Consolider et organiser équitablement la reprise économique

La chancelière rencontre les dirigeants d’organisations internationales Consolider et organiser équitablement la reprise économique

Après la pandémie de Covid-19, une reprise économique mondiale ne sera possible qu’en faisant preuve de solidarité avec les pays émergents et en développement. Joignant sa voix à celle des dirigeants des organisations économiques et financières internationales, la chancelière fédérale Angela Merkel a réclamé plus de vaccins contre la Covid-19 pour les pays les plus pauvres et un financement équitable de la protection du climat à l’échelle de la planète.

La chancelière fédérale Angela Merkel et les représentants des organisations économiques internationales.

La répartition équitable des vaccins est également capitale pour la reprise économique, a déclaré la chancelière fédérale.

Photo : Bundesregierung/ Steins

La réponse mondiale aux conséquences de la pandémie de Covid-19 était au cœur de la rencontre organisée jeudi entre la chancelière fédérale Angela Merkel et les dirigeants des organisations économiques et financières internationales. Afin que les pays émergents et en développement ne soient pas les oubliés du processus de reprise économique, la collaboration des organisations internationales est incontournable, a insisté Mme Merkel lors de la conférence de presse organisée à l’issue de la rencontre.

Parallèlement à une répartition plus équitable des vaccins, les organisations économiques et financières internationales devraient accorder des moratoires sur le remboursement de leur dette et des droits spéciaux en matière de taux d’intérêt aux pays qui en ont besoin. Par ailleurs, la question du financement de la protection du climat revêt une importance capitale, a déclaré Mme Merkel. La situation économique et financière de l’Afrique a été un autre thème prioritaire de cette rencontre, ce qui explique la présence d’Akinwumi Adesina, le président de la Banque africaine de développement (BAD).

Lors de cette rencontre économique informelle, organisée chaque année depuis 2007, la chancelière fédérale et les dirigeants de cinq organisations économiques et financières internationales échangent sur des questions d’actualité en rapport avec la croissance, la lutte contre le chômage et la pauvreté, ainsi que des réformes structurelles de fond. Après avoir été organisée par visioconférence l’an dernier en raison de la pandémie, la rencontre s’est à nouveau tenue en présentiel à la Chancellerie fédérale.

Lors de la rencontre qui s’est tenue à la Chancellerie fédérale, Mme Merkel s’est entretenue avec les dirigeants de cinq organisations économiques et financières internationales.

À la Chancellerie fédérale, la gestion de la pandémie de Covid-19 a été l’un des thèmes centraux de la rencontre avec les dirigeants des organisations économiques et financières internationales.

Photo : Bundesregierung/Steins

Mettre un terme à la reprise économique à deux vitesses

Les économistes internationaux se disent préoccupés par une reprise économique à deux vitesses. Certes, dans le monde entier, on constate une relance post-pandémie, dont la croissance a pourtant laissé les pays en développement et émergents à la traîne. Amplifiant les inégalités mondiales, ce problème pourrait aussi être préjudiciable aux chaînes d’approvisionnement essentielles à l’économie mondiale. « Nous devons tout mettre en œuvre pour combler le fossé entre les deux vitesses de développement économique qui induisent une relance plus lente chez les plus pauvres », a expliqué la chancelière fédérale.

Promouvoir la vaccination dans les pays pauvres

« Nous avons également eu un échange approfondi au sujet de la situation de la vaccination et nous le poursuivrons lors du dîner », a ajouté Mme Merkel. « Alors qu’il est déjà question de vaccinations de rappel dans quelques pays, de nombreux autres n’ont encore reçu aucun vaccin » : une situation à laquelle il faut rapidement remédier. À cet effet, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) travaille avec des fabricants de vaccins et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) afin d’améliorer les chaînes d’approvisionnement, d’éviter les pénuries, et de permettre aux pays en développement d’accéder en toute sécurité à la vaccination, a insisté Mme Okonjo-Iweala, la directrice générale de l’OMC. Ce faisant, tous poursuivent l’objectif d’améliorer la transparence.

Qui participait à cette rencontre ?
Étaient présents lors des entretiens avec la chancelière : Guy Ryder, directeur général de l’Organisation internationale du Travail (OIT), Kristalina Georgiewa, directrice du Fonds monétaire international (FMI), Mathias Corman, secrétaire général de l’Organisation de la coopération et du développement économiques (OCDE), David Malpass, président du Groupe de la Banque mondiale, Ngozi Okonjo-Iweala, directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), et Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement (BAD).

Quelles sont les missions de l’OCDE, du FMI, de la Banque mondiale et autres ? Avec qui la chancelière s’est-elle entretenue ? Pour plus d’informations, consultez ce glossaire.