Le gouvernement fédéral

Angela Merkel en Chine

La chancelière plaide en faveur du multilatéralisme

Le douzième voyage en Chine de la chancelière fédérale s’est conclu par une visite de la ville de Wuhan, qui compte plusieurs millions d’habitants. À l’université scientifique et technique de Huazhong, Angela Merkel a appelé les étudiants à poursuivre « le chemin de la Chine vers davantage d’ouverture et de réformes ».

Angela Merkel en blazer lilas sur un pont surplombant un large fleuve brun, à côté d’elle un Chinois faisant des gestes et une petite femme chinoise portant des documents

Deuxième jour en Chine : la chancelière Angela Merkel visite la métropole de Wuhan, qui compte plusieurs millions d’habitants, sur le Yangzi Jiang, le troisième fleuve le plus long du monde

Photo : Bundesregierung/Kugler

La Chine a connu un développement fulgurant au cours des dernières décennies, de nombreux Chinois sont sortis de la pauvreté. « Avec le poids commercial de la Chine, c’est aussi sa responsabilité à l’échelle mondiale qui s’est accrue », a souligné la chancelière fédérale Angela Merkel lors de sa visite à l’université scientifique et technique de Huazhong, à Wuhan.

Ensemble plutôt que seuls

Des changements en mieux sont possibles, a poursuivi la chancelière. Cela ne peut cependant se faire si chacun fait cavalier seul, selon elle. « Plus que jamais, nous devons donc penser et agir de façon multilatérale plutôt qu’unilatérale, mondiale plutôt que nationale, ouverte au monde plutôt qu’isolationniste, autrement dit : ensemble plutôt que seuls. »

La mondialisation requiert intrinsèquement « la conscience d’une responsabilité commune, par laquelle nous devons être guidés ». Cela est particulièrement manifeste en ce qui concerne le changement climatique.

Rencontre avec le premier ministre

Vendredi, au début de son déplacement, la chancelière fédérale avait tout d’abord rencontré à Pékin le premier ministre Li Keqiang pour un entretien. Mme Merkel s’est prononcée en faveur d’une fin prochaine du contentieux douanier entre la Chine et les États-Unis. Elle a souligné que le conflit commercial de la Chine avec les États-Unis avait des répercussions dans le monde entier, y compris sur les entreprises allemandes. « C’est pourquoi l’Allemagne a grand intérêt à un commerce multilatéral opérationnel, à une OMC forte, mais aussi à des relations commerciales bilatérales solides », a-t-elle affirmé.

Résoudre pacifiquement le conflit à Hong Kong

Le conflit à Hong Kong a également été abordé lors de l’entretien. Mme Merkel a plaidé pour une solution pacifique : dans la situation actuelle, tout doit être mis en œuvre pour éviter la violence. Elle salué dans ce contexte la décision annoncée par le gouvernement hongkongais de retirer formellement le projet de loi sur les extraditions vers la Chine. Des signes indiquent que la cheffe de l’exécutif de Hong Kong est prête au dialogue.

Intensifier les relations économiques

À Pékin, la chancelière a en outre pris part à la séance du comité consultatif de l’économie germano-chinoise, qui se réunissait cette année pour la sixième fois. Elle y a invité les entreprises chinoises à poursuivre et à intensifier leurs investissements en Allemagne. Dans ce contexte, elle a également fait référence à la nécessité d’un accord d’investissement entre l’UE et la Chine.

Signature d’accords et de conventions

Lors d’une cérémonie, onze accords ont été signés à Pékin, parmi lesquels des conventions dans les domaines de la technologie aérospatiale et de la navigation maritime, de l’électromobilité et de l’énergie, de l’assurance, de la formation numérique et du financement. D’autres accords ont en outre été conclus concernant la mobilité connectée et la réduction et le recyclage de déchets.

Entretiens à Pékin et Wuhan

Graphique entretiens à Pékin et Wuhan

Angela Merkel en Chine

Photo : Bundesregierung

Lors d’un dîner donné à l’invitation du président chinois Xi Jinping vendredi soir, il a été question des relations germano-chinoises et du « partenariat stratégique global » entre les deux pays.

Par ailleurs, la chancelière Angela Merkel a pris part à la séance de clôture du forum pour le dialogue germano-chinois (Deutsch-Chinesisches Dialogforum - DCDF) et visité l’entreprise ZF-Powertrain.

Samedi, Mme Merkel s’est en outre réunie avec des représentants du gouvernement de la province et a visité l’hôpital Tongji de l’amitié germano-chinoise (Deutsch-Chinesisches Freundschaftskrankenhaus). Fondé en 1900 par un médecin allemand en Chine, l’hôpital est un bel exemple de coopération entre les deux nations.

La dernière escale de ce déplacement était la visite de l’entreprise Webasto, équipementier automobile allemand.

En 2018, avec un volume d’échanges commerciaux de 199,3 milliards d’euros, la Chine était pour la troisième fois d’affilée le principal partenaire commercial de l’Allemagne. Dans le même temps, l’Allemagne est le premier partenaire commercial européen de la Chine. Pour l’industrie automobile allemande et le génie mécanique, la Chine demeure un débouché crucial à l’échelle mondiale.