Maîtriser ensemble l’inflation

Action concertée contre les prix élevés à la Chancellerie fédérale Maîtriser ensemble l’inflation

« Nous sommes unis. Et nous voulons que tous les citoyens traversent cette période dans les meilleures conditions possibles. » Tel était le message du chancelier fédéral Olaf Scholz à l’issue de la réunion de lancement de l’action concertée. L’objectif de ces consultations entre syndicats, entreprises, économistes et responsables politiques est d’atténuer l’inflation élevée et les pertes de revenus.

Le chancelier fédéral Olaf Scholz en compagnie de la présidente de la Confédération des syndicats allemands, Yasmin Fahimi, et du président de la Confédération des associations patronales, Rainer Dulger, à l'issue du lancement de l'action concertée.

« Notre pays ne pourra surmonter cette crise que si nous nous serrons les coudes et avançons ensemble sur des voies menant à des solutions », a déclaré Olaf Scholz.

Photo : Gouvernement fédéral/Koall

Le chancelier fédéral Olaf Scholz a rencontré lundi les syndicats et les dirigeants des organisations patronales pour la réunion de lancement de l’action concertée. Ensemble, ils veulent trouver des solutions pour que la population puisse faire face à la hausse des prix provoquée par la guerre de la Russie.

« Notre société est forte »

La guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine change tout, a affirmé le chancelier. Les fortes hausses de prix dues à la guerre et les chaînes d’approvisionnement toujours perturbées constituent un grave problème social et économique. Les coûts élevés de l’énergie et des denrées alimentaires touchent durement de nombreuses personnes, qui sont très inquiètes quant à leur capacité à faire face aux hausses de prix. Cette situation ne changera pas dans un avenir prévisible ; tout le monde doit s’y préparer, a déclaré le chancelier.

Il a également souligné que « notre société est forte, bien plus forte qu’on ne le laisse parfois entendre. L’équilibre équitable entre les intérêts, dans un esprit de solidarité, caractérise notre pays. Et c’est cet esprit qu’il faut préserver et renforcer. »

Relever ensemble un défi historique

« Aujourd’hui, nous avons donné le coup d’envoi à l’action concertée afin de nous atteler ensemble – les syndicats, les associations, la Banque fédérale allemande, les chercheurs et le gouvernement – à cette tâche. L’objectif est d’atténuer les pertes réelles de revenus et de conjurer la menace d’une escalade des prix. Dans les prochaines semaines, il s’agira de développer les bons outils et de trouver des moyens de répondre à ce défi historique. « Car notre pays ne pourra surmonter cette crise que si nous nous serrons les coudes et avançons ensemble sur des voies menant à des solutions », a déclaré M. Scholz.

Le chancelier a remercié les partenaires sociaux d’avoir accueilli son initiative et de la soutenir. « Ce qui importe pour moi, c’est le message : nous sommes soudés. Et nous voulons que tous les citoyens traversent cette période dans les meilleures conditions possibles. Les élèves comme les retraités. Les entreprises comme les travailleurs », a déclaré M. Scholz.

Les prix à la consommation étaient en juin de 7,6 % supérieurs à ceux du même mois de l’année précédente ; en mai, ils étaient même de 7,9 % supérieurs. Les citoyens sont donc exposés à une inflation très élevée, qui pèse sur leur pouvoir d’achat.

Les mesures d’allègement prennent effet

Les deux paquets d'allègements de 30 milliards d’euros ficelés par le gouvernement fédéral atténueront la forte hausse des prix de l’énergie cette année. Au total, il s’agit d’environ 20 milliards d’euros qui pèsent aujourd’hui sur les factures d’électricité. « Ces mesures soulagent donc un grand nombre de personnes, les familles, les entreprises, et cela est juste », a déclaré M. Scholz.

Beaucoup de mesures prennent effet ces jours-ci, a fait remarquer le chancelier : l’abattement à la base plus élevé pour l’impôt sur le revenu, la somme forfaitaire de 200 euros pour les personnes bénéficiant de prestations de sécurité sociale, la prime pour les familles de 100 euros, le prélèvement EEG supprimé depuis le 1er juillet, l’allocation de chauffage plus élevée pour les bénéficiaires de l’aide au logement et la compensation forfaitaire pour les prix de l’énergie d’un montant de 300 euros qui sera versée en septembre. Le rabais sur le carburant et le ticket à 9 euros bénéficient déjà aux consommateurs.

Parallèlement, le gouvernement fédéral fait tout ce qui est possible pour que l'approvisionnement énergétique se maintienne.

Les partenaires sociaux ont une responsabilité

La présidente de la Confédération des syndicats allemands (DGB), Yasmin Fahimi, et le président de la Confédération des associations patronales (BDA), Rainer Dulger, ont salué le lancement de l’action concertée. Un effort commun est nécessaire, a déclaré Mme Fahimi, ajoutant que la réunion avait contribué à la préservation de la paix sociale. « Nous ne pourrons surmonter cette crise qu’ensemble », a également affirmé M. Dulger.

La présidente du DGB, Mme Fahimi, a salué le fait que les premiers allègements des paquets du gouvernement fédéral commencent à se faire sentir également par les citoyens. « Un ménage moyen de salariés verra son budget allégé d’environ 1 000 euros », a déclaré Mme Fahimi. Il s’agit d’une « somme considérable » et « certainement utile ». C’est ce qui est nécessaire, « en accompagnement et en soutien de ce que nous devons assumer en tant que partenaires sociaux », a-t-elle précisé.

Les salaires ne sont pas un facteur d’inflation

La présidente du DGB Mme Fahimi et le président du BDA M. Dulger ont souligné l’on ne se trouvait pas actuellement dans une spirale de hausse des prix des salaires. Selon M. Dulger, les salaires ne sont actuellement pas un moteur de l’inflation.
Il est d’autant plus important de trouver comment maîtriser les coûts élevés de l’énergie, tant pour les ménages que pour les entreprises, a-t-il affirmé. La taxe sur l’énergie et les redevances de réseau pourraient être de bons leviers pour y parvenir, a déclaré le chef des patrons.

Il faut en premier lieu faire tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter une récession, stabiliser les sites, préserver les chaînes de création de valeur et garantir l’emploi, a déclaré pour sa part Mme Fahimi. Une croissance économique soutenue ne va plus de soi, a souligné le président du BDA, précisant que de grands défis attendaient les entreprises et leur personnel. Les employeurs considèrent qu’il est de leur devoir de maintenir la stabilité de l’économie et du marché du travail, a ajouté M. Dulger.

Les augmentations de salaire sont exclusivement négociées par les partenaires sociaux, mais la politique peut faire en sorte que celles-ci profitent davantage aux salariés, a expliqué le président des employeurs. Afin d’optimiser les salaires nets, l’organisation patronale a proposé la compensation de la progression à froid. Les dispenses de versements de primes uniques ainsi que les exonérations fiscales et de cotisations sociales constituent également des options, selon M. Dulger. Mais c’est aux partenaires sociaux de décider s’ils veulent y recourir et de quelle manière, a-t-il ajouté.

Mots-clés