemagne

Conférence des ministres-présidents des Länder est-allemands Continuer de faire avancer l’est de l’Allemagne

Le chancelier fédéral Olaf Scholz et les dirigeants des Länder de l’est de l’Allemagne se sont retrouvés sur l’île de Riems pour leur conférence régionale. Ils se sont mis d’accord sur une défense des intérêts de l’est de l’Allemagne en matière de recherche sur l’hydrogène et sur une conférence sur un plan d’action de recrutement pour les Länder de l’est (Fachkräfteoffensive Ostdeutschland) qui se tiendra à l’automne. Dans leur « déclaration de Riems », ces Länder ont fait part de leur volonté de se défaire de la dépendance à l’égard des sources d’énergie russes.

Photo de groupe des dirigeants des Länder de l’est de l’Allemagne

Rencontre entre le chancelier fédéral Olaf Scholz et les dirigeants des Länder de l’est de l’Allemagne sur l’île de Riems au nord de Greifwald

Photo : Gouvernement fédéral/Denzel

L’institut Friedrich Loeffler de recherche en santé animale, sur l’île de Riems, avait été choisi pour accueillir la rencontre entre les ministres-présidents de l’est de l’Allemagne et le chancelier fédéral Olaf Scholz. Selon la ministre-présidente Manuela Schwesig, il y a une bonne raison à cela : l’institut joue un rôle majeur dans la recherche sur les virus en Allemagne. C’est aussi un exemple de l’implantation réussie d’établissements de recherche allemands dans l’est du pays.

Situé sur l’île de Riems, l’institut a été créé en 1910 par Friedrich Loeffler à la demande du ministère prussien des Affaires culturelles afin de mener des recherches sur l’épidémie de fièvre aphteuse. L’institut a poursuivi ses travaux jusqu’en 1991. Le 1er janvier 1992, il a trouvé un second souffle en tant que branche du Centre fédéral de recherches sur les maladies virales des animaux, lui-même rebaptisé en juin 2004 « Institut Friedrich Loeffler » (FLI), auquel a été adjointe la mention « Institut fédéral de recherche en santé animale ». Le FLI compte aujourd’hui douze instituts spécialisés répartis sur cinq sites.

Tirer parti de l’expérience est-allemande

Le chancelier fédéral a évoqué un échange ouvert et constructif avec les dirigeants des Länder orientaux. « Nos compatriotes de l’est de l’Allemagne sont des spécialistes en matière de transformation », a-t-il déclaré. Tout le monde pourrait tirer parti de leur expérience et de leur état d’esprit, a ajouté M. Scholz à l’issue de la traditionnelle conférence des ministres-présidents des Länder est-allemands.

Dans le contexte de la guerre en Ukraine, la transition énergétique constitue un défi de taille pour l’est de l’Allemagne. C’est un aspect que le gouvernement fédéral garde en tête. Les citoyennes et citoyens est-allemands profitent aussi des paquets d’allègements du gouvernement fédéral et du salaire minimum légal à douze euros. Il faut à présent que le gouvernement fédéral et les Länder coopèrent et se concertent sur leurs objectifs communs afin d’unir leurs forces pour les réaliser.

L’est de l’Allemagne, une région d’avenir

La ministre-présidente Manuela Schwesig a résumé la rencontre, annonçant la mise en place, à Berlin, d’une sorte de bureau de coordination des Länder de l’est de l’Allemagne pour la défense de leurs intérêts communs en matière de recherche sur l’hydrogène. La Fédération apporte un financement initial pour ce faire.

Ces mêmes Länder envisagent d’organiser à l’automne une conférence commune sur un plan d’action de recrutement pour les Länder de l’est (Fachkräfteoffensive Ostdeutschland).

Dans leur déclaration de Riems, les Länder est-allemands ont décidé de se défaire de la dépendance à l’égard des sources d’énergie russes et d’accélérer le développement des énergies renouvelables.

L’amélioration de la prise en charge médicale de proximité pour les citoyennes et les citoyens ainsi que des allègements pour les travailleurs et les retraités à faibles revenus ont également été abordés.