Dossier

Suppression progressive de l’impôt de solidarité

Des milliards d’allègement fiscal à partir de 2021

La grande majorité de ceux qui, en Allemagne, paient aujourd’hui l’impôt de solidarité en seront exemptés à l’avenir. Le gouvernement fédéral a introduit une réglementation représentant un allègement fiscal de près de 11 milliards d’euros par an pour 35,5 millions de contribuables.

Une feuille de salaire sur laquelle figure l’impôt de solidarité

L’impôt de solidarité sur une feuille de salaire : le gouvernement fédéral a amorcé une large suppression de ce prélèvement

Photo : picture alliance/imageBROKER

L’impôt de solidarité (Solidaritätszuschlag) de 5,5 % est prélevé comme surtaxe sur l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés. Il n’est dû que si le revenu imposable dépasse le seuil d’exemption.

Quelle est la nouveauté ?

Pour 90 % de ceux qui le paient aujourd’hui, l’impôt de solidarité (aussi appelé « Soli ») sera complètement supprimé à partir de 2021, comme le prévoit l’accord de coalition. Le seuil d’exemption en-deçà duquel aucun impôt de solidarité n’est dû sera porté de 972 euros aujourd’hui à 16 956 euros, de sorte que, jusqu’à un revenu imposable de 61 717 euros, il ne devra plus être versé à l’avenir. 

Au-delà du seuil d’exemption, il y aura une zone intermédiaire où l’impôt de solidarité sera « allégé », comme c’est le cas actuellement, afin d’éviter qu’il ne soit immédiatement prélevé sur l’ensemble du revenu dès que ce seuil est dépassé. 6,5 % de ceux qui paient actuellement le « Soli » bénéficieront de cette mesure. La zone intermédiaire s’applique aux revenus imposables allant jusqu’à 96 409 euros. Pour les couples mariés, ces montants sont doublés.

Deux exemples : Un couple marié avec deux enfants et deux revenus (revenus bruts annuels : 66 000 euros et 54 800 euros) économisera près de 1 000 euros par an à partir de 2021 grâce à la suppression complète de l’impôt de solidarité. Pour un contribuable célibataire sans enfant avec un salaire brut de 31 200 euros par an, l’économie atteindra plus de 200 euros par an.

Le Bundestag doit maintenant donner son approbation.