Dossier

Coopération franco-allemande

Une première au Conseil de sécurité

Pour la première fois dans l’histoire du Conseil de sécurité des Nations Unies, deux présidences consécutives vont se concerter étroitement. La France, qui assure la présidence au mois de mars, et l’Allemagne, qui prend la relève au mois d’avril, considèrent leurs présidences respectives comme un projet commun. Elles entendent ainsi renforcer le multilatéralisme.

Vidéo 02:12
Conseil de sécurité des Nations Unies

Les ambassadeurs allemand et français auprès de l’ONU en vidéo

La constellation franco-allemande des « présidences jumelées » ouvre un nouveau chapitre de l’histoire du Conseil de sécurité, créé en 1946. Les deux pays souhaitent ainsi approfondir le partenariat européen au sein du Conseil de sécurité et donner un signe de coopération multilatérale dans la politique internationale, également en dehors des sentiers battus.

Ces objectifs figurent parmi les priorités de la mise en œuvre du Traité d’Aix-la-Chapelle, signé le 22 janvier 2019 et qui s’inscrit dans la continuité du Traité de l’Élysée de 1963.

L’alphabet anglais rend le « jumelage » possible

La France est l’un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, aux côtés de la Russie, des États-Unis, de la Chine et du Royaume-Uni. Tous les cinq sont dotés du droit de veto. En 2019 et 2020, l’Allemagne est, quant à elle, pour la sixième fois l’un des dix membres non permanents. La présidence du Conseil est assurée à tour de rôle suivant l’ordre alphabétique anglais des noms des États membres. Entre « Germany » et « France », il n’y a pas d’autre État membre. Les deux pays profitent de cet heureux hasard pour organiser ensemble des « présidences jumelées » (du français « jumelage »).

Développer la stabilité dans la région du Sahel

Pour la période où elles se succèderont immédiatement à la présidence du Conseil de sécurité, l’Allemagne et la France ont préparé un vaste programme de travail pour renforcer la paix dans le monde.

La région du Sahel compte parmi les préoccupations centrales : en association avec la Côte d’Ivoire, l’Allemagne et la France organisent fin mars un déplacement du Conseil de sécurité au Mali et au Burkina Faso. Outre la prévention des crises, l’accent est mis principalement sur une étroite coopération en matière de sécurité entre les Nations Unies et l’Union européenne dans la région du Sahel.

Renforcer le droit international

Une autre priorité consiste à renforcer le droit international humanitaire et les principes humanitaires. Il s’agira de voir comment mieux protéger partout dans le monde le personnel humanitaire contre la violence dans les conflits.

L’Allemagne et la France soutiennent par ailleurs la lutte contre les trafics d’armes dans les Balkans. Elles veulent améliorer la coopération des autorités dans les six pays des Balkans occidentaux.

Promouvoir la participation des femmes, renforcer le désarmement

Au mois d’avril, l’Allemagne axera la priorité du Conseil de sécurité sur le thème « Femmes, paix et sécurité ». Des débats ouverts sont prévus sur les femmes dans les opérations de paix de l’ONU, ainsi que sur la lutte et la prévention des violences sexuelles dans les conflits. Le gouvernement fédéral s’engage à accroître la participation politique des femmes et à assurer une meilleure protection des femmes contre les violences sexuelles dans les régions en conflit, ainsi que des femmes et des filles en général.

Le désarmement mondial figure également à l’ordre du jour. Début avril, le ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, animera une réunion du Conseil de sécurité portant sur la non-prolifération et le désarmement nucléaires.