Entretien important avec un proche allié

Visite du secrétaire d’État américain Antony Blinken Entretien important avec un proche allié

Entre sa visite à Kiev et sa rencontre avec son homologue russe à Genève, le secrétaire d’État américain Antony Blinken était invité à Berlin. Au cœur de ses entretiens avec le chancelier fédéral Olaf Scholz et la cheffe de la diplomatie allemande Annalena Baerbock figurait la situation à la frontière russo-ukrainienne.

Bundeskanzler Scholz mit US-Außenminister Blinken

Le chancelier fédéral et le secrétaire d’État américain

Photo : Bundesregierung/Bergmann

Jeudi, le secrétaire d’État américain Antony Blinken était invité à la Chancellerie fédérale où il a fait un compte rendu de sa visite à Kiev. Sa rencontre avec le chancelier fédéral a porté sur le bilan de ses multiples entretiens et négociations durant les derniers jours et semaines. Le gouvernement fédéral se réjouit que de nombreux formats de dialogue soient désormais déployés, que ce soit au Conseil OTAN-Russie, au sein de l’OSCE, de l’UE ou encore au plan bilatéral. La visite du secrétaire d’État américain met en évidence le caractère étroit et intensif de la concertation avec les partenaires et amis de l’Allemagne. 

Dans son discours à l’occasion de la réunion virtuelle du Forum économique mondial (WEF) qui se tient habituellement à Davos, le chancelier Olaf Scholz avait appelé à prendre des mesures en vue d’une désescalade et à clarifier par le dialogue les divergences de vues actuelles sur les questions de sécurité. « La Russie connaît notre détermination. J’espère qu’elle sait également que les avantages de la coopération sont nettement supérieurs au prix d’une nouvelle confrontation », avait-il souligné.

D’importants entretiens dans des formats différents

Auparavant, Antony Blinken avait rencontré son homologue allemande Annalena Baerbock pour un entretien bilatéral. Au début de la semaine, la ministre fédérale des Affaires étrangères s’était rendue à Kiev et à Moscou pour mener des discussions. 

En parallèle, le « Quad », à savoir les ministres des Affaires étrangères de l’Allemagne, des États-Unis, de la France et du Royaume-Uni, s’était déjà réuni dans la matinée pour discuter de la situation à la frontière russo-ukrainienne ainsi que de la relance de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien.